ZEHRFUSS BERNARD (1911-1996)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'architecte Bernard Zehrfuss, membre de l'Institut, secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts, est mort le 3 juillet 1996.

Né le 20 octobre 1911 à Angers, il avait été l'élève du célèbre « patron » Emmanuel Pontremoli. Il reçut en 1939, juste avant la guerre, le premier grand prix de Rome, mais la villa Médicis était alors repliée à Nice et lui-même mobilisé. À son retour, il assista Eugène Beaudouin à l'école des Beaux-Arts de Marseille – où s'étaient installés nombre d'élèves qui ne souhaitaient pas retourner en zone occupée – et anima l'atelier d'Oppède-le-Vieux, où étaient réunis des musiciens, peintres, sculpteurs et architectes. Là ils élaborèrent un grand projet fondé sur le renouveau des métiers, qui fut exposé à Vichy et leur valut une subvention de l'État français.

Grâce au prix de Rome, Zehrfuss obtint un laissez-passer afin d'étudier le futur Institut français de Barcelone. Engagé à Madrid dans les Forces françaises libres, il se rendit en 1943 à Alger, d'où il fut envoyé en Tunisie. D'abord chargé d'expertiser les dégâts occasionnés par la guerre, il fut nommé directeur du service d'architecture de la direction des Travaux publics de ce protectorat français, poste qu'il occupa jusqu'en 1947. Outre les plans de reconstruction des villes les plus abîmées, comme Sfax et Bizerte près de laquelle il traça la ville nouvelle de Zarzouna, il dirigea le plan d'extension des autres agglomérations, la conception et la réalisation de tous les édifices publics, plans types d'écoles, ensembles de logements, dispensaires et marchés. Il y signa plus particulièrement le cimetière militaire de Gammarth et l'immeuble de la Sûreté. Après l'indépendance, il dressa le plan général de la faculté de Tunis, au sein de laquelle il construisit la faculté des sciences (1960-1963).

Dès son action tunisienne, où il déclarait vouloir « introduire quelques-unes des idées essentielles de la Charte d'Athènes » (qu'il avait découvertes durant la guerre), prévalaient les critères fonctionnaliste [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ZEHRFUSS BERNARD (1911-1996)  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Aménagement des sites

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOHEN, 
  • Jean-François REYNAUD
  •  • 5 938 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le musée de la Civilisation gallo-romaine de Lyon »  : […] Le musée de site archéologique peut apparaître là où l'on a découvert un jour un site exceptionnel. Il peut se situer dans une ville, dans un village ou en pleine campagne. Il comprend souvent des ruines qu'il faut protéger et consolider, voire restaurer, et un musée que l'on peut considérer, à l'image des Canadiens, comme un « centre d'interprétation ». Tout en ayant le même objectif, les musées […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/archeologie-archeologie-et-societe-amenagement-des-sites/#i_98401

LE COUTEUR JEAN (1916-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 473 mots

Architecte dynamique des Trente Glorieuses, Jean Le Couteur recherche un juste équilibre entre une liberté artistique et les contraintes liées aux réalités politique, sociale et technique. Né à Brest en 1916, fils d'un médecin de marine, il entre en 1936 dans l'atelier d'architecture de Georges Lefort à l'école des Beaux-Arts de Rennes, puis intègre l'École nationale des beaux-arts à Paris en 193 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-le-couteur/#i_98401

PARIS

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BABELON, 
  • Michel FLEURY, 
  • Frédéric GILLI, 
  • Daniel NOIN, 
  • Jean ROBERT, 
  • Simon TEXIER, 
  • Jean TULARD
  •  • 32 092 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle génération »  : […] Si l'on excepte le pavillon du Brésil à la Cité universitaire (1959), par Le Corbusier et Lucio Costa, la génération des pionniers du mouvement moderne n'aura plus guère d'occasion de s'exprimer sur le territoire parisien. Des architectes plus jeunes s'imposent ou confortent leur ancrage dans la capitale ; c'est notamment le cas de Jean Ginsberg qui, avec les immeubles des 28, rue Chardon-Lagache […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paris/#i_98401

Pour citer l’article

François CHASLIN, « ZEHRFUSS BERNARD - (1911-1996) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-zehrfuss/