BOUDDHISME (Les grandes traditions)Bouddhisme tibétain

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Croyances et pratiques populaires

Bien que les laïcs aient eu la possibilité de prononcer le vœu de la Pensée de l'Éveil et celui des tantra, et que certains se soient engagés sur cette voie, la majorité laissait aux spécialistes tout ce qui relève de la spéculation métaphysique ou de la liturgie, et se contentait d'une foi vivace mais élémentaire, où les grandes notions du bouddhisme se combinaient avec les croyances ancestrales. Le principe bouddhique le plus profondément enraciné dans le peuple est celui du karma (las, rétribution des actes) qui conditionne l'existence présente et les renaissances à venir ; cette croyance entraîne une sorte de fatalisme tout à fait frappant devant les vicissitudes de la vie. En même temps, elle conduit à une série d'actes destinés à accumuler des mérites pour obtenir une meilleure renaissance, jusqu'à la délivrance dans un paradis, et non l'extinction complète du nirvāṇa. Parallèlement, la crainte de tomber dans l'un des enfers est forte, avivée par les descriptions et peintures qui en sont faites. La dévotion s'adresse moins au Buddha Shākyamuni qu'aux buddha et bodhisattva avec une piété toute particulière envers Avalokiteśvara, considéré, depuis le xiie siècle au moins, comme le patron spécifique du Tibet. Son mantra, la célèbre formule en six syllabes om maṇi padme hūṃ, est égrené sans fin sur le rosaire qui ne quitte pas le Tibétain, répété dans le tournoiement des moulins à prière actionnés par le passant ou le courant de l'eau, gravé sur les rochers ou des pierres empilées.

Moulin à prières, Namche Bazar, Népal

Photographie : Moulin à prières, Namche Bazar, Népal

Faire tourner le moulin a la même valeur spirituelle que de réciter les mantras dont il est rempli. 

Crédits : Avatar_023/ Shutterstock

Afficher

La pratique populaire peut se résumer dans la dévotion envers les trois aspects des buddha : corps, parole, pensée, symbolisés respectivement par les images et statues, les livres, les stūpa (mchod-rten) et temples. Elle se manifeste dans le culte journalier rendu à l'autel familial par le père de famille : renouvellement de l'eau des coupelles d'offrande... À l'extérieur, elle se manifeste par la circumambulation autour des stūpa qui jalonnent les chemins, la mise en branle des moulins à prière, les pèlerinages, proches ou lointains. Entièrement intégrés à ces croyances et pratiques relevant du bouddhisme le plus orthodoxe, on trouve des éléments absents du bouddhisme indien tel qu'il est parvenu à notre connaissance, que l'on peut rattacher au fonds prébouddhique : crainte des « revenants » ('dre), dont il existe de nombreuses catégories ; multitude et importance des dieux du sol, et survivance du culte voué aux divinités-montagnes ; divinités personnelles résidant sur les diverses parties du corps, dieux de la maison – protecteur de la lignée mâle (pho-lha), auquel les hommes rendent un culte quotidien de fumigations ; dieu de l'intérieur (phug-lha), vénéré par les femmes dans le pilier principal de la cuisine ; dieu du foyer (thab-lha)... La nomenclature en est presque sans fin. Pour s'attirer leur faveur, pour écarter les malheurs qu'ils provoquent s'ils sont offensés, ou pour les réparer, les laïcs font appel à des spécialistes, religieux ou non, qui utilisent des techniques prohibées théoriquement par le bouddhisme : divination, dont il existe de nombreux systèmes, prise de possession de médiums. Certains de ces médiums, de très haut rang, étaient patronnés officiellement par le gouvernement, pour qui ils faisaient fonction d'oracle d'État.

Le bouddhisme, capable de s'adapter aux différents contextes socioreligieux qu'il rencontrait, s'est révélé au Tibet être un extraordinaire instrument de culture, envahissant et façonnant tous les domaines de l'activité humaine : art, littérature, vie quotidienne... En même temps, il s'est chargé d'éléments nouveaux dans ses développements dogmatiques comme dans son panthéon et ses cultes. Un phénomène similaire se déroule actuellement avec l'engouement des Occidentaux pour le bouddhisme tibétain et avec l'implantation de centres d'enseignement et de méditation en Europe et aux États-Unis. L'avenir dira dans quelle mesure l'adaptation par les maîtres tibétains de leur pensée et de leur vocabulaire à la mentalité occidentale modifiera à son tour le bouddhisme tibétain.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Monastère de Tashilhunpo, Tibet

Monastère de Tashilhunpo, Tibet
Crédits : Jane Sweeney/ robertharding/ Getty Images

photographie

Trompe tibétaine

Trompe tibétaine
Crédits : Bushnell/ Soifer/ Getty Images

photographie

Dans un temple bouddhiste

Dans un temple bouddhiste
Crédits : Bushnell/ Soifer/ Getty Images

photographie

Moulin à prières, Namche Bazar, Népal

Moulin à prières, Namche Bazar, Népal
Crédits : Avatar_023/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses (religions tibétaines), responsable de l'U.A. 1229 du C.N.R.S. (langues et cultures de l'aire tibétaine)

