CAMBODGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRoyaume du Cambodge (KH)
Chef de l'Étatle roi Norodom Sihamoni (depuis le 14 octobre 2004)
Chef du gouvernementHun Sen (depuis le 30 novembre 1998)
CapitalePhnom Penh
Langue officiellekhmer
Unité monétaireriel (KHR)
Population16 052 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)181 035

Le Cambodge indépendant

Du développement à la chute de Sihanouk

L'accord de Genève contraignait Sihanouk à faire procéder à des élections libres. Prenant résolument l'initiative, il fit d'abord approuver massivement par référendum la façon dont il avait accompli sa mission (7 février 1955) puis il décida de se jeter lui-même dans l'arène politique. Le 2 mars 1955, il abdiquait en faveur de son père Suramarit et, redevenu prince, fondait un rassemblement, qu'on allait désormais connaître sous le nom de Sangkum.

L'indépendance dans la neutralité

Le prince entendait, en crevant l'écran que formaient les partis, établir un contact direct entre le peuple et ses dirigeants et promouvoir un développement rapide du pays tout en contrôlant l'administration par la base, notamment par le biais des congrès nationaux du Sangkum, sorte de « démocratie directe ». Plusieurs partis se déclarèrent dissous, plusieurs personnalités démocrates (comme Penn Nouth et Son Sann) se rallièrent au Sangkum, mais le Parti démocrate refusa de se rallier. Aux élections du 11 septembre 1955, le Sangkum obtint 83 p. 100 des voix, les démocrates 12 p. 100, les communistes 4 p. 100. Dès l'été de 1955, Sihanouk, qui avait, à la conférence de Bandoung, rencontré Nehru et Chou En-lai, réalisa que l'unité interne et la sécurité extérieure du Cambodge dépendaient largement de l'orientation de sa politique étrangère. L'expérience de l'histoire khmère en témoignait. Si le Sangkum penchait vers l'Occident, il serait attaqué par la gauche (qui avait des appuis étrangers à Hanoi et à Pékin). S'il penchait vers Pékin ou Moscou, il aurait des ennuis du côté des conservateurs du Sangkum et des démocrates (qui étaient soutenus par Bangkok, Saigon et Washington). Seul un strict non-alignement et l'ouverture de relations amicales avec tous les pays pouvaient sauvegarder l'indépendance du pays et l'union nationale. Le 14 décembre 1955, le Cambodge était admis à l'O.N.U., où il affirma sa volonté de pratiquer une politique totalement indépendante des deux blocs.

Anniversaire de l'indépendance du Cambodge, 1955

Photographie : Anniversaire de l'indépendance du Cambodge, 1955

Des jeunes femmes défilent dans les rues de Phnom Penh (Cambodge), lors de la célébration du deuxième anniversaire de l'indépendance, recouvrée en 1953. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les États-Unis, cependant, cherchaient à aligner le Cambodge sur leurs alliés de Bangkok et de Saigon dans un glacis antichinois d'un seul tenant. Pour résister à leur pression, Sihanouk estima indispensable d'équilibrer l'aide économique occidentale, trop exclusive. Il se rendit alors à Pékin (février 1956). La Chine, qui semblait au prince être l'État le mieux placé, après l'effacement de la France, pour défendre l'indépendance du Cambodge, lui promit de l'aider à consolider sa neutralité. L'U.R.S.S., de son côté, promit une aide économique substantielle (juillet 1956). Le 11 septembre 1957, Sihanouk faisait voter une loi proclamant la neutralité du pays. Cette orientation détermina le Sud-Vietnam et la Thaïlande à accroître leur pression sur le Cambodge et à partir de 1958 (année où s'établissent des relations diplomatiques officielles avec la Chine), c'est à une subversion active et continue, visant à faire capituler Sihanouk ou à l'éliminer que le Cambodge va faire face. Thaïlandais, Sud-Vietnamiens et Américains vont tenter de faire éclater le Sangkum de l'intérieur, en jouant de la rivalité de ses factions et de ses clans, en encourageant aussi la subversion armée. Un complot de Dap Chhuon, lié à Son Ngoc Thanh réfugié à Bangkok depuis 1955, est déjoué en mars 1959. Sihanouk accusait ouvertement la Thaïlande, avec qui il avait rompu les relations diplomatiques en décembre 1961 à cause d'un litige concernant le temple de Preah Vihear, de préparer un coup d'État contre lui. Mais d'autres complots, de gauche cette fois, furent éventés en 1961-1962, après la prise en main du Parti communiste (clandestin) par un certain Saloth Sar.

