CARTER JIMMY (1924- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique américain, trente-neuvième président des États-Unis (1977-1981).

Ancien officier de marine sur les sous-marins atomiques, Jimmy Carter rentre à vingt-neuf ans à Plains (Georgie) pour y prendre la succession de son père. Le métier de planteur de cacahuète, quels qu'en soient les charmes, vantés par Carter lui-même, n'est pas assez exaltant pour cet homme fort ambitieux : il se lance dans la politique locale, comme démocrate, ce qui est la règle presque exclusive dans le Sud. Au niveau, d'abord, du district scolaire, puis du Sénat de Georgie, où il siégera de 1962 à 1966. Pour ce que l'on peut en savoir (10 p. 100 seulement des votes étaient alors enregistrés à Atlanta), il s'y montre conservateur en matière fiscale et libéral sur les problèmes sociaux. Après un échec en 1966, il se représente au poste de gouverneur de Georgie en 1970. Il est élu, non sans quelque difficulté, contre un adversaire plus libéral que lui. Mais son discours d'inauguration constitue une surprise pour ceux de ses électeurs qui l'avaient cru raciste. Il déclare en effet : « Je dois vous dire franchement que le temps de la discrimination est terminé », et sa déclaration est suivie de la nomination de Noirs à des postes de responsabilité au niveau étatique. Ces décisions lui valent une publicité nationale : il devient l'un des symboles du « Nouveau Sud ».

En 1974, en tant que président de la commission démocrate pour les élections législatives, il voyage à travers tout le pays et prend contact avec de nombreux responsables démocrates. Ainsi, lorsqu'il déclare officiellement sa candidature à la présidence des États-Unis, il est inconnu de la plus grande partie de l'électorat américain – mais point de l'appareil du parti républicain ni de celui du parti démocrate. Ce dernier, comme les autres composantes du parti (les syndicats, notamment, et l'électorat noir), se ralliera à sa candidature, avec un enthousiasme parfois mitigé, il est vrai. Électorat noir, syndicats, éléments sudistes et appareil démocrate auront d'ailleurs un rôle beaucoup plus déterminant que ne l'eût souhaité Carter dans une victoire acquise d'extrême justesse. Le 2 novembre 1976, il est élu président des États-Unis, avec 51 p. 100 des suffrages exprimés, face au président sortant Gerald Ford, qui en recueille 48 p. 100. Le taux d'abstention particulièrement élevé (45 p. 100) est significatif du scepticisme d'une bonne partie de l'électorat américain à l'égard d'un système politique dont le fonctionnement semble parfois bien loin de l'idéal inculqué à l'école.

Jimmy Carter n'a été élu qu'envers et contre tous les appareils politiques. Bien qu'ayant fait campagne contre l'establishment, il a su largement puiser dans ce réservoir de personnalités formées de longue date aux dédales de la politique américaine. En effet, le cercle de ses adjoints à la Maison-Blanche étant pour l'essentiel composé de Georgiens qui travaillent avec lui depuis de longues années et en qui il a pleine confiance, Jimmy Carter a éprouvé le besoin de compenser leur inexpérience en matière de problèmes nationaux, en particulier en politique étrangère, par la nomination d'hommes ayant déjà eu des responsabilités gouvernementales. Ses choix ont parfois été critiqués parce que les « revenants » des équipes Kennedy et Johnson n'ont que très tardivement dénoncé l'intervention américaine au Vietnam et sont par trop liés à la Commission trilatérale, aux grandes entreprises et institutions financières et aux cabinets d'avocats les plus huppés.

Le président Carter avait déclaré, lors de la campagne électorale, qu'il accorderait la priorité à la réorganisation gouvernementale et aux affaires intérieures. Mais c'est principalement la politique étrangère qui monopolise son attention. En août 1978, Jimmy Carter invite le président égyptien Anouar al-Sadate (à la suite de la visite de celui-ci à Jérusalem en novembre 1977) et le Premier ministre israélien Menahem Begin. Les accords de Camp David (du nom de la résidence des présidents des États-Unis dans le Maryland où eurent lieu les négociations) sont paraphés le 17 septembre par les trois hommes. Le traité de paix israélo-égyptien reste le grand succès de politique étrangère de Jimmy Carter. En juin 1979, en dépit de ses divergences de vue avec Leonid Brejnev concernant les grandes crises du globe, il signe avec lui le traité S.A.L.T.-II sur la limitation des armements stratégiques. De novembre 1979 à janvier 1981, il négocie la libération des otages de l'ambassade des États-Unis à Téhéran, mais c'est son successeur, Ronald Reagan, qui en recueillera les bénéfices puisque la libération intervient quelques instants après l'entrée en fonctions de ce dernier.

Jimmy Carter et Menahem Begin, 1979

Photographie : Jimmy Carter et Menahem Begin, 1979

Le président américain Jimmy Carter et le Premier ministre israélien Menahem Begin (1913-1992) se congratulent à Tel-Aviv (Israël), avant la signature du traité de paix entre l'Égypte et Israël, en mars 1979, à la suite des accords de Camp David. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Accords de Camp David, 1978

Photographie : Accords de Camp David, 1978

La poignée de main du président égyptien Anouar al-Sadate et du Premier ministre israélien Menahem Begin, sous le regard du président des États-Unis Jimmy Carter, à Camp David, le 17 septembre 1978. 

