POUILLON FERNAND (1912-1986)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au début de 1961 éclatait brusquement le plus grand scandale immobilier de l'après-guerre, celui du Comptoir national du logement ; au centre de l'affaire, son architecte en chef Fernand Pouillon, encore ignoré du public. Il ne le restera pas longtemps car son comportement fait très vite de lui le héros rêvé des médias : arrêté, transporté dans une clinique en raison de son état de santé, Pouillon s'évade de façon rocambolesque pour finalement se présenter devant le tribunal correctionnel de la Seine. Dans le droit-fil des conceptions des maîtres de l'époque classique qui assumaient allégrement plusieurs fonctions, Pouillon, sous des prétextes de rentabilité, avait été actionnaire de différents fournisseurs du C.N.L., en se servant de prête-noms. En outre des « travaux particuliers » considérables avaient été payés par le C.N.L. : il s'agissait, dans le cas de Pouillon, de la restauration d'un château en Eure-et-Loir et d'une fastueuse demeure médiévale, rue des Ursins, à Paris.

Exclu de sa profession, Pouillon s'exila en Algérie et se convertit à l'islam. Architecte conseil du gouvernement algérien, il construira pour lui 40 hôtels, principalement au cours des années 1970. Le conseil municipal de Saint-Tropez lui demande un plan d'aménagement du port. Adopté par les élus, ce plan est refusé après une campagne à laquelle participe Brigitte Bardot : l'actrice a menacé de quitter le pays s'il était mis à exécution. Réinscrit à l'Ordre des architectes à partir de 1977, Pouillon est élu à son conseil régional de l'Île-de-France en 1980. En 1982, la biennale de Venise le couronne. Les commandes affluent de nouveau à l'agence qu'il vient d'ouvrir au château de Belcastel, à Rignac, près de Rodez. C'est là qu'il meurt le 24 juillet 1986.

Originaire du Lot-et-Garonne, Pouillon passa sa jeunesse à Marseille mais il quitta le lycée à quinze ans pour entrer à l'école des Beaux-Arts de la ville. En 1934, on le retrouve à l'école des Beaux-Arts de Paris et, deux ans plus tard, il construit des immeubles [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  POUILLON FERNAND (1912-1986)  » est également traité dans :

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logements-collectifs-de-l-apres-guerre-reperes-chronologiques/#i_98140

Pour citer l’article

Roger-Henri GUERRAND, « POUILLON FERNAND - (1912-1986) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fernand-pouillon/