Norodom Sihanouk à Moscou, 1956

Photographie : Norodom Sihanouk à Moscou, 1956

Norodom Sihanouk, Premier ministre cambodgien, est en visite à Moscou, en 1956. Il est assis au centre en compagnie des dirigeants soviétiques : de droite à gauche, Molotov (1890-1986), Boulganine (1895-1975) et Khrouchtchev (1894-1971). 

Crédits : Keystone/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher

À l'intérieur toutefois, Sihanouk avait, par cette lutte, consolidé sa position. Son père Suramarit étant mort le 3 avril 1960, il avait accepté, devant le « vœu populaire », de devenir le chef de l'État (juin 1960).

Le développement du Cambodge faisait de vifs progrès. Un plan biennal (1956-1958) et son complément (1958-1960), adoptés par les premiers gouvernements du Sangkum, préparèrent le lancement de deux plans quinquennaux (1960-1964 et 1965-1969) que vinrent soutenir diverses aides étrangères (France, États-Unis, Chine, Union soviétique, Tchécoslovaquie). L'infrastructure fit de grands progrès : construction d'un port maritime à Kompong Som et d'un grand aéroport à Pochentong (qui libéraient le pays de la d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 39 pages

Médias de l’article

Cambodge : carte physique

Cambodge : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cambodge : drapeau

Cambodge : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Cambodge : population

Cambodge : population
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Danseuses traditionnelles cambodgiennes

Danseuses traditionnelles cambodgiennes
Crédits : Sylvain Grandadam/ Getty Images

photographie

Afficher les 25 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès lettres (histoire), historien, professeur (relations internationales)
  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales
  • : enseignant à l'Institut national des langues et civilisations orientales
  • : chargée du département Asie au musée de l'Homme, directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

Classification

Autres références

«  CAMBODGE  » est également traité dans :

CAMBODGE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ANG DUONG (1796-1860) roi du Cambodge (1845-1860)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots

Dernier roi du Cambodge avant le protectorat français (accession au trône en 1841, investiture officielle en 1848), né en 1796, mort le 19 octobre 1860 à Oudong (Cambodge). Ang Duong est le frère cadet d'Ang Chan II, qui règne sous l'autorité conjointe du Siam (la Thaïlande) et du Vietnam. De 1841 à 1847, ces deux pays s'affrontent au Cambodge, alternant conflits et trêves agitées. Incapables d […] Lire la suite

ANGKOR

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS, 
  • Claude JACQUES, 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 4 580 mots
  •  • 10 médias

L' occupation de la région d'Angkor remonte au moins au I er  millénaire avant notre ère (connue par les fouilles de B.-P. Groslier) mais les premiers monuments ne datent que du vii e  siècle de notre ère ; ils se trouvent à l'ouest sur le Stung Puok. Le viii e  siècle est marqué par des constructions dans le secteur de Rolûos. Elles s'y multiplient au ix e  siècle après la « fondation » de la mon […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mousson de l'Asie du Sud-Est »  : […] L'Asie du Sud-Est, plus méridionale que l'Inde, est aussi beaucoup plus arrosée : les pluies sont, à peu près partout, supérieures à 1 400 mm, et les climats équatoriaux à pluies constantes et très abondantes (supérieures à 2 000 et même à 2 500 mm) sont très largement représentés. Le relief étant, par ailleurs, beaucoup plus fragmenté, les climats sont plus divers. Les phénomènes moteurs de la mo […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La maîtrise du milieu, base du pouvoir »  : […] Influences fécondes, génie propre de quelques peuples, espaces géographiques propices, encore a-t-il fallu que des États s'organisent et réussissent. Ce ne fut pas partout le cas : ainsi, apparemment favorables, les deltas de la Salouen et du Ménam n'ont pratiquement pas abrité d'empires. Et l'on constate que chacune des puissances qui s'est finalement développée ne l'a fait que lorsqu'elle s'est […] Lire la suite

BATTAMBANG

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 155 mots

La ville de Battambang, située sur la rivière Sangké, est le troisième centre urbain du Cambodge, au nord-ouest de la capitale, Phnom Penh. De 1794 à 1907 puis de 1941 à 1946, la ville fut sous la souveraineté du Siam. Jusqu'à l'arrivée au pouvoir des Khmers rouges en 1975, Battambang abritait une importante communauté de commerçants chinois. Parmi les industries, on trouve une filature et des us […] Lire la suite

