BIOGÉOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nomenclature et description des classes de formation

Pour les besoins de la cartographie et pour satisfaire aux exigences plus générales de la comparaison des végétations du monde, il faudra adopter un schéma des classes de formation. Combien faut-il en reconnaître ? Les classifications proposées et les cartes publiées par Schimper ou Rübel et Brockmann-Jerosch ont été diversement adaptées, condensées, remaniées et, singulièrement, plus par les géographes que par les biologistes. Les frontières et les couleurs qui apparaissent sur un bon nombre de ces cartes résultent de diverses extrapolations. Souvent, une meilleure connaissance du climat que de la végétation a permis d'assigner une classe de formation à une région avec une certaine confiance. Une extrapolation analogue a été faite aussi pour les régions profondément transformées par l'homme, depuis si longtemps que l'observation d'une végétation vierge (pour ne rien dire du climax) est devenue impossible. On distinguera vingt classes de formation selon les caractéristiques suivantes : nom et synonymie ; structure ; régime climatique déterminant ; régime pédogénétique associé ; principaux types de végétation apparentés (habitats plus secs ou plus humides) ; quelques exemples géographiques.

Forêt ombrophile tropicale

Dans la forêt ombrophile tropicale (forêt dense, forêt tropicale humide, selva, hylea, Regengehölze, tropical rainforest, pluviilignosa), les arbres sempervirents à feuilles larges occupent plusieurs strates. La régularité de la strate supérieure est parfois perturbée par des arbres plus élevés. Les troncs, parfois arc-boutés par des contreforts, se ramifient surtout dans le tiers ou le quart supérieur. Placées dans la pénombre, les strates inférieures sont pauvres, les lianes peu nombreuses, les épiphytes souvent fort abondantes. Par unité de surface on compte des espèces végétales différentes en nombre très élevé. De même, les espèces animales sont très diverses : grands carnivores (tigres, jaguars, panthères), singes, perroquets, oiseaux-mouches et papill [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 17 pages



Médias de l’article

Types de distribution des végétaux

Types de distribution des végétaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

bouleau jaune : aire de distribution

bouleau jaune : aire de distribution
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Milieu marécageux : coupe topographique

Milieu marécageux : coupe topographique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cellules et chaîne alimentaire

Cellules et chaîne alimentaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 15 médias de l'article





Écrit par :

Classification


Autres références

«  BIOGÉOGRAPHIE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Une répartition géographique contrastée »  : […] La répartition de la population présente de grandes inégalités entre espaces vides et espaces pleins. Déserts et zones arides ne peuvent naturellement supporter qu'une très faible population, localisée près des points d'eau . L'habitat en oasis répond aux contraintes naturelles. Rien n'empêche, en revanche, les milieux forestiers de porter de fortes densités. C'est le cas au sud-est du Nigeria : […] Lire la suite

AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Théodore MONOD
  •  • 5 800 mots
  •  • 15 médias

Suspendue aux flancs de l'Ancien Monde comme un « gigantesque point d'interrogation » – selon la pittoresque formule de Weulersse – l'Afrique représente le quart de la surface des terres émergées. De tous les continents c'est à la fois le plus massif (1 400 km 2 pour 10 km de côtes, contre 300 pour l'Europe) mais surtout le plus tropical et, par conséquent, le plus chaud. S'étendant du nord au su […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

