STURGES PRESTON (1898-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps méconnue, l'œuvre du cinéaste Preston Sturges connaît une étrange et capricieuse destinée qui ne rend guère justice à l'auteur des plus flamboyantes comédies américaines des années 1940. Sturges fut en effet le créateur d'un monde peuplé de catastrophiques candides et de roués peu nocifs, de milliardaires et d'inventeurs, d'amoureux et de fous furieux. Il n'est guère étonnant que la véritable Amérique sache aujourd'hui retrouver son idéal du moi – et la comédie américaine le début de son second âge, dans une œuvre satirique et sans illusions où la réalité des sentiments s'exprime à mille lieux du sentimentalisme.

Le temps des scénarios

Né à Chicago le 29 août 1898, fils de l'énergique Mary Dempsey, plus connue sous le nom de Mary Desti (et proche amie d'Isadora Duncan), le jeune Preston sera adopté légalement par son beau-père Solomon Sturges, homme d'affaires qui sera son premier modèle. La séparation du couple orientera l'existence du futur cinéaste, toujours partagé entre l'Amérique de son père et l'Europe que sa mère ne cesse de parcourir à la suite d'Isadora, après avoir fondé une entreprise de parfumerie à Paris. Si Mary a tout fait pour soigner l'éducation artistique de son rejeton, Preston, lui, se voit d'abord homme d'affaires.

Après la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il parvient à s'engager in extremis dans l'aviation, son retour en Amérique et l'échec de son premier mariage avec une riche héritière, Sturges se lance dans l'écriture théâtrale. Sa seconde pièce, Strictly Dishonorable (1929), est un vrai succès et lui ouvre les portes de Hollywood où il devient rapidement l'un des meilleurs scénaristes de la Paramount (studio de Cecil B. DeMille et surtout d'Ernst Lubitsch, maître incontesté de la comédie sophistiquée), mais aussi des autres grandes compagnies comme Universal, Fox, Columbia, M.G.M.

Sa carrière dans l'industrie ci [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur d'études cinématographiques et d'esthétique à l'université de Paris-Est-Marne-la-Vallée

Classification


Autres références

«  STURGES PRESTON (1898-1959)  » est également traité dans :

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie loufoque »  : […] Dans trop de ces classy comedies , le trait d'esprit relève plus souvent du dialogue que de la mise en scène. Ainsi de Private Lives (1931), Reunion in Vienna (1933), de Sidney Franklin, ou de The Devil to Pay ! (1930), de George Fitzmaurice, interprété par le très british Ronald Colman. C'est pourtant dans leur prolongement que se situent les grandes comédies de George Cukor, réputé être un i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_9909

WILDER BILLY (1906-2002)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 2 402 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Vienne à Hollywood »  : […] Né en 1906 dans une petite ville de Galicie – ce qui fera dire à son maître et ami Ernst Lubitsch qu'il n'était pas un Juif de Vienne mais de Cracovie –, Samuel « Billie » Wilder, sujet de François-Joseph, est éduqué dans la capitale des Habsbourg. Quand il croisera bien plus tard son autre maître, Eric von Stroheim (auquel il confiera le rôle du maréchal Rommel dans Les Cinq Secrets du désert et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/billy-wilder/#i_9909

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc CERISUELO, « STURGES PRESTON - (1898-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preston-sturges/