ÉCOCHARD MICHEL (1905-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte et urbaniste, Michel Écochard est né à Paris en 1905. Après des études à l'école des Beaux-Arts de Paris (1925-1931), il est détaché en 1932 au Service des antiquités de Syrie et du Liban, où il découvre la civilisation islamique. Les années 1930, à Damas, sont celles de la réforme de l'Institut français installé au palais Azzhem ; Écochard contribue en 1936 à la construction de ses bâtiments : loin de tout pastiche, il conçoit une architecture moderne, affirmant ainsi son style novateur. Il élève la même année le musée de Damas : ce bâtiment vigoureux témoigne bien de ses choix ; il donne un cadre contemporain aux meilleures œuvres de l'art syrien en les reliant cependant au passé de l'Islam : la porte reconstituée du château omeyyade de Qasr al-Hayr al-Gharbi s'intègre à l'une de ses façades.

La découverte qu'il fit du domaine de la recherche quand il rencontra Jean Sauvaget fut elle aussi riche de fruits. Il donne ainsi, avec M. Le Cœur, plusieurs monographies consacrées aux bains de Damas. Le constructeur prenait goût à analyser les œuvres du passé dans la droite ligne de son travail d'architecte restaurateur : du temple de Bel à Palmyre aux monuments islamiques, son activité fut considérable.

Michel Écochard fut aussi un rénovateur du cadre de vie, affirmant dans ce domaine ses talents d'urbaniste. L'année même où il travaillait au musée de Damas, il préparait le plan d'aménagement de l'agglomération damascaine, son plan directeur datant de 1964. Dès 1943, il se consacre à l'aménagement de Beyrouth.

De 1946 à 1953, Michel Écochard est responsable du service de l'urbanisme du Maroc ; il travaille ainsi à l'aménagement de villes où Lyautey et son équipe avaient su allier la préservation des sites anciens et la création de cités nouvelles. Il s'intéresse à toutes les grandes villes du pays — [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur à l'École pratique des hautes études (IVe section), université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ÉCOCHARD MICHEL (1905-1985)  » est également traité dans :

DAMAS

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF, 
  • Éric VERDEIL
  •  • 3 389 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La croissance d'une métropole arabe contemporaine »  : […] À l'indépendance (1946), la nouvelle capitale de la Syrie, peuplée de 300 000 habitants, reste numériquement dominée par Alep, qu'elle ne dépassera qu'à la fin des années 1950. Malgré l'instabilité politique de la Syrie jusqu'à 1970, marquée par de nombreux coups d'État et par l'éphémère République arabe unie (1958-1961) formée avec l'Égypte, la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/damas/#i_98087

RENAUDIE JEAN (1925-1981)

  • Écrit par 
  • François CHASLIN
  •  • 1 512 mots

Né le 8 juin 1925 dans une famille modeste de la Haute-Vienne, Jean Renaudie entreprit au lendemain de la guerre des études d'architecture qui devaient être longues, comme c'était souvent le cas pour les étudiants pauvres, contraints de « faire la place » pour survivre, reportant leur diplôme d'année en année. Il avait commencé chez Auguste Perret, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-renaudie/#i_98087

RIBOULET PIERRE (1928-2003)

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIN
  •  • 819 mots

L'architecte français Pierre Riboulet, né à Sèvres en 1928, fils d'un peintre en bâtiment et petit-fils de maçon, grandit dans un quartier populaire de Boulogne-Billancourt. À la Libération, il s'inscrit à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, dont il sort diplômé en 1952. Il mène dès lors une action engagée, d'abord au sein de l'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-riboulet/#i_98087

Pour citer l’article

Michel TERRASSE, « ÉCOCHARD MICHEL - (1905-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-ecochard/