PANAMÁ CANAL DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le canal de Panamá, inauguré officiellement le 15 août 1914, relie les océans Atlantique et Pacifique par l'étroit isthme de Panamá. Long d'environ soixante-cinq kilomètres, il constitue, avec le canal de Suez, l'une des deux voies d'eau artificielles les plus stratégiques au monde. Les navires qui empruntent le canal pour relier les côtes est et ouest des États-Unis, ou une côte de l'Amérique du Nord et la côte opposée de l'Amérique du Sud, ou encore pour aller de l'Europe vers l'Asie ou l'Australie, sans contourner le cap Horn, raccourcissent leur voyage de plusieurs milliers de kilomètres.

Canal de Panamá, 1

Photographie : Canal de Panamá, 1

10 p.100 du trafic maritime mondial transite par le canal de Panamá, inauguré en 1914. Les accords signés avec les États-unis en 1977 ont fixé à décembre 1999 la rétrocession complète à Panamá du canal et des territoires adjacents. 

Crédits : Will & Deni McIntyre/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Enjeu à la fois économique et politique convoité par les grandes puissances, le percement du canal a fait l'objet de divers projets au xixe siècle. Face à l'échec de la Compagnie privée gérée par Ferdinand de Lesseps, ce sont les États-Unis qui construisent le canal au début du xxe siècle et en obtiennent la concession à perpétuité (traité Hay-Bunau-Varilla de 1903). Remis en cause à plusieurs reprises, ce traité est annulé en 1977 avec la signature des traités Torrijos-Carter, par lesquels la république du Panamá deviendra, le 31 décembre 1999, propriétaire et gestionnaire du canal.

Les caractéristiques du canal

Le canal de Panamá se trouve au plus bas point de la ligne de partage des eaux américaines, et ne traverse pas l'isthme d'est en ouest comme on peut le supposer. Dès son entrée, à Colón, sur l'Atlantique (mer des Caraïbes), le canal se dirige vers le sud à travers les écluses de Gatún jusqu'au lac éponyme. Il s'oriente alors à l'est et dirige son cours vers le sud-est jusqu'à la baie de Panamá, dans le Pacifique. Il se termine près de Balboa, à environ quarante kilomètres à l'est de Colón.

Pour passer de l'Atlantique au Pacifique, les navires entrent par la baie de Limón, empruntent le chenal d'accès sur environ onze kilomètres, puis rejoignent les écluses de Gatún. Ils atteignent ainsi, vingt-six mètres plus haut, le lac Gatún (425 km2), formé par un barrage sur le río Chagres et alimenté également par les eaux du lac Alajuela. Le canal, dont la profondeur varie alors de quatorze à vingt-six mètres, s'étire sur près de trente-sept kilomètres jusqu'à Gamboa. Commence ensuite la tranchée Gaillard (du nom de l'ingénieur américain qui supervisa sa construction), qui traverse la ligne de partage des eaux. Le canal atteint, dans cette section, une profondeur moyenne de treize mètres et parcourt près de treize kilomètres jusqu'aux écluses de Pedro Miguel. Ces dernières permettent aux navires de descendre de neuf mètres, pour passer dans le lac Miraflores. Les navires empruntent ensuite un canal sur près de deux kilomètres jusqu'aux écluses de Miraflores où ils s'abaissent au niveau de la mer. Le dernier segment du canal est un chenal d'accès dragué, d'une longueur de onze kilomètres, qui rejoint le Pacifique. Sur la totalité de son parcours, le canal a une largeur minimum de cent cinquante mètres, et de trois cents mètres maximum dans le lac Gatún.

Les écluses du canal fonctionnent grâce à l'écoulement par gravité des eaux des lacs. Chaque série d'écluses, construites par paire, permet le passage simultané des navires dans les deux sens. En raison de la fragilité du mécanisme des écluses, seules les petites embarcations peuvent les franchir par leurs propres moyens. Les navires plus importants sont remorqués par des locomotives électriques (appelées mulas) coulissant sur des rails le long des murs des écluses.

