BOLCHEVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Organisation du parti

Le bolchevisme prit corps dans ces débats, et l'on peut situer la date de sa naissance au moment de la parution de la fameuse brochure polémique de Lénine Que faire ? (1902), qui reste un document clé pour la compréhension de son histoire avant et même après la révolution d'octobre 1917. Ce livre eut un retentissement considérable dans les milieux révolutionnaires de l'époque ; selon un contemporain – Charles Rappoport – « le Que faire ? n'était pas à proprement parler un livre, mais une exécution capitale – et magistrale – du réformisme socialiste en la personne de Bernstein, et du réformisme syndicaliste prêché en Russie par Boris Kritchevsky ». Ce pamphlet n'était pas seulement l'exposé systématique des vues de Lénine en matière d'organisation, et la définition de sa tactique ; il contenait déjà les germes de la stratégie de l'avant-garde révolutionnaire qui forme, dans une certaine mesure, la quintessence du bolchevisme. À la différence de ses aînés, tel Plekhanov, Lénine ne s'affirme pas comme un exégète du marxisme, mais comme un théoricien de la révolution. Sa théorie, qui va se modeler dans les vicissitudes de la lutte, apparaît dès 1902 à la fois comme une innovation et comme un retour aux sources, celles du marxisme de 1848 qui avait à affronter à l'époque des objectifs similaires mais non identiques.

La pointe polémique de Que faire ? était dirigée contre un courant puissant dans le mouvement socialiste russe, auquel Lénine donna, pour l'histoire, le nom d'«  économisme ». Inspirés par une volonté de réalisme, et aussi par la révision du marxisme qu'Édouard Bernstein avait entreprise à l'époque dans le puissant parti allemand, les « économistes » défendaient l'idée qu'en Russie, où les forces ouvrières étaient bien faibles et la révolution fort problématique, la social-démocratie, au lieu de gaspiller en vain son énergie et de se sacrifier pour une illusion, devait se situer sur le terrain des réalités, c'est-à-dire axer la lutte sur le plan économique, celui des revendications ouvrières immédiates. La social-démocratie devait se fier à la spontanéité des masses pour acquérir une audience réelle et sortir de son isolement. Par là se trouvait posé le problème dont la complémentarité avec le précédent est évidente : le rapport entre la lutte économique et politique, entre la spontanéité des masses et le rôle d'avant-garde du parti conscient et directeur. Dans sa réplique, Lénine formula de manière délibérément exagérée, comme il le fit ultérieurement remarquer, à la fois les prémisses théoriques et les modalités pratiques du bolchevisme. Il se livra à une critique de la doctrine de l'action spontanée des masses, et par là il marqua une rupture avec le fatalisme mécaniste. La classe ouvrière n'est pas spontanément socialiste ni révolutionnaire. La conscience de classe du prolétariat n'est pas un produit mécanique de sa situation de classe, elle doit être apportée du dehors. C'est le rôle du parti qui, matérialisant l'unification du mouvement ouvrier et du socialisme scientifique, constitue l'instrument seul capable d'exprimer consciemment le processus inconscient de l'histoire.

Sans l'intervention d'une avant-garde révolutionnaire consciente et active, la spontanéité des masses risquerait fort d'orienter le processus historique vers une contestation limitée, vers des réformes sociales qui impliqueraient le renoncement à toute perspective révolutionnaire.

Mais de quel parti s'agit-il ? C'est ici que sa réponse débordait largement le concept marxiste classique que les mencheviks, partisans d'un parti « ouvert », inspiré du modèle européen, faisaient leur. Le type de parti préconisé par Lénine est celui d'une avant-garde, constituée d'un petit nombre de révolutionnaires professionnels ; condamnée, dans la Russie tsariste, à l'action clandestine, elle ne saurait être qu'un parti rigoureusement discipliné et extrêmement centralisé. La tâche essentielle du parti est de préparer la révolution ; il doit donc servir de catalyseur et de ferment, et prévoir en tous domaines l'action à entreprendre dans une situation révolutionnaire. Il devient alors « à la fois – et au même degré d'intensité – producteur et produit, préalable et fruit des mouvements révolutionnaires de masse » (Lukács). Les principes exposés dans cet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Jeune bolchevik, 1919

Jeune bolchevik, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie

Labourage de fortune

Labourage de fortune
Crédits : Slava Katamidze Collection/ Getty Images

photographie

Le cabinet de Lenine et Trotski

Le cabinet de Lenine et Trotski
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  BOLCHEVISME  » est également traité dans :