BHAVAPURA

  • Écrit par 
  • Claude JACQUES
  •  • 258 mots

Nom d'un royaume de l'ancien pays khmer, dont le centre se trouvait très probablement sur le site de Sambor Prei Kuk. Bhavapura a dû être fondé par le roi Bhavavarman I er (seconde moitié du vi e  siècle), qui lui aurait donné son nom, selon une habitude courante. Le Bhavapura connaît sans doute son apogée sous le règne d'Îçânavarman I er (616 env.-env. 635), le neveu de Bhavavarman I er , dont […] Lire la suite

BHAVAVARMAN Ier, roi khmer (2e moitié VIe s.)

  • Écrit par 
  • Claude JACQUES
  •  • 463 mots

Malgré le silence des annalistes chinois, les éléments essentiels de la vie de Bhavavarman sont connus grâce à l'épigraphie du Cambodge. On sait qu'il a conquis son trône à la pointe de son épée, ce qui pourrait impliquer qu'il s'est taillé un domaine en dehors de celui de son père. Il a fait élever, au sommet de sa puissance, un temple à Shiva Gambhīreshvara, identifié au temple nord du groupe de […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Au Cambodge »  : […] Au Cambodge et plus généralement dans les pays qui constituaient l'empire khmer (qui a englobé une partie importante de l'actuelle Thaïlande), le Grand Véhicule, apparu à la fin du viii e  siècle, prospéra sous un çivaïsme d'État très tolérant. La dévotion pour Avalokiteçvara est en particulier une de ses caractéristiques. Mais le bouddhisme du Petit Véhicule des Anciens est également attesté. La […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 novembre 2020 Asie. Signature d'un accord de libre-échange entre quinze États d'Asie et du Pacifique.

Il s’agit de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, en plus des dix pays membres de l’ASEAN (Birmanie, Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Vietnam). L’Inde en est absente. Ces pays représentent environ 30 p. 100 du PIB mondial. En janvier 2017, le président américain Donald Trump avait retiré son pays du projet de Partenariat transpacifique (TPP) initié par son prédécesseur Barack Obama, qui visait à établir une zone de libre-échange entre les régions Asie, Pacifique et Amérique. […] Lire la suite

12 février 2020 Union européenne – Cambodge. L'accès aux tarifs préférentiels retiré à Phnom Penh.

La Commission européenne décide de retirer le Cambodge de la liste des pays bénéficiant de la clause des tarifs préférentiels qui les exonèrent de droits de douanes sur leurs exportations vers l’Union européenne. Elle justifie cette décision par les « violations graves et systématiques » des droits de l’homme perpétrées par le pouvoir cambodgien. Le régime du Premier ministre Hun Sen est notamment parvenu à supprimer toute opposition parlementaire. […] Lire la suite

10 octobre 2019 Iran. Autorisation donnée aux femmes d'assister à un match de football.

Les femmes sont autorisées, pour la première fois depuis 1979, à assister à un match de football masculin opposant les équipes d’Iran et du Cambodge pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2022. La décision a été prise sous la pression de la Fédération internationale de football association (FIFA), à la suite de l’immolation par le feu, en septembre, d’une supportrice arrêtée pour avoir voulu s’introduire dans un stade. […] Lire la suite

16 novembre 2018 Cambodge. Condamnation de deux anciens dirigeants khmers rouges pour génocide.

Le tribunal spécial chargé de juger les crimes du régime des Khmers rouges condamne pour génocide ses deux derniers dirigeants encore en vie, l’ancien idéologue du régime Nuon Chea et l’ancien président du Kampuchéa démocratique Khieu Samphan, pour des exactions commises à l’encontre des Vietnamiens vivant au Cambodge et des membres de la communauté musulmane cham. […] Lire la suite

20 août - 10 septembre 2018 Cambodge. Libération d'opposants.

Le 10 septembre, Kem Sokha, chef du Parti du salut national du Cambodge, principale formation d’opposition, emprisonné depuis septembre 2017, est libéré sous caution, mais reste inculpé pour « trahison et espionnage ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, Manuelle FRANCK, Christian LECHERVY, Solange THIERRY, « CAMBODGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cambodge/