Des pilotes embarquent sur les navires à l'entrée du canal pour diriger leur manœuvre. Une fois l'autorisation accordée, il faut en moyenne neuf heures pour passer des eaux profondes d'une côte à l'autre, mais la traversée peut durer entre quinze et vingt heures. Lorsque la tranchée Gaillard n'est pas en cours de dragage, la circulation se fait dans les deux sens (sauf les navires de grande taille qui ne peuvent se croiser dans cette section). Un système de contrôle automatique du trafic fixe les horaires de traversée et suit le trafic en différents points du canal.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANAMÁ CANAL DE  » est également traité dans :

INAUGURATION DU CANAL DE PANAMÁ

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Le canal de Panamá est inauguré officiellement le 15 août 1914 lorsque le vapeur Ancón effectue la première traversée entre l'Atlantique et le Pacifique. Enjeu économique convoité par les grandes puissances, le percement de ce canal a fait l'objet de divers projets au xixe siècle, notamment de […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 183 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'Amérique du Nord »  : […] Malgré sa complexité, le continent nord-américain présente un nombre réduit de grands éléments morpho-structuraux  : le bouclier canadien, la plate-forme nord-américaine, les chaînes de montagnes ourlant les bordures continentales. Le bouclier canadien , d'âge précambrien (plus de 570 Ma, jusqu'à 3 800 Ma), occupe la partie située au nord de la ceinture des Grands Lacs et se poursuit vers l'est d […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Position »  : […] Sur une représentation de la sphère terrestre, le continent américain apparaît comme une barrière continue entre l'Atlantique à l'est et le Pacifique à l'ouest, un obstacle aux relations entre les rives occidentales du Vieux Monde et les rivages orientaux où se développent les terres asiatiques. En vain les premiers explorateurs ont-ils cherché un passage tout au long de ces rivages pourtant fort […] Lire la suite

BRZEZINSKI ZBIGNIEW (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 609 mots
  •  • 1 média

Politologue américain, spécialiste des relations internationales des États-Unis, Zbigniew Brzezinski fut le conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter de 1977 à 1981. Zbigniew Kazimierz Brzezinski est né le 28 mars 1928 à Varsovie (Pologne). Son père, membre éminent du gouvernement polonais, est nommé ambassadeur au Canada en 1938. Lorsque les communistes, soutenus par les Soviét […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La construction d'une puissance littorale  »  : […] Les Américains vivent sur le littoral. À quoi en effet se réduirait la première puissance mondiale sans les quelques dizaines de kilomètres de terre longeant les franges côtières ? C'est sur les façades littorales que bat le cœur de l'Amérique. C'est là, au bord de l'Atlantique et du Pacifique, que sont localisées deux mégalopoles, sept des dix plus grandes villes du pays, plus des trois quarts d […] Lire la suite

GORGAS WILLIAM CRAWFORD (1854-1920)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 839 mots
  •  • 2 médias

William Gorgas était un médecin militaire de l’armée américaine dont il fut Surgeon General (médecin en chef) pendant la Première Guerre mondiale. Il est surtout connu pour sa contribution fondamentale à l’éradication de la fièvre jaune à la Havane entre 1901 et 1903 et au contrôle du paludisme lors de la construction du canal de Panamá entre 1904 et 1914. William Crawford Gorgas naît le 3 octobr […] Lire la suite

PANAMÁ

  • Écrit par 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 9 891 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La difficile reconstitution de la démocratie »  : […] Après l'intervention armée, les institutions civiles sont rétablies et l'influence de l'armée a pratiquement disparu. Confrontés à une importante dette extérieure, les gouvernements successifs mettent en place des programmes d'austérité. Une alternance systématique a lieu à chaque élection entre, d'un côté, le P.R.D., au sein duquel l'héritage de Torrijos est désormais tempéré par la conversion à […] Lire la suite