  • Écrit par 
  • Marston BATES
  •  • 4 974 mots
  •  • 13 médias

La répartition des animaux et des plantes peut être envisagée sous deux angles différents : l'un écologique, l'autre historique. La surface de la Terre présente une série de zones climatiques, symétriques de part et d'autre de l'équateur. Cette régularité zonale est cependant modifiée par les reliefs montagneux qui perturbent les courants atmosphériques à la surface du sol, et par l'influence d […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 138 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'Asie rizicole des hautes densités  »  : […] On peut s'interroger sur la densité démographique de l'Asie orientale-méridionale, très forte et très étendue, car elle existe depuis le Néolithique. Au début de l'ère chrétienne, la Chine constitue le pays le plus densément peuplé du monde, représentant déjà, avec une soixantaine de millions d'individus, un quart de l'humanité, l'Inde en comptant alors une quarantaine de millions, soit près de […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 809 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Diversité biogéographique »  : […] Située essentiellement en zone intertropicale, l'Asie du Sud-Est était jadis couverte de vastes forêts, dont la diversité biogéographique n'a d'égale que celle des grandes forêts amazoniennes. Une ligne imaginaire, tracée par le naturaliste Alfred Russel Wallace au xix e  siècle, oppose les terres reposant sur la plate-forme continentale asiatique dite de la Sonde, où dominent les espèces d'affi […] Lire la suite

AULNAIES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 2 234 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Habitat des aulnes »  : […] En plaine, le seul aulne spontané est Alnus glutinosa (aulne glutineux), commun dans les bois humides, où il forme les aulnaies typiques, et dispersé le long des cours d'eau ; dans certaines régions du nord de la France (Champagne, Picardie), il peut croître sur des terrains calcaires relativement secs. On peut cependant rencontrer d'autres aulnes introduits dans des reboisements en terrains frai […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  • , Universalis
  •  • 26 539 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « La flore et la faune »  : […] L'Australie, atteignant au nord les tropiques, au sud les régions tempérées froides, offre des milieux très variés bien que ses caractères physiographiques soient peu tranchés : à peu près plat, le continent australien n'a pas de montagnes dépassant 2 200 m d'altitude. C'est pourquoi rien ne commande aussi nettement la répartition des plantes et des animaux que la pluviosité : un tiers du continen […] Lire la suite

AZONAUX BIOMES

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 160 mots

En opposition avec la zonation en latitude des grandes unités biogéographiques terrestres, et avec l'étagement altitudinal qui en est la réplique au niveau des grands accidents du relief continental, un biome est qualifié d'azonal lorsqu'il échappe dans sa localisation géographique au déterminisme climatique latitudinal. Le peuplement végétal et animal de ces biomes revêt, dans le monde entier, un […] Lire la suite

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 782 mots
  •  • 8 médias

Le terme de « biocénose » a été introduit dans le langage scientifique en 1877 par le biologiste allemand Möbius, à propos de l'étude des bancs d'huîtres, auxquels de nombreux organismes se trouvent associés. Selon cet auteur, une biocénose est « un groupement d'êtres vivants dont la composition, le nombre des espèces et celui des individus reflète certaines conditions moyennes du milieu ; ces êt […] Lire la suite

BIOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • François RAMADE
  •  • 3 426 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Hétérogénéité spatiale de la biosphère »  : […] En moyenne règnent actuellement sur la planète Terre des conditions dites biotiques qui font de notre planète un cas unique dans le système solaire. La Terre possède toutefois, par rapport au Soleil qui lui dispense son rayonnement, source de toute vie, une dynamique qui détermine à sa surface une hétérogénéité spatiale et temporelle des facteurs ambiants. De fait, indépendamment de la rotation a […] Lire la suite

BIOTOPE

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 244 mots

Littéralement, le mot biotope signifie « lieu de vie ». Cette acception reste utilisée — à bon droit — par les systématiciens ou les microbiologistes qui cherchent à désigner le ou les sites que se sont appropriées les différentes espèces (certains à la surface ou à l'intérieur d'autres organismes constituent, pour les espèces ainsi fixées à un hôte, des entobiotopes). Le terme biotope est compri […] Lire la suite

