BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les bactériophages, découverts par F. W. Twort (1915), puis redécouverts par F. d'Hérelle (1917), qui leur donna ce nom, sont des virus pathogènes pour les bactéries ; possédant les caractéristiques générales des virus, ils provoquent la destruction ou lyse des cultures microbiennes et déterminent une véritable « maladie contagieuse des bactéries » indéfiniment transmissible de culture microbienne lysée à culture microbienne sensible.

Les bactériophages constituent actuellement le plus grand groupe de virus connu. Depuis plus d'un demi-siècle, d'innombrables travaux leur ont été consacrés mettant en œuvre les techniques d'investigation les plus diverses : analyse biochimique et immunologique, microscopie électronique, ultracentrifugation, radiations ionisantes et isotopes radioactifs, etc. Depuis le milieu du xxe siècle, la progression constante des connaissances fondamentales concernant les bactériophages a permis de définir des concepts généraux valables pour la majorité des virus animaux et végétaux. Elle a joué un rôle capital dans le développement d'abord de la biologie moléculaire puis du génie génétique.

Relations virus-bactéries

Le domaine de la bactériophagie s'étend aux espèces bactériennes les plus diverses : Gram+, Gram-, acido-résistantes, sporulées ou non sporulées, aérobies ou non aérobies, saprophytes ou pathogènes. Les bactériophages les plus anciennement connus sont ceux des staphylocoques et des bacilles dysentériques ; les plus récemment découverts agissent sur les Brucella, le bacille diphtérique, le bacille de Koch et les bacilles paratuberculeux, des Actinomycètes, les bactéries phytopathogènes, diverses bactéries marines et certaines algues.

La très large distribution des bactériophages libres (virions) dans la nature est l'indication d'une [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES  » est également traité dans :

ANTICORPS MONOCLONAUX

  • Écrit par 
  • Michel MAUGRAS, 
  • Jean-Luc TEILLAUD
  •  • 2 135 mots

Dans le chapitre « Molécules thérapeutiques »  : […] À l'origine, la grande majorité des essais cliniques ont donné des résultats décevants, à l'exception de l'anticorps OKT3, utilisé dans la prévention du rejet aigu des allogreffes. Plusieurs facteurs furent à l'origine de cette désillusion : choix hâtifs d'anticorps aux propriétés mal contrôlées (affinité médiocre, spécificité douteuse, faible capa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anticorps-monoclonaux/#i_1888

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Recombinaisons génétiques chez les bactéries »  : […] Indépendamment des mutations, des modifications affectant le génome bactérien peuvent survenir par trois principaux mécanismes actuellement décrits : la transformation, la conjugaison et la transduction . La transformation est le mécanisme par lequel de l'ADN libre, provenant du génome d'une espèce bactérienne, est assimilé par une cellule bactéri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteries/#i_1888

DELBRÜCK MAX (1906-1981)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 582 mots

Physicien et généticien américain d'origine allemande. Après avoir soutenu une thèse de physique théorique en 1930 à l'université de Göttingen, Max Delbrück travaille en Allemagne et au Danemark sous la direction de Max Born et Niels Bohr. Ce n'est qu'après son émigration aux États-Unis, pour des raisons politiques, en 1937, qu'il s'intéresse à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-delbruck/#i_1888

ENZYMES DE RESTRICTION

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 197 mots

Comment les bactéries, dépourvues de système immunitaire, se défendent-elles contre les virus (appelés aussi phages) qui les infectent ? C'est le Suisse Werner Arber (né en 1929), qui apporte le premier la réponse à cette question. En 1962, il découvre que des enzymes bactériennes sont capables de couper l'ADN du phage au niveau de zones bien déte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enzymes-de-restriction/#i_1888

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Le rôle génétique de l'ADN »  : […] Le développement des connaissances purement biochimiques sur les mécanismes mis en œuvre dans la synthèse des macromolécules a donc abouti à reconnaître la situation privilégiée occupée par l'ADN. Dans le même temps, des observations de nature plus biologique tendaient à imposer l'idée que les gènes étaient effectivement des segments de ce type de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_1888

