MURGER HENRI (1822-1861)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un concierge allemand exerçant aussi la profession de tailleur, Henri Murger ne put, malgré ses dispositions, poursuivre ses études. Très pauvre, passionné d'art, il va connaître la vie de bohème ; non plus celle des Borel, Gautier, Nerval, Esquiros, riche de réalisations concrètes, mais celle de poètes, musiciens et peintres misérables qui ne parviendront jamais à s'imposer. Cette expérience cependant lui inspire un ouvrage, Scènes de la vie de bohème, d'abord publié en 1848 dans Le Corsaire, et qui obtient un succès triomphal que prolongera une adaptation théâtrale aux Variétés (22 nov. 1849). Plus tard, Puccini en tirera une comédie lyrique. Ce monde de grandes misères et de petites joies, de flambées idéalistes et de navrantes retombées sur terre, est décrit avec un réalisme qui n'exclut ni l'humour, ni la tendresse, ni même le pathétique. Avec ses archétypes d'artistes ratés et de grisettes, Murger impose sa vision de la bohème, phénomène sociologique né avec le romantisme, mais qui se prolongera bien au-delà.

Ses autres œuvres, Le Pays latin, Scènes de la vie de jeunesse (1851), Scènes de campagne (1854), Les Buveurs d'eau (1855), d'inspiration similaire, n'obtiendront jamais la même notoriété.

—  France CANH-GRUYER

Écrit par :

Classification


Autres références

«  MURGER HENRI (1822-1861)  » est également traité dans :

BOHÈME

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 3 351 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Formation d'un stéréotype »  : […] Comme l'a justement souligné Alfred Delvau, « la Bohème est fille de la Révolution de 1830 et du Romantisme ». Elle trouve sa configuration particulière dès lors que l'homme de lettres revendique le statut d'artiste au contact de la vie des ateliers de peinture. Sous l'angle du divorce avec la société bourgeoise, la bohème s'affirme d'abord comme « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boheme/#i_49399

CAFÉS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Gérard-Georges LEMAIRE
  •  • 7 756 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Naissance de la modernité »  : […] Le Palais-Royal tombe en désuétude. Le percement et l'aménagement des Grands Boulevards au cours du xix e  siècle vont permettre la colonisation des cafés par les hommes de plume. Le Café Tortoni , remodelé en 1803 avec sa belle terrasse, est le rendez-vous le plus élégant de l'âge romantique. Honoré de Balzac, Théophile Gautier, Anthony Trollope, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cafes-litteraires/#i_49399

Pour citer l’article

France CANH-GRUYER, « MURGER HENRI - (1822-1861) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-murger/