BOLCHEVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Impérialisme et révolution

La Première Guerre mondiale, considérée comme impérialiste et combattue sans équivoque par les bolcheviks, leur permit d'élargir leur champ d'action et de réflexion. L'action se situa dans le domaine des réalités politiques : il fallait remplacer la IIe Internationale, qu'ils considéraient comme morte, par de nouveaux regroupements internationaux issus des convulsions de la guerre. Dès novembre 1914, l'idée d'une troisième Internationale est lancée : ses contours étaient encore vagues, mais ses buts précis. « La tâche de la IIIe Internationale consiste à organiser les forces du prolétariat en vue de l'assaut révolutionnaire à donner aux gouvernements capitalistes, en vue de la guerre civile contre la bourgeoisie de tous les pays pour la conquête du pouvoir et la victoire du socialisme. » Dès lors, les bolcheviks rompent délibérément avec l'Internationale traditionnelle. Ils prennent pour cible les partisans de cette dernière, qualifiés de centristes, qui, Kautsky en tête, préparent une issue pacifiste à la guerre et la reconstruction de la IIe Internationale. Estimant celle-ci « faite pour le temps de la paix, mais pas pour celui de la guerre », ils prennent l'initiative de regrouper sur cette plate-forme toutes les forces et toutes les fractions socialistes européennes adversaires de l'« union sacrée ». En septembre 1915 se tient, à Zimmerwald, en Suisse, la première conférence des socialistes internationalistes qui tentent de concerter leur action. Les bolcheviks y participent. Ils sortent de l'isolement sans gagner en audience. Sur trente voix, Lénine n'en obtient que sept. Pourtant, les bolcheviks chercheront à comptabiliser ce demi-échec à leur actif. « Le succès de notre tendance est indubitable, écrira Lénine... Les ouvriers russes qui, dans leur écrasante majorité, nous ont suivis depuis 1912-1914 verront maintenant que notre tactique a été approuvée par une conférence internationale et que nos principes fondamentaux sont adoptés par un nombre toujours croissant de partisans et par les meilleurs éléments de l'Internationale prolétarienne. »

Il ne s'agissait pas d'une vantardise mais d'un calcul de propagande tendant à démontrer l'audience internationale des bolcheviks, seule force révolutionnaire représentative en Russie. La guerre affermissait la conviction de Lénine de l'imminence de la révolution et produisait des changements tels qu'ils nécessitaient non seulement une rectification de la tactique, mais aussi une réévaluation du rôle et de la place du bolchevisme dans cette révolution. Mais la guerre révélait un autre phénomène : l'adhésion de la majeure partie des partis bourgeois ou « petits-bourgeois », tel le menchevisme, à l'« union sacrée ». Dès lors, la révolution en Russie ne pouvait se faire en accord avec eux mais contre eux. C'est le prolétariat qui prendra la tête de la future révolution bourgeoise en Russie, proclame Lénine dans des instructions qu'il élabore en octobre 1915 sur l'activité révolutionnaire en Russie, et où il identifie le prolétariat, en tant que force politique, avec le bolchevisme. Cette conviction de l'actualité de la révolution n'est pas un simple prolongement de ce qu'il prône depuis des années, mais prend une nouvelle dimension théorique.

Au printemps de 1915, Lénine reprend l'ensemble de ces réflexions, ainsi que celles de jeunes théoriciens, tel Boukharine, dans l'œuvre qui présidera désormais à l'analyse des bolcheviks, et qui s'intitule : L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme.

« La théorie de l'impérialisme est, chez Lénine, beaucoup moins une théorie de la genèse économiquement nécessaire et de ses limites économiques que la théorie des forces de classe concrètes que l'impérialisme déchaîne et rend opérantes, la théorie de la situation mondiale concrète qui a été créée par l'impérialisme » (Lukács). Sous l'angle économique, Lénine s'appuie sur les travaux de ses prédécesseurs, Hobson, Hilferding, pour définir le capitalisme monopoliste, son mécanisme et son emprise universelle. Ces conclusions, le processus général qu'il dégage confèrent à ses analyses une portée stratégique et un élargissement théorique : la théorie léniniste de la révolution bourgeoise démocratique a désormais valeur d'analyse pour une révolution planétaire.

Le capitalisme monopoliste apparaît non seulement comme la dernière phase d'un capitalisme qui a cessé d'être progressiste et dynamique et a pris un caractère parasitaire, mais aussi comme le générateur de la révolu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Discours de Lénine à Moscou

Discours de Lénine à Moscou
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Jeune bolchevik, 1919

Jeune bolchevik, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie

Labourage de fortune

Labourage de fortune
Crédits : Slava Katamidze Collection/ Getty Images

photographie

Le cabinet de Lenine et Trotski

Le cabinet de Lenine et Trotski
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  BOLCHEVISME  » est également traité dans :

AXELROD PAVEL BORISSOVITCH (1850-1928)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 397 mots
  •  • 1 média

Né à Chklov dans une famille de paysans juifs, Axelrod suit les cours de l'école secondaire tout en organisant une école pour enfants de Juifs pauvres. À dix-huit ans il découvre Lassalle et s'engage dans le mouvement révolutionnaire. Populiste, il tente d'organiser à Kiev des cercles d'étudiants révolutionnaires. En 1872-1874, il participe à la croisade populiste des jeunes intellectuels vers le […] Lire la suite

