Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOULOGNE

Hauts-de-France : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hauts-de-France : carte administrative

La ville de Boulogne-sur-Mer, 43 508 habitants en 2012, est le centre d'une agglomération de plus de 88 500 habitants, établie sur un relief de collines pentues, de part et d'autre de l'estuaire de la Liane, site primitif du port, déplacé par la suite en bordure de mer sous la protection de digues. Boulogne est en même temps une ville neuve dans sa partie basse, entièrement reconstruite après les intenses bombardements de la Seconde Guerre mondiale, et autour de son port (industries, commerces, transport, services...), et une ville historique dans sa partie haute, autour du château, du beffroi, de l'hôtel de ville et de la basilique (administration, musée, tourisme).

C'est certainement l'une des plus anciennes villes de la France septentrionale, port de l'étain (extrait en Cornouailles britannique) dès l'Âge du bronze, amirauté de la flotte (Gesoriacum) pendant l'occupation de la Bretagne (l'Angleterre actuelle) par les Romains ; elle fut réduite à sa forteresse (Bononia) après leur départ et le comblement du port. Elle reprit son essor au Moyen Âge comme port transmanche et capitale d'une puissante maison comtale, qui donna ses deux premiers souverains au royaume franc de Jérusalem. Confisqué par Philippe Auguste, le comté fut remis à son bâtard, Philippe de Hurepel, qui fortifia l'agglomération par une enceinte rectangulaire, unique dans le nord de la France, qui délimite aujourd'hui encore la ville haute. Notre-Dame de Boulogne, statue amenée miraculeusement par une barque sans équipage, fut l'objet d'une intense vénération et de pèlerinages royaux, dont celui de Saint Louis, du xiie au xive siècle.

Disputés entre les rois de France et les ducs de Bourgogne, Boulogne et le Boulonnais furent définitivement rattachés à la couronne à la fin du xve siècle, puis rassemblés au Calaisis et à l'Artois pour former le département du Pas-de-Calais. Napoléon y prépara un débarquement, avorté, en Angleterre et y distribua les premières croix de la Légion d'honneur le 16 août 1804, événement commémoré par la colonne de la Grande Armée, érigée à Wimille. Mal relié à l'arrière-pays, Boulogne appuya, dès le xviiie siècle, le développement du port sur l'industrie. Les bombardements de la Seconde Guerre mondiale, puis les difficultés de sa métallurgie et de l'armement maritime ont porté de rudes coups à l'économie de la ville. Aujourd'hui, l'activité repose encore sur l'industrie (ferro-manganèse, agro-alimentaire, matériel de bureau) et la pêche (1er rang français pour le débarquement de poisson frais), mais le trafic de marchandises a nettement décliné (au 20e rang national) et le transit de voyageurs et de voitures vers le Royaume-Uni a pris fin du fait de la concentration du trafic maritime transmanche sur Calais après l'ouverture du tunnel sous la Manche (1994).

Desservie par autoroute depuis les années 1990, Boulogne cherche son renouveau économique dans le traitement des produits de la mer (conserves, surgelés, etc.), pour lequel la ville figure au premier rang européen, la redynamisation de la fonction portuaire (grâce au projet de Port unique Boulogne-Calais, signé en 2015), le renforcement de ses fonctions tertiaires, dont la culture et l'enseignement (musée, université du Littoral) et surtout le tourisme. Elle dispose de trois atouts : sa vieille ville et son très attractif Centre national de la mer (Nausicaa) ; les prestigieux sites des caps (Blanc-Nez et Gris-Nez) et les plages environnantes, stations de week-end et de villégiature pour les touristes régionaux ou britanniques, comme Ambleteuse ou Wimereux ; l'attrait des campagnes et forêts du Boulonnais (parc régional du Boulonnais). Un haut pays crayeux et sec, faîte du plateau artésien, y domine, par un escarpement abrupt, la dépression triangulaire du Bas-Boulonnais,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, université des sciences et technologies de Lille (Lille-I)

Classification

Pour citer cet article

Pierre-Jean THUMERELLE. BOULOGNE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Hauts-de-France : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Hauts-de-France : carte administrative

Autres références

  • FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

    • Écrit par
    • 12 902 mots
    • 7 médias
    Dans le nord du royaume, Boulogne était occupée par les troupes anglaises de Henri VIII depuis 1544. En 1549, profitant des troubles que connaissait l'Angleterre d'Édouard VI, Henri II reprit le Boulonnais, et, l'année suivante, moyennant 400 000 écus d'or, la souveraineté française y fut reconnue par...
  • GAULE

    • Écrit par et
    • 26 438 mots
    • 4 médias
    ...maritime et fluviale sont loin d'avoir été négligeables : Fréjus et Marseille, dont les quais antiques semblent avoir été refaits sous Commode ; Boulogne, où avait été édifié un des grands phares de l'Antiquité ; Narbonne, dont les quais antiques le long de la Robine sont encore conservés ; la ...
  • NORD-PAS-DE-CALAIS

    • Écrit par
    • 4 708 mots
    • 3 médias
    ...circulation entre le bassin parisien et l'Europe du Nord-Ouest. Son relief se relève et se complexifie à l'ouest où, réduit à un V encadrant la dépression humide du Boulonnais, il s'interrompt brutalement au-dessus de la mer par des falaises abruptes, dont les célèbres caps Gris-Nez et Blanc-Nez....