Classification

Autres références

«  BOUDDHISME  » est également traité dans :

BOUDDHISME - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Né dans l'inde il y a vingt-cinq siècles, le bouddhisme s'est répandu peu à peu sur toute la partie la plus vaste et la plus peuplée de l'Asie, de l'Afghanistan à l'Indonésie et de Ceylan au Japon. Il y a prospéré pendant fort longtemps et il est encore florissant dans ces deux derniers pays ainsi qu'en Thaïlande, en Birmanie et en Corée du Sud, comme il l'était naguère au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le Buddha

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 4 307 mots
  •  • 2 médias

On donne le titre de Buddha, celui qui s'est « éveillé » à la Vérité, à un sage de l'Inde antique qui enseigna une méthode destinée à découvrir la réalité cachée derrière les apparences et à se libérer définitivement des illusions, des passions et de la douleur inhérente à toute forme d'existence.Pour lui, comme pour presque tous les Indiens, chaque mort est suivie d'une renais […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Le bouddhisme, issu d'un modeste district de l'Inde gangétique, s'est répandu, non sans se modifier, sur une grande partie de l'Asie et est devenu, avec le christianisme et l'islam, une des trois grandes religions mondiales. Aujourd'hui, Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, le Laos, le […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Littératures et écoles bouddhiques

  • Écrit par 
  • André BAREAU
  •  • 6 022 mots

Sauf durant la vie du Buddha, la communauté monastique n'a jamais été unie sous une direction ayant le pouvoir de maintenir sa cohésion et de définir et imposer une orthodoxie, comme le fit longtemps la papauté dans le christianisme. L'expansion géographique du bouddhisme, la souplesse avec laquelle il s'adapta aux mentalités et aux modes de vie des populations fort diverses parmi lesquelles ils s […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - Le renouveau contemporain

  • Écrit par 
  • Heinz BECHERT
  •  • 1 915 mots

Le bouddhisme fut, dès la fin du Ier millénaire de l'ère chrétienne, chassé de bien des régions d'Asie centrale et d'Asie du Sud-Est par l'expansion de l'islam. Sous la colonisation et au temps de la prééminence mondiale des puissances européennes, il sembla perdre encore davantage de son importance. S'opposant à cette évolution, […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme indien

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT, 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 10 626 mots
  •  • 1 média

Le bouddhisme propose à l'homme trois refuges, le Buddha, sa doctrine et sa communauté. Les trois ont leur histoire, longue de deux millénaires et demi : la représentation de la personne du premier a toujours évolué, les conceptions doctrinales ont été en perpétuelle mutation, la communauté a eu son développement propre en fonction de ces conceptions et des circonstances extérieures politiques ou […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme chinois

  • Écrit par 
  • Jacques GERNET, 
  • Catherine MEUWESE
  •  • 4 724 mots
  •  • 4 médias

Le bouddhisme, du Petit et du Grand Véhicule, commence à être connu en Asie orientale à partir des ier et iie siècles de notre ère. Il pénètre jusqu'à la vallée du fleuve Jaune, en Chine du Nord, par la route des oasis qui relie la Transoxiane au Gansu, dans la péninsule indochinoise et dans la Chine du S […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Le bouddhisme tel qu'il fut transmis au Japon, par l'intermédiaire de la Corée, vers le milieu du vie siècle après J.-C., avait été auparavant refaçonné par la Chine. Il s'agissait, bien entendu, pour l'essentiel, des doctrines du Grand Véhicule (Mahāyāna) qui remontaient jusqu'au bouddhisme indien, mais avec les évolutions qu'elles avaient subies au […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations du Buddha

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 2 848 mots
  •  • 7 médias

Le Buddha a vécu au vie siècle avant notre ère, mais il n'est représenté dans l'Inde du Nord (région de Mathurā) et du Nord-Ouest (Gāndhāra) qu'aux environs de notre ère. Sur les premiers monuments bouddhiques illustrés (balustrade de Bhārhut, milieu du iie siècle avant notre ère), il n'est en effet figur […] Lire la suite

BOUDDHISME (Arts et architecture) - Représentations des Bodhisattva

  • Écrit par 
  • Bruno DAGENS
  •  • 1 505 mots
  •  • 2 médias

Les Bodhisattva sont des « êtres (sattva) [sur le chemin] de l'Éveil (Bodhi) », c'est-à-dire des futurs Buddha ou des êtres qui, sur le point de devenir des Buddha, y ont renoncé. Dans sa première acception, le terme concerne le Buddha historique, pour la partie de sa vie terrestre qui précède l'Éveil et pour toute […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Anne-Marie BLONDEAU, « BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme tibétain », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouddhisme-les-grandes-traditions-bouddhisme-tibetain/