KOCH BACILLE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Koch

photographie : Robert Koch

photographie

Le savant allemand Robert Koch (1843-1910), Prix Nobel de médecine en 1905, a découvert