BERLIN (foyer culturel)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le Mur

Une fois restaurées la porte de Brandebourg, jusque-là symbole physique de la division, et la place de Paris adjacente, les deux parties de la ville se remettent à communiquer. Pour l’Ouest comme pour l’Est, tant pour les chantiers gouvernementaux que pour les projets privés, le principe adopté par le collectif d’architectes et d’urbanistes en charge de la refondation de Berlin est celui d'une « rénovation critique », qui consiste, selon le concept de l’architecte Josef Paul Kleihues, à réhabiliter les bâtiments anciens en les adaptant à l’époque moderne. La ville doit être reconstruite, selon ce principe, dans le respect de la « rigueur prussienne », jugée spécifique de l’identité berlinoise façonnée au xixe siècle par l’architecte K. F. Schinkel.

Le massif ministère de l’Air de l’époque nazie, deux mille bureaux à l’angle de la Leipzigerstrasse et de la Wilhelmstrasse, est converti en ministère des Finances. En face, une sculpture d’Eberhard Foest, Le Mur, installée en 2007, représente deux personnages stylisés qui se tournent le dos, séparés par un bloc d’acier.

L’ancien bâtiment du Reichstag, sans fonction depuis son incendie dans la nuit du 27 au 28 février 1933, est lui aussi récupéré. Sous la pression d’une majorité de députés, une coupole de verre et d’acier, évoquant la transparence des délibérations politiques, lui est ajoutée, alors que l’architecte britannique Norman Foster avait prévu, au départ, un toit plat. Il accueille le Parlement national de l’Allemagne réunifiée, le Bundestag. Les premiers débats s’y déroulent le 19 avril 1999.

Berlin étant redevenu la capitale politique et administrative de l’Allemagne, les quartiers gouvernementaux sont installés à proximité du Reichstag. Plusieurs ambassades, dont celle de la France, y déménagent également.

Depuis 2001, se dresse tout près, sur les bords de la Spree, la Chancellerie fédérale, conçue par les architectes Axel Schultes et Charlotte Frank. Une sculpture abstraite de plus de 5 mètres de hauteur de l’Espagnol Eduardo Chillida, qui synthétise l’union après la séparation, occupe la cour d’honneur. À l’intérieur, la paroi latérale de l’escalier conduisant aux étages a été décorée de fresques par le peintre Markus Lüpertz.

De ces réhabilitations conformes à la « rénovation critique » sortent également de nouvelles institutions culturelles. À la suite d’un projet de 1982, la gare inutilisée d’où partaient les trains vers Hambourg, appelée Hamburger Bahnhof, est transformée en musée par Kleihues. Inauguré en 1996, ce musée du Temps présent a été conçu comme un centre d’activités pluridisciplinaires, avec des expositions de plasticiens marquants d’après 1945, comme Joseph Beuys, Jeff Koons, Andy Warhol, mais aussi des concerts et projections de films.

Grâce à la fondation Helmut Newton, Berlin dispose en outre, depuis 2004, dans un ancien bâtiment militaire du xixe siècle à deux pas du Kurfürstendamm, d’un immense musée de la Photographie. Une partie des œuvres du célèbre photographe australien, Berlinois d’origine et émigré en 1938, y est visible en permanence. Des expositions temporaires consacrées à d’autres artistes y sont présentées. Une collection y retrace l’histoire de l’art photographique en Allemagne.

Au-delà de toutes ces initiatives sous l’égide du gouvernement de l’Allemagne réunifiée ou des autorités municipales, Berlin s’enrichit, sur des centaines de milliers de mètres carrés, de constructions financées par des investisseurs privés. Dans la Friedrichstrasse, une d’entre elles est l’immeuble des Galeries Lafayette (1996), sur un projet de Jean Nouvel. Autre réalisation, tout près, dans la Rosenthaler Strasse, l’enfilade des Hackesche Höfe. Classées monument historique par la R.D.A. en 1972, ces arrière-cours ont été transformées en passages à ciel ouvert, avec des boutiques de mode, des galeries. L’endroit est un des plus courus de l’ancien Berlin-Est.

Sous la responsabilité de l’architecte britannique David Chipperfield, une modernisation de l’île aux Musées, sur la Spree, restée presque telle quelle depuis le xixe siècle, a été engagée en 1999, et elle est appelée à se prolonger jusqu’en 2017. Un nouveau bâtiment a été construit, avec boutiques et restaurants, débouchant sur une promenade, la James Simon Gallery, où sont présentées les collections d’archéologie. Celle-ci a été ouverte au public en 2012. Elle relie entre eux, dorénavant, les cinq musées (Altes Museum, Neues Museum, Alte Nationalgalerie

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Vue aérienne de Berlin

Vue aérienne de Berlin
Crédits : S. Diemer/ Imagebroker/ Age Fotostock

photographie

Alexanderplatz, Berlin

Alexanderplatz, Berlin
Crédits : Lucien Levy/ AKG-Images

photographie

Alte Nationalgalerie, Berlin

Alte Nationalgalerie, Berlin
Crédits : A. Popov/ Shutterstock

photographie

Potsdamer Platz, Berlin

Potsdamer Platz, Berlin
Crédits : Mato/ Shutterstock

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

27 janvier 2003 Allemagne. Signature d'un concordat entre l'État et la communauté juive

Le jour anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, le chancelier Gerhard Schröder et le président du Conseil central des juifs d'Allemagne, Paul Spiegel, signent un concordat par lequel l'État s'engage à participer financièrement à « la préservation et au développement du patrimoine culturel juif allemand ». Ce geste, qui traduit la reconnaissance de la communauté juive allemande, en forte augmentation depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, place les organisations juives au même niveau que leurs homologues protestantes et catholiques dans le cadre de leurs activités extrareligieuses (notamment la gestion d'infrastructures sociales et hospitalières). […] Lire la suite

22-29 août 1992 Allemagne. Flambée de violence xénophobe à Rostock

Le 29, environ quinze mille personnes, dont beaucoup viennent de la partie occidentale de l'Allemagne ou de Berlin, défilent sur les lieux mêmes des émeutes pour protester contre le fascisme, le racisme et la xénophobie. D'autres foyers de demandeurs d'asile sont victimes d'attaques similaires, dans l'ex-R.D.A., durant le mois.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « BERLIN (foyer culturel) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/berlin-foyer-culturel/