Crédits : David Hume Kennerly/ Getty Images

Afficher

Otages américains en Iran

Photographie : Otages américains en Iran

Un otage américain exposé aux caméras par ses ravisseurs. Il est l'un des soixante Américains séquestrés après l'occupation de l'ambassade des États-Unis à Téhéran par les étudiants islamistes, le 4 novembre 1979. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

La dégradation de la situation économique (hausse du chômage et de l'inflation et forte chute du dollar) entraîne une baisse de popularité de Jimmy Carter. Lors de l'élection présidentielle de novembre 1980, il n'obtient que 41 p. 100 des voix contre 51 p. 100 pour Ronald Reagan. Depuis son départ de la Maison-Blanche, Jimmy Carter œuvre pour la paix et les droits de l'homme à travers le monde (médiations entre le gouvernement éthiopien et les rebelles tigréens en 1989, entre les deux Corées en juin 1994, avec la junte haïtienne en septembre 1994 ; missions d'observation des élections en Amérique centrale). Son engagement lui vaut le prix Nobel de la paix en octobre 2002.

En mai 2002, il se rend en visite « privée » à Cuba, à l'invitation de Fidel Castro, où il plaide en faveur de la normalisation des relations américano-cubaines. C'est le plus haut dignitaire américain jamais reçu dans l'île depuis la révolution de 1959.

Profitant tout autant du prestige que de l’espace de liberté que lui confère sa position, Jimmy Carter continue d’œuvrer, à sa façon, au règlement pacifique du conflit israélo-arabe, auquel son nom, à travers les accords de Camp David, restera attaché. Pour autant, sa rencontre d’avril 2008, en Égypte, avec des responsables du Hamas palestinien a suscité de nombreuses critiques, tant de la part du gouvernement israélien que de l’administration américaine et des candidats alors en lice pour l’élection présidentielle de novembre 2008, et en particulier Barack Obama, dont Jimmy Carter est un fidèle partisan. L’ancien président n’a cure de ces critiques, et reste disponible pour toute action ou médiation permettant de résoudre les conflits qui agitent le monde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Jimmy Carter et Menahem Begin, 1979

Jimmy Carter et Menahem Begin, 1979
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Accords de Camp David, 1978

Accords de Camp David, 1978
Crédits : David Hume Kennerly/ Getty Images

photographie

Otages américains en Iran

Otages américains en Iran
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  CARTER JIMMY (1924- )  » est également traité dans :

BRZEZINSKI ZBIGNIEW (1928-2017)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 609 mots
  •  • 1 média

Politologue américain, spécialiste des relations internationales des États-Unis, Zbigniew Brzezinski fut le conseiller à la sécurité nationale du président Jimmy Carter de 1977 à 1981. Zbigniew Kazimierz Brzezinski est né le 28 mars 1928 à Varsovie (Pologne). Son père, membre éminent du gouvernement polonais, est nommé ambassadeur au Canada en 1938. Lorsque les communistes, soutenus par les Soviét […] Lire la suite

CHRISTOPHER WARREN (1925-2011)

  • Écrit par 
  • Melinda C. SHEPHERD
  •  • 528 mots

Warren Christopher est une figure clé de la diplomatie américaine. Il a imprimé sa marque à la politique étrangère des États-Unis sous les présidences démocrates de Jimmy Carter puis de Bill Clinton. Il est notamment réputé pour son style discret et méthodique lors des négociations qu'il a menées tout au long de sa carrière au département d'État (ministère des Affaires étrangères). Warren Minor Ch […] Lire la suite

ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

  • Écrit par 
  • Sandrine GAMBLIN, 
  • Robert SANTUCCI
  •  • 36 094 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La marche vers la paix »  : […] Après la réunion d'une conférence à Genève (21 déc. 1973-7 janv. 1974), préludant aux désengagements dont il est question plus haut, et après une déclaration commune américano-soviétique du 1 er  octobre 1977, le nouveau président américain Jimmy Carter va rechercher durant un an un compromis entre les parties, rendu encore plus difficile par l'arrivée au pouvoir en Israël du parti du Likoud de M […] Lire la suite

EST-OUEST RELATIONS

  • Écrit par 
  • Jacques HUNTZINGER, 
  • Philippe MOREAU DEFARGES
  • , Universalis
  •  • 12 329 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'ère de la guerre fraîche (1973-1980) »  : […] La guerre du Kippour d'octobre 1973 révèle, quelques mois après la signature de l'accord de Washington sur la prévention des conflits et le contrôle commun des crises, toute la fragilité des nouvelles relations américano-soviétiques. Le conflit est, certes, l'occasion d'une concertation des deux puissances pour limiter ou stopper les hostilités, mais il crée un choc dans l'administration américai […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

