CAMÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les camées modernes

Au Moyen Âge

La chute de l'Empire romain a marqué la décadence de la glyptique en Occident ; dès la fin du ive siècle, on ne gravait plus de sardonyx à couches multicolores. Un art d'exécution facile apparut qui répondait aux mêmes usages décoratifs, ce fut celui de la gravure sur verre, qui a été particulièrement florissante sur les bords du Rhin. Les artistes de l'époque franque gravaient, en creux ou en relief, sur verre moulé, clair ou opaque, des figures, des scènes païennes ou chrétiennes. Au ixe siècle, sous les successeurs de Charlemagne, il y eut une renaissance de la glyptique qui intéressa uniquement l'art de la gravure en creux sur cristal de roche ; aux xiiie et xive siècles, les inventaires des joyaux, notamment celui de Jean duc de Berry, énumèrent des camées à sujets chrétiens, tels que : « l'Annonciation, Nostre Dame, l'Ymage de Nostre Dame tenant son enfant, etc. ». Ce fut au xve siècle que des camées furent gravés sur coquille.

L'exemple des empereurs byzantins qui avaient transformé les œuvres païennes de la glyptique en œuvres chrétiennes fut suivi par l'Occident, qui transforma les gemmes antiques en pieux ex-voto, utilisés dans la décoration des croix, des châsses, des reliquaires, des couvertures de manuscrits liturgiques.

Chaque camée devint relique de l'Ancien ou du Nouveau Testament. En même temps, la plupart de ces camées prirent aux xive et xve siècles un caractère magique et surnaturel ; on attribuait aux agates irisées, notamment, une puissance miraculeuse contre les maladies physiques et morales. De là la préoccupation de dépister les faux, faits en pâte de verre, qui étaient dépourvus des dons bénéfiques attribués aux vraies pierres, portées en amulettes.

À la Renaissance

La richesse en camées de la Renaissance italienne, française et allemande, fut remarquable. En Italie, dès la première moitié du xve siècle, des mécènes dont le plus illustre fut Laurent de Médicis firent copier et imiter les gemmes antiques ; les collections particuliè [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Camée, art romain

Camée, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Gemma Augustea, art romain

Gemma Augustea, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur honoraire du Cabinet des médailles de Paris, ancien professeur à l'École du Louvre, professeur à la Monnaie de Paris

Classification

Autres références

«  CAMÉES  » est également traité dans :

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er à Sienne ; Cammei n […] Lire la suite

NASSARO ou NAZZARO MATTEO DEL (mort en 1548 env.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 517 mots

Peintre, dessinateur, orfèvre, graveur sur gemmes et médailleur italien, Matteo del Nassaro est pour Vasari le maître de la glyptique. Fils de Jacopo del Nassaro, bottier à Vérone, il apprend dans sa jeunesse le dessin et la musique. Deux artistes de Vérone lui enseignent la gravure : Galeazzo Mondella et Nicolò Avanzi. On considère La Déposition de Croix comme l'une de ses premières œuvres impor […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'art politique et triomphal »  : […] Dès le début du i er  siècle avant J.-C., les généraux et les hommes politiques font exécuter des monuments destinés à servir leur propagande. Le plus ancien est une base décorée de reliefs qui avait été consacrée vers 100 avant J.-C. dans le temple de Neptune au bord du Tibre, près du cirque Flaminius, et qui supportait vraisemblablement des statues de divinités marines dues à Scopas ; une parti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Josèphe JACQUIOT, « CAMÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/camees/