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

C'est en Europe centrale que le problème national s'est posé avec le plus d'acuité au mouvement ouvrier et marxiste au xix e et au début du xx e siècle. S'il est au centre des débats à l'issue de la révolution de 1905, qui fut le théâtre privilégié du soulèvement national dans l'Empire du tsar, le problème national est toutefois relativement peu théorisé par les grandes figures du marxisme russ […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées par la seule action quotidienne spontanée et incap […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La révolution d'Octobre »  : […] La victoire inattendue des bolcheviks en Russie à l'issue de la seconde révolution, dite « d'Octobre » (nov. 1917) , apparaît comme l'événement décisif d'une toute nouvelle conjoncture qui se développe entre deux pôles : la signature d'une paix séparée sur le front oriental et l'espoir d'une révolution prolétarienne à court terme en Occident. Pour marquer la rupture avec le passé et la II e  Inter […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 456 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « « Le merveilleux Géorgien » »  : […] Les parents de Joseph Vissarionovitch Djougachvili étaient tous deux serfs de naissance, avant l'abolition du servage en 1861. Son père, Vissarion Djougachvili – un modeste cordonnier géorgien installé dans la petite ville de Gori (Géorgie) –, fut tué dans une rixe alors que son fils Sosso, le futur Staline (né en décembre 1879) n'avait que dix ans. En 1894, Sosso Djougachvili est inscrit au sémi […] Lire la suite

BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH (1888-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANK
  •  • 1 673 mots
  •  • 1 média

Le plus jeune des six principaux dirigeants bolcheviques mentionnés par Lénine dans son « Testament », Boukharine « n'est pas seulement un théoricien des plus marquants et de très haute valeur ; il jouit à bon droit de l'affection du parti tout entier. Cependant, ses vues théoriques ne peuvent qu'avec la plus grande réserve être tenues pour parfaitement marxistes, car il y a en lui quelque chose […] Lire la suite

SOCIALISME - Les Internationales

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 7 744 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux origines de l'Internationale communiste »  : […] L'Internationale communiste est d'abord issue de la guerre : c'est celle-ci qui met à jour l'exigence d'une scission dont avant 1914 nul ne voulait. Le corps entier est dénoncé comme gangrené. Lénine est le premier à en tirer des conclusions en termes d'organisation : la II e  Internationale a « failli », il faut préparer une nouvelle Internationale. Mais la haine du socialisme de guerre ne se dév […] Lire la suite

AXELROD PAVEL BORISSOVITCH (1850-1928)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Né à Chklov dans une famille de paysans juifs, Axelrod suit les cours de l'école secondaire tout en organisant une école pour enfants de Juifs pauvres. À dix-huit ans il découvre Lassalle et s'engage dans le mouvement révolutionnaire. Populiste, il tente d'organiser à Kiev des cercles d'étudiants révolutionnaires. En 1872-1874, il participe à la croisade populiste des jeunes intellectuels vers le […] Lire la suite

CONSEILS RÉPUBLIQUE DES (1919)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 744 mots
  •  • 1 média

On appelle ainsi l'éphémère république soviétique que connaît la Hongrie d'avril à juillet 1919. Comme en Russie, la révolution bolchevique hongroise est précédée d'une révolution bourgeoise et démocratique qui se substitue à l'Ancien Régime. À Budapest, la révolution du 31 octobre 1918, dirigée par un aristocrate libéral et francophile, le comte Michel Károlyi, tente d'arracher le pays à la guerr […] Lire la suite

GORKI MAXIME (1868-1936)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 2 716 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le second exil »  : […] Cette conception volontariste et collectiviste de la vie et de l'histoire explique aussi le ralliement de Gorki aux bolcheviks, auxquels il reprocha d'abord violemment ( Pensées intempestives , articles de 1917-1918) d'avoir déclenché prématurément la révolution dans un pays arriéré. Ainsi il accuse le « tandem Lénine-Trotski » de faire une « expérience cruelle » sur le peuple russe, et s'effraie […] Lire la suite

LE JEUNE STALINE (S. Sebag Montefiore)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 1 090 mots

Après le succès mondial de Staline : la cour du Tsar rouge , le journaliste britannique, romancier et présentateur de télévision Simon Sebag Montefiore s'est attaqué à la jeunesse du futur dictateur dans Le Jeune Staline (Calmann-Lévy, Paris, 2008). Dès l'introduction, l'auteur annonce son parti pris de narrer par le menu la « vie intime et secrète » de Staline car, explique-t-il, « les personna […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « BOLCHEVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bolchevisme/