BOUKHARINE NICOLAS IVANOVITCH (1888-1938)

  • Écrit par 
  • Pierre FRANK
  •  • 1 673 mots
  •  • 1 média

Le plus jeune des six principaux dirigeants bolcheviques mentionnés par Lénine dans son « Testament », Boukharine « n'est pas seulement un théoricien des plus marquants et de très haute valeur ; il jouit à bon droit de l'affection du parti tout entier. Cependant, ses vues théoriques ne peuvent qu'avec la plus grande réserve être tenues pour parfaitement marxistes, car il y a en lui quelque chose […] Lire la suite

COMMUNISME - Histoire

  • Écrit par 
  • Annie KRIEGEL
  •  • 13 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La révolution d'Octobre »  : […] La victoire inattendue des bolcheviks en Russie à l'issue de la seconde révolution, dite « d'Octobre » (nov. 1917) , apparaît comme l'événement décisif d'une toute nouvelle conjoncture qui se développe entre deux pôles : la signature d'une paix séparée sur le front oriental et l'espoir d'une révolution prolétarienne à court terme en Occident. Pour marquer la rupture avec le passé et la II e  Inter […] Lire la suite

COMMUNISME - Mouvement communiste et question nationale

  • Écrit par 
  • Roland LOMME
  •  • 21 018 mots
  •  • 6 médias

C'est en Europe centrale que le problème national s'est posé avec le plus d'acuité au mouvement ouvrier et marxiste au xix e et au début du xx e siècle. S'il est au centre des débats à l'issue de la révolution de 1905, qui fut le théâtre privilégié du soulèvement national dans l'Empire du tsar, le problème national est toutefois relativement peu théorisé par les grandes figures du marxisme russ […] Lire la suite

CONSEILS RÉPUBLIQUE DES (1919)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 744 mots
  •  • 1 média

On appelle ainsi l'éphémère république soviétique que connaît la Hongrie d'avril à juillet 1919. Comme en Russie, la révolution bolchevique hongroise est précédée d'une révolution bourgeoise et démocratique qui se substitue à l'Ancien Régime. À Budapest, la révolution du 31 octobre 1918, dirigée par un aristocrate libéral et francophile, le comte Michel Károlyi, tente d'arracher le pays à la guerr […] Lire la suite

GORKI MAXIME (1868-1936)

  • Écrit par 
  • Michel NIQUEUX
  •  • 2 716 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le second exil »  : […] Cette conception volontariste et collectiviste de la vie et de l'histoire explique aussi le ralliement de Gorki aux bolcheviks, auxquels il reprocha d'abord violemment ( Pensées intempestives , articles de 1917-1918) d'avoir déclenché prématurément la révolution dans un pays arriéré. Ainsi il accuse le « tandem Lénine-Trotski » de faire une « expérience cruelle » sur le peuple russe, et s'effraie […] Lire la suite

LE JEUNE STALINE (S. Sebag Montefiore)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 1 090 mots

Après le succès mondial de Staline : la cour du Tsar rouge , le journaliste britannique, romancier et présentateur de télévision Simon Sebag Montefiore s'est attaqué à la jeunesse du futur dictateur dans Le Jeune Staline (Calmann-Lévy, Paris, 2008). Dès l'introduction, l'auteur annonce son parti pris de narrer par le menu la « vie intime et secrète » de Staline car, explique-t-il, « les personna […] Lire la suite

KUN BÉLA (1886-1939)

  • Écrit par 
  • Dominique GROS
  •  • 1 470 mots
  •  • 1 média

Fondateur du Parti communiste hongrois. Le père de Béla Kun est un petit employé communal d'origine juive, non pratiquant, très attaché à la tradition radicale et nationaliste de Kossuth. Après avoir fait du journalisme, Kun accède à la direction de la Société ouvrière d'assurances de Kolozsvár et fonde une coopérative ouvrière de construction. Il est élu en 1913 délégué au congrès du Parti social […] Lire la suite

LÉNINE (1870-1924)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Le fondateur du bolchevisme »  : […] En 1902, Lénine publie un texte fondamental, Que faire ? , premier manifeste de ce qui deviendra, l'année suivante, le bolchevisme. Lénine y expose sa conception d'un parti révolutionnaire d'avant-garde, discipliné et centralisé, composé d'un noyau de révolutionnaires professionnels, chargés d'encadrer les masses ouvrières trop facilement tentées par la seule action quotidienne spontanée et incap […] Lire la suite

MENCHEVISME

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 2 711 mots
  •  • 1 média

Tout comme la dénomination de bolchevisme, celle de menchevisme est issue du II e congrès du Parti ouvrier social-démocrate de Russie ( P.O.S.D.R.) qui siégea pendant un mois à Bruxelles puis à Londres en août 1903 et établit un nouveau clivage fondamental à l'intérieur du mouvement ouvrier russe. Les mencheviks ( menchinstvo = minorité) doivent ce qualificatif au fait d'avoir été mis en minorit […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « BOLCHEVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bolchevisme/