PANAMÁ AFFAIRE DE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 659 mots

Le plus grand scandale financier et politique de la III e République fut provoqué par la liquidation judiciaire de la Compagnie universelle du canal interocéanique en février 1889. Ferdinand de Lesseps, qui jouissait d'une popularité immense à la suite du percement du canal de Suez, était à la tête de l'entreprise de Panamá. Contre l'avis des techniciens, il prétendit pouvoir mener à bien les tra […] Lire la suite

PORTS MARITIMES

  • Écrit par 
  • Geoffroy CAUDE, 
  • Paul SCHERRER
  •  • 8 520 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « La croissance de taille des navires et la nécessaire adaptation portuaire »  : […] Alors que les tout premiers porte-conteneurs ne transportaient que quelques centaines ou, au plus, milliers d'E.V.P., en 1978, soit dix ans plus tard, les navires les plus gros transportaient 3 000 E.V.P. pour une longueur de 260 m et une largeur de 32,20 m, dimensions qui leur permettaient en particulier de passer dans les écluses du canal de Panamá, et les plus gros navires actuels en opération […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 juin 2017 Panamá – Chine – Taïwan. Rupture des relations diplomatiques entre Panamá et Taipei.

Adhérant à la politique de la « Chine unique », le Panamá annonce la rupture de ses relations diplomatiques avec Taïwan, dont il était un partenaire historique, et la reconnaissance de la République populaire de Chine. Pékin est le deuxième client du canal de Panamá et une société chinoise a acheté en 2016 le plus grand port de conteneurs du pays, sur la façade atlantique. […] Lire la suite

3 mai 2009 Panamá. Élection du conservateur Ricardo Martinelli à la présidence

Le candidat conservateur Ricardo Martinelli, magnat de la grande distribution, remporte l'élection présidentielle avec 61 p. 100 des voix contre 37 p. 100 pour la candidate du parti au pouvoir, le Parti révolutionnaire démocratique, Balbina Herrera. Ricardo Martinelli avait formé avant le scrutin une coalition de quatre partis de droite, l'Alliance pour le changement; il est favorable à la poursuite des travaux d'élargissement du canal par lequel transite 5 p. […] Lire la suite

2 mai 2004 Panamá. Élection de l'opposant de gauche Martin Torrijos à la présidence

Au terme d'une campagne électorale axée sur la question de l'élargissement du canal, Martin Torrijos, chef du Parti révolutionnaire démocratique (P.R.D., social-démocrate) et fils de l'ancien dictateur Omar Torrijos, est élu à la présidence de la République avec 47,4 p. 100 des suffrages. Ses principaux rivaux étaient l'ancien président Guillermo Endara, qui obtient 30,9 p. […] Lire la suite

14-31 décembre 1999 Panamá – États-Unis. Rétrocession au Panamá de la Zone du canal par les États-Unis

Le 14 se déroulent les cérémonies marquant la rétrocession à l'État panaméen de la Zone du canal occupée par les États-Unis depuis 1903, en application d'un traité signé en septembre 1977 par les présidents Tomas Torrijos et Jimmy Carter. Ni le président Bill Clinton ni aucun autre dirigeant américain de premier plan n'est présent aux cérémonies. Le 31, le dernier soldat américain quitte la Zone du canal qui a perdu une grande partie de son rôle stratégique et commercial. […] Lire la suite

15 décembre 1989 - 3 janvier 1990 Panamá – États-Unis. Intervention militaire des États-Unis au Panamá

Le 15, le Parlement panaméen déclare le pays en état de guerre contre les États-Unis et attribue au général Manuel Antonio Noriega, homme fort du pays et chef des forces armées, les fonctions de « chef de gouvernement » jusqu'à ce que cesse « l'agression américaine contre le Panamá ». Le 16, un officier américain appartenant aux troupes stationnées dans la Zone du canal est tué lors d'un incident avec des soldats panaméens. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Wayne D. BRAY, Burton L. GORDON, Norman J. PADELFORD, William E. WORTHINGTON Jr., « PANAMÁ CANAL DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canal-de-panama/