STANWYCK BARBARA (1907-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

N'ayant jamais appartenu à un studio, Barbara Stanwyck (de son vrai nom Ruby Stevens) – en dépit ou à cause de la diversité de son registre d'actrice – est moins reconnue aujourd'hui que Bette Davis ou Joan Crawford, stars de la même envergure. Aussi à l'aise dans la comédie que dans le mélodrame, voire les westerns ou le film noir, elle a imposé un jeu instinctif et très technique à la fois, et s'est forgé une réputation d'actrice très coopérative et très professionnelle, plutôt insolite dans les studios ! Barbara Stanwyck débute comme « chorus girl » à Broadway dans les revues de Ziegfeld (Ziegfeld Follies) et tourne en 1927 son premier film, Broadway Nights. Elle va vite devenir une des actrices les plus prisées des années 1930 et sera dirigée par des réalisateurs tel Frank Capra dans Ladies of Leisure, Miracle Woman et Bitter Tea of General Yen. Elle incarne des héroïnes nationales comme Annie Oakley dans La Gloire du cirque, des femmes indépendantes et « fonceuses » (Gambling Lady, A Lost Lady) et surtout des héroïnes de mélodrame dans So Big de W. A. Wellman et Stella Dallas de King Vidor, qui remporte un grand succès public (un remake sera tourné avec Bette Midler). Refusant d'être cataloguée, elle se lance également dans la comédie et interprète Miss Manton est folle, et Un cœur pris au piège de Preston Sturges, au côté d'Henry Fonda. À l'instar de Jean Arthur ou de Claudette Colbert, elle dessine un personnage élégant, cynique parfois mais toujours ironique. Elle sait aussi exploiter parfaitement l'aspect sensuel de sa voix, et participe à de nombreux shows de radio. Elle tourne souvent avec les mêmes partenaires, comme Gary Cooper dans L'Homme de la rue de Fr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STANWYCK BARBARA (1907-1990)  » est également traité dans :

SIODMAK ROBERT (1900-1973)

  • Écrit par 
  • Michael BARSON, 
  • Universalis
  •  • 1 178 mots

Le réalisateur allemand Robert Siodmak est connu notamment pour Les Mains qui tuent ( Phantom Lady ), Les Tueurs ( The Killers ) et Pour toi j’ai tué ( Criss Cross ). Avec d’autres cinéastes tels que Paul Leni ou Karl Freund, il fut l’un des introducteurs de l’expressionnisme dans le cinéma hollywoodien, en privilégiant le genre du film noir. N […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-siodmak/#i_50670

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « STANWYCK BARBARA - (1907-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/barbara-stanwyck/