HAGOPIAN HAGOP (1945 env.-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né Bédros Ovanessian, peut-être en 1945, à Bagdad dans la petite communauté arménienne d'Irak, Hagop Hagopian était marié à une Yougoslave et père d'une petite fille âgée de quelques mois lorsqu'il fut abattu dans la banlieue sud d'Athènes le 28 avril 1988. Dans les années 1960, une partie de sa famille serait venue s'installer à Beyrouth où résidaient de très nombreux Arméniens.

À partir de cette époque, son identité n'a cessé de changer : Abou Moudjahid lorsqu'il militait très jeune avec les Palestiniens, Hagop Hagopian en tant que chef de l'Asala (Armée secrète arménienne pour la libération de l'Arménie), Mirhan Mirhanian ou Vraham Vrahamian quand il jouait les porte-parole masqués de son organisation, Mujahed ou Maître pour ses militants, qui devaient obligatoirement s'adresser à lui de la sorte, et enfin Henri Titizian, homme d'affaires libano-arménien, ou Abdul Mohammed Kashim, diplomate sud-yéménite durant sa clandestinité hellénique.

Au début des années 1970, il milite au C.O.S.E.-F.P.L.P. (Commandement des opérations spéciales à l'étranger-Front populaire de la libération de la Palestine) dirigé par Waddi Haddad et supervisé par Georges Habache, tous deux chrétiens d'Orient comme lui. Waddi Haddad est le responsable des massacres de Lod et de Vienne, des détournements d'avions sur Entebbe et Mogadiscio ; une quarantaine d'attentats sanglants en tout. Mais en 1972, Georges Habache met sur la touche cet extrémiste et l'exclut définitivement en février 1976.

« Orphelin », déçu par les querelles interpalestiniennes, Hagop Hagopian se replie sur la communauté arménienne de Beyrouth qui est en pleine évolution. L'exemple palestinien et les prodromes de la guerre civile libanaise tirent les diasporas arméniennes de leur apathie. La lutte armée contre la Turquie revient à l'ordre du jour. En 1973, le Comité central mondial du parti Dashnak (le plus important de la diaspora) fonde les commandos des justi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : docteur en histoire du xxe siècle de l'Institut d'études politiques, Paris, journaliste, membre du comité de rédaction de la revue Confluences Méditerranée

Classification


Autres références

«  HAGOPIAN HAGOP (1945 env.-1988)  » est également traité dans :

MELKONIAN MONTE (1957-1993)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 664 mots

Monte Melkonian est né le 25 novembre 1957, à Visalia, entre Los Angeles et San Francisco. Sa famille est arrivée aux États-Unis avant le génocide arménien de 1915 et ne cultive guère le souvenir de la maison des morts. D'ailleurs, les quatre enfants Melkonian reçoivent une éducation en langue anglaise. Ce n'est qu'à l'adolescence que Monte retrouve ses racines. À vingt ans, il obtient un master d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monte-melkonian/#i_97638

Pour citer l’article

Christophe CHICLET, « HAGOPIAN HAGOP (1945 env.-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hagop-hagopian/