HÉRELLE FÉLIX D' (1873-1949)

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 790 mots

Né à Montréal, orphelin de père à six ans, il est emmené par sa mère à Paris, puis en Hollande. On manque de précisions sur ses études supérieures. Mais on sait comment Félix d'Hérelle s'est orienté, par hasard, vers la microbiologie, en apprenant qu'une place de chef de laboratoire était vacante à l'hôpital général de Guatemala. Ayant obtenu ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-d-herelle/#i_1888

JACOB FRANÇOIS (1920-2013)

  • Écrit par 
  • François GROS
  •  • 1 838 mots
  •  • 1 média

François Jacob fut une figure majeure de la génétique et de la biologie moléculaire, un des penseurs parmi les plus pénétrants de l'histoire et de la philosophie des sciences du vivant. N'acceptant pas la capitulation de 1940, il intègre les Forces françaises libres, participe aux campagnes d'Afrique et de France. Il fut grièvement blessé, et la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-jacob/#i_1888

LEDERBERG JOSHUA (1925-2008)

  • Écrit par 
  • Agnès ULLMANN
  •  • 996 mots

Généticien et microbiologiste américain, un des fondateurs de la biologie moléculaire moderne. Pour sa découverte de la recombinaison génétique chez les bactéries, qui a ouvert la voie à l'analyse génétique de ces micro-organismes, Joshua Lederberg a reçu, en 1958, à l'âge de trente-trois ans, le prix Nobel de physiologie ou médecine, qu'il partag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joshua-lederberg/#i_1888

LURIA SALVADOR (1912-1991)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 337 mots
  •  • 1 média

Bactériologiste et généticien américain, d'origine italienne. Docteur en médecine en 1935, Luria complète sa formation par des études de mathématiques et de physique. Il s'intéresse ensuite à la radiographie des bactéries et des virus. En 1938, il travaille à l'Institut du radium, à Paris, ainsi qu'à l'Institut Pasteur avec E. Wollman. En 1940, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvador-luria/#i_1888

LYSOGÉNIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 3 859 mots
  •  • 3 médias

Depuis 1940, et sous l'impulsion de Max Delbrück, les bactériophages ont donné lieu à de nombreuses recherches qui ont apporté beaucoup d'explications sur l'origine, l'action et la reproduction des virus, et sur un grand nombre d'autres problèmes qui touchent la bactériologie, la génétique, la biologie générale, la cancérologie. Un aspect particul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysogenie/#i_1888

LYSOTYPIE

  • Écrit par 
  • Pierre NICOLLE
  •  • 399 mots

Si l'on fait agir un bactériophage convenablement choisi et dilué sur diverses cultures d'une même espèce bactérienne ou d'un même sérotype, on constate souvent, surtout si ces cultures ont été isolées en des endroits géographiquement éloignés les uns des autres ou à partir d'espèces animales différentes, que certaines de ces cultures sont très sen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lysotypie/#i_1888

NUCLÉIQUES ACIDES

  • Écrit par 
  • Jacques KRUH, 
  • Ethel MOUSTACCHI, 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE, 
  • Alain SARASIN
  •  • 13 449 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'ADN est le support de l'information génétique »  : […] Le fait fondamental a été établi dès 1944 par Oswald Avery. Celui-ci a préparé de l'ADN à partir d'une souche sauvage de pneumocoques pourvus de capsule S et a ajouté cet ADN à une souche de pneumocoques R, dépourvus de capsule. Cette addition provoque la transformation de cellule R en S, avec formation de capsule, et cette transformation devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acides-nucleiques/#i_1888

PARASEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Patrice COURVALIN, 
  • Jacques THÈZE, 
  • Patrick TRIEU-CUOT, 
  • Philippe VIGIER
  •  • 5 377 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transduction »  : […] Une petite fraction des particules virales produites par une bactérie, à la suite de leur l'infection par certains bactériophages, est formée d'une capside de protéines virales entourant un fragment d'ADN bactérien. Autrement dit, chez cette bactérie infectée, l'édification des virions, peut, accidentellement, s'effectuer autour de morceaux d'ADN […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parasexualite/#i_1888

PHAGOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Emiliano FRUCIANO
  •  • 2 302 mots
  •  • 2 médias

La découverte de virus, les bactériophages, qui détruisent certaines bactéries comme les staphylocoques ou le bacille du choléra, a ouvert des perspectives inattendues dans la lutte contre les maladies infectieuses, immédiatement après la Première Guerre mondiale. La phagothérapie de nombreuses maladies, dont les épidémies de peste et de choléra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phagotherapie/#i_1888

PRIX NOBEL DE CHIMIE 2018

  • Écrit par 
  • Wadih GHATTAS, 
  • Jean-Pierre MAHY
  •  • 1 386 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le phage display : des virus qui affichent des protéines à leur surface »  : […] George Smith et Gregory Winter ont été récompensés pour l’invention d’un procédé appelé phage display . L’idée de Smith a consisté à insérer dans l’ADN d’un bactériophage – virus de bactéries – un gène exogène (n’appartenant pas au bactériophage), codant pour une protéine donnée (protéine d’intérêt), greffé sur un gène codant pour une protéine de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prix-nobel-de-chimie-2018/#i_1888

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Variantes du transfert génétique »  : […] La sexualité peut être considérée comme l'acquisition, par des individus d'une même espèce, d'une « polarité » biochimique et physiologique déterminant dans la population impliquée une dualité (+ et —, mâle et femelle) qui permet un transfert génétique dans le couple formé par deux individus de sexe opposé. Pour bien comprendre le rôle de la fécond […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_1888

VIROLOGIE

  • Écrit par 
  • Sophie ALAIN, 
  • Michel BARME, 
  • François DENIS, 
  • Léon HIRTH
  •  • 10 443 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations entre génome viral et génome cellulaire »  : […] Dans tous les cas précédemment exposés, le génome du virus se répliquait pour son propre compte et plus ou moins indépendamment du génome cellulaire. Dans d'autres cas, génome cellulaire et génome viral ne forment qu'une seule entité par intégration du génome viral dans le génome cellulaire, et le génome viral se réplique exactement comme ce der […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virologie/#i_1888

VIRUS

  • Écrit par 
  • Vincent BARGOIN
  •  • 8 306 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le cycle lysogénique »  : […] Étant le cycle par lequel un virus perdure en se reproduisant, le cycle réplicatif est le cycle viral « normal », si la normalité biologique est dans la succession des générations. Certains virus, toutefois, ne se répliquent pas, ou pas continuellement, dans les cellules infectées. C'est le phénomène de latence virale, qui se traduit cliniquement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus/#i_1888

VIRUS ET VIROLOGIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 458 mots

1883 Louis Pasteur cultive le virus rabique dans le tissu nerveux du lapin. Le terme virus n’a alors pas de sens précis et désigne tout agent pathogène. 1892 Dimitri Ivanovski démontre que, contrairement aux bactéries, un virus peut traverser les filtres de porcelaine poreuse, d’où le nom de virus filtrant. Ce critère permet de distinguer les deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/virus-et-virologie-reperes-chronologiques/#i_1888

WOLLMAN ÉLIE (1917-2008)

  • Écrit par 
  • Maxime SCHWARTZ
  •  • 1 228 mots

Le Français Élie Wollman, qui a mené toute sa carrière à l'Institut Pasteur, peut être considéré comme l'un des pionniers de la génétique microbienne moderne et, par voie de conséquence, de la biologie moléculaire puis des biotechnologies. Il était aussi devenu la référence pour tout ce qui concernait l'histoire de l'Institut Pasteur. Élie Wollman […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elie-wollman/#i_1888

ZINDER NORTON (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots

Le biologiste américain Norton Zinder découvrit la transduction – transfert de matériel génétique d'une souche de bactérie à une autre sous l'effet d'un agent filtrable tel qu'un bactériophage – dans des cultures de Salmonella . Norton David Zinder naît le 7 novembre 1928 à New York. Après avoir fréquenté l'université Columbia de sa ville natale, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/norton-zinder/#i_1888

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François VIEU, « BACTÉRIOPHAGES ou PHAGES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bacteriophages-phages/