CHÊNAIES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 689 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Principaux chênes d'Europe »  : […] La flore européenne compte environ 27 espèces de Chênes, particulièrement nombreux à la périphérie du bassin méditerranéen . En France, sont particulièrement répandus le pédonculé ( Quercus pedunculata  =  Q. robur ), le sessile ( Q. sessiliflora  =  Q. petraea ), le pubescent ( Q. pubescens ), l'yeuse ou chêne vert ( Q. ilex ) et le chêne-liège ( Q. suber ) ; d'autres ne donnent que des peuplemen […] Lire la suite

CLIMAX

  • Écrit par 
  • Yolande LUBIN
  •  • 660 mots

Emprunté à la phytosociologie, le terme « climax » désigne l'ensemble sol-végétation caractérisant un milieu donné et parvenu, en l'absence de perturbations extérieures, à un état terminal d'évolution. Le climax du sol ou pédoclimax est constitué par le profil pédologique en équilibre, par l'intermédiaire de l'humus, avec la végétation stable ou climacique, non modifiée par l'homme. Dans le cas d' […] Lire la suite

ENDÉMISME

  • Écrit par 
  • Fabienne PETIT
  •  • 546 mots

On désigne par ce terme le caractère propre à une unité systématique de se confiner dans une région plus ou moins étendue mais toujours bien déterminée du globe, autrement dit d'avoir une aire de distribution bien délimitée et réduite dans le monde. La dimension des aires des unités systématiques endémiques est souvent fonction de leur importance dans la hiérarchie systématique : une famille aur […] Lire la suite

ETHNOLOGIE - Ethnosciences

  • Écrit par 
  • Jacques BARRAU
  •  • 3 705 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tradition naturaliste en France »  : […] Qu'en était-il en France à l'époque de la Première Guerre mondiale ? On n'y parlait pas d'ethnobotanique ni d'ethnozoologie et l'écologie n'avait guère cours. Pourtant, une minorité de naturalistes et d'ethnologues s'intéressaient aux relations entre sociétés, civilisations et nature. Au Muséum national d'histoire naturelle de Paris, le botaniste colonial Auguste Chevalier, auteur, parmi de nombr […] Lire la suite

EURASIE, biogéographie

  • Écrit par 
  • Pierre PFEFFER
  •  • 6 502 mots
  •  • 20 médias

L'Eurasie, bloc formé par l'ensemble des continents asiatique et européen, représente le tiers de la partie émergée de l'écorce terrestre : plus de 54 millions de km 2 d'un seul tenant. Elle est entièrement située dans l'hémisphère nord – sauf l'extrême sud de la Malaisie – et se répartit à peu près également de part et d'autre du 45 e parallèle. En tête de tous les continents par son étendue, […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La biogéographie vicariante »  : […] Dans le cadre d'une paléogéographie généralement fixiste (stabilité des aires continentales et océaniques), la biogéographie associée à la théorie synthétique orthodoxe était « dispersionniste », avec la notion de « berceau » géographique des espèces, puis de migrations, selon des conceptions partiellement héritées de Darwin. À partir de la décennie 1970, la discipline a entièrement renouvelé ses […] Lire la suite

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les grandes régions biogéographiques  »  : […] Tenant compte de tous ces facteurs, les biologistes ont divisé la planète Terre en un certain nombre de régions biogéographiques, caractérisées à la fois par leur climat et leur peuplement végétal et animal : la région arctique et antarctique (pôles Nord et Sud), la région paléarctique (Europe, Asie septentrionale, Amérique du Nord), la région néotropicale (Amérique du Sud), la région indo-malais […] Lire la suite

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Zonation des forêts en latitude »  : […] À l'échelle mondiale, la température et la pluviosité règlent la répartition des principales formations forestières naturelles. Ces deux facteurs interfèrent : la pluviosité du centre du Bassin parisien (600 mm) n'est suffisante que parce qu'elle est régulière, et surtout parce que les températures modérées n'entraînent pas une trop forte évapotranspiration. De nombreux procédés, chiffrés (indic […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DANSEREAU, Daniel GOUJET, « BIOGÉOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/biogeographie/