CAMÉES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les camées antiques

En Grèce

Le scarabée égyptien était la forme primitive et embryonnaire du camée proprement dit. Ce sont les Égyptiens et les Orientaux qui ont appris aux Grecs à graver en relief des gemmes de cristal, de cornaline et de jaspe ; mais, si le procédé technique du camée est issu de la glyptique pharaonique, c'est aux Grecs qu'il appartiendra, en s'affranchissant des modèles égyptiens, de devenir des novateurs dans l'art de graver les pierres fines. Aux carapaces de scarabées, les Grecs substituaient des masques de Silène, des têtes de Gorgone, de nègre, des animaux, qui rappelaient, par le galbe général seulement, la forme scarabéoïdale traditionnelle. Du viie au ive siècle avant notre ère les camées furent monochromes ; au ive siècle, la gravure des pierres fines, participant à la période de splendeur qui s'ouvrait pour la Grèce, subit une transformation ; le lithoglyphe grava sur des agates de plusieurs couleurs de véritables bas-reliefs en miniature, sur lesquels il multiplia les personnages, traduisant les épisodes les plus compliqués de la mythologie. Les dimensions, la forme des gemmes, le style et le choix des sujets se transformèrent. Le plus habile des graveurs en pierres fines fut Pyrgotèle. Bien que, dès le vie siècle, les lithoglyphes grecs aient signé leurs œuvres, il n'est resté aucune gemme signée de cet artiste.

À Rome

Les Romains avaient connu de toute antiquité les gemmes taillées, mais ce ne fut qu'au cours du ier siècle avant notre ère qu'ils recherchèrent les gemmes gravées en relief, dont les premières furent connues grâce à la dactyliothèque (écrin de pierres gravées et de camées) de P. Aemilius Scaurus, beau-fils de Sylla, et à la collection de joyaux et de camées de Mithridate, déposée par Pompée dans le temple de Jupiter Capitolin.

Camée, art romain

Camée, art romain

Photographie

Camée du Ier siècle portant les profils de l'empereur Claude et son épouse Agrippine la Jeune, à gauche, et de Germanicus et son épouse Agrippine l'Aînée, à droite. Kunsthistorisches Museum, Vienne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

La beauté des camées, l'émerveillement qu'ils éprouvèrent devant ces pierres fines de plusieurs couleurs, incitèrent les Romains à faire venir des agates à plusieurs couches d'Égypte, de Grèce, d'Asie Mineure, d'Arabie et de l'Inde, ainsi que des artistes ca [...]


Médias de l’article

Camée, art romain

Camée, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Gemma Augustea, art romain

Gemma Augustea, art romain
Crédits : Bridgeman Images

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : conservateur honoraire du Cabinet des médailles de Paris, ancien professeur à l'École du Louvre, professeur à la Monnaie de Paris

Classification


Autres références

«  CAMÉES  » est également traité dans :

DOMENICO DE' CAMMEI (actif fin XVe-déb. XVIe s.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 210 mots

Selon Vasari, Domenico de' Cammei travaille à Milan, comme graveur sur gemmes et comme médailleur. Il est en ces domaines le rival d'un artiste réputé, Giovanni delle Carniole, auteur du portrait en intaille de Savonarole. On l'identifie avec Domenico de Compagni ou peut-être avec Domenico Romano qui signe, en 1557, un camée de calcédoine, en souvenir de l'entrée de Cosme I er à Sienne ; Cammei n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domenico-de-cammei/#i_10838

NASSARO ou NAZZARO MATTEO DEL (mort en 1548 env.)

  • Écrit par 
  • Marguerite KRASSILNIKOFF
  •  • 517 mots

Peintre, dessinateur, orfèvre, graveur sur gemmes et médailleur italien, Matteo del Nassaro est pour Vasari le maître de la glyptique. Fils de Jacopo del Nassaro, bottier à Vérone, il apprend dans sa jeunesse le dessin et la musique. Deux artistes de Vérone lui enseignent la gravure : Galeazzo Mondella et Nicolò Avanzi. On considère La Déposition de Croix comme l'une de ses premières œuvres impor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nassaro-nazzaro/#i_10838

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'art politique et triomphal »  : […] Dès le début du i er  siècle avant J.-C., les généraux et les hommes politiques font exécuter des monuments destinés à servir leur propagande. Le plus ancien est une base décorée de reliefs qui avait été consacrée vers 100 avant J.-C. dans le temple de Neptune au bord du Tibre, près du cirque Flaminius, et qui supportait vraisemblablement des statues de divinités marines dues à Scopas ; une parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_10838

Voir aussi

Pour citer l’article

Josèphe JACQUIOT, « CAMÉES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/camees/