Dans le chapitre « Du Watergate à l'Irangate »  : […] Enfin, le scandale du Watergate va sérieusement ébranler la « présidence impériale » aux yeux des Américains. Le 18 juin 1972, en pleine campagne électorale, les bureaux du Parti démocrate à Washington sont cambriolés. Les responsabilités républicaines sont rapidement établies mais, en haut lieu, on préfère nier. La tactique est d'abord payante : le président Nixon est triomphalement réélu contre […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Dans le chapitre « L’érosion de l’expansion d’après-guerre et la « grande inflation » (1969-1982) »  : […] L’inflation augmente puis reflue en 1970, avant de connaître une forte hausse en 1973, année du choc pétrolier, jusqu’à atteindre deux chiffres en 1974, avec un taux de 11 %, et de baisser à nouveau jusqu’en 1977. On retrouve ensuite le même schéma, avec un pic à plus de 14 % en 1980, à la suite du deuxième choc pétrolier (1979), puis une nouvelle baisse, suivie d’une stabilisation à partir de 19 […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 661 mots

Dans le chapitre « Des raisons cachées en 1980 et en 1984 ? »  : […] Les boycottages des Jeux de 1980 et de 1984 sont présentés par leurs initiateurs comme des actes politiques forts destinés à marquer l'opinion internationale, et uniquement comme tels. En fait, comme souvent, les motivations s'avèrent plus complexes. Concernant les Jeux de Moscou, Jimmy Carter n'invoque que l'invasion de l'Afghanistan par l'Armée rouge. Mais il existe des raisons plus obscures. S […] Lire la suite

OTAN (Organisation du traité de l'Atlantique nord)

  • Écrit par 
  • André FONTAINE, 
  • Pierre MELANDRI, 
  • Guillaume PARMENTIER
  • , Universalis
  •  • 16 046 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La montée du pacifisme »  : […] Bientôt, une vague pacifiste allait mobiliser des millions d'Européens dans des manifestations hostiles au déploiement des euromissiles américains et provoquer l'éloignement du Labour britannique et du S.P.D. allemand du consensus prévalant depuis la fin des années 1950 sur la défense de l'Occident. Elle s'inscrit dans le contexte d'une nouvelle et grave crise de l'Alliance, dont l'année 1982 a p […] Lire la suite

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 909 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « De l'isolement international à la reprise de liens informels »  : […] Taïwan se trouve en décembre 1978 dans la situation internationale la plus difficile de son histoire depuis 1949 : le président Jimmy Carter annonce la reprise des relations diplomatiques avec la Chine populaire, ce qui entraîne le retrait de l'ambassade américaine à Taïwan. La fin de l'appui américain exclusif, bien qu'elle eût été largement anticipée par le rapprochement sino-américain depuis 1 […] Lire la suite

Les derniers événements

3-23 janvier 2003 Venezuela. Poursuite de la crise politique

Jimmy Carter présente au président Chávez et à l'opposition vénézuélienne son plan de sortie de crise qui prévoit soit l'adoption d'un amendement constitutionnel permettant la tenue d'élections anticipées, soit l'organisation en août, à la moitié du mandat présidentiel, d'un référendum sur le maintien au pouvoir du chef de l'État. Le 23, lors d'une […] Lire la suite

11 octobre 2002 États-Unis. Jimmy Carter Prix Nobel de la paix

Jimmy Carter, président des États-Unis de 1977 à 1981 et fondateur, en 1982, de l'organisation non gouvernementale Centre Carter, spécialisée dans la résolution des conflits, l'aide au développement et l'aide humanitaire. Le président du Comité, Gunnar Berge, suscite une polémique au sein même du jury en déclarant que, « compte tenu de la position  […] Lire la suite

5-20 mai 2002 Cuba. Visite de Jimmy Carter à La Havane

Jimmy Carter met en doute les accusations portées par Washington avant son départ, selon lesquelles Cuba produirait et exporterait des armes biologiques. Le 14, Jimmy Carter prononce à l'université de La Havane un discours qui est intégralement retransmis par la radio et la télévision nationales. L'ancien président plaide en faveur de la normalisation […] Lire la suite

14-31 décembre 1999 Panamá – États-Unis. Rétrocession au Panamá de la Zone du canal par les États-Unis

Jimmy Carter. Ni le président Bill Clinton ni aucun autre dirigeant américain de premier plan n'est présent aux cérémonies. Le 31, le dernier soldat américain quitte la Zone du canal qui a perdu une grande partie de son rôle stratégique et commercial.  […] Lire la suite

23 mars - 2 avril 1998 États-Unis – Afrique. Tournée du président Bill Clinton en Afrique

Jimmy Carter en 1978. Bill Clinton apporte le soutien de son pays aux grands principes de la démocratie, de la paix et de l'ouverture sur l'économie mondiale qui conditionnent le développement de l'Afrique. Il évoque la prochaine adoption par le Congrès de la loi sur « la croissance et l'opportunité » en Afrique qui prévoit d'abolir les droits de douane […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France TOINET, « CARTER JIMMY (1924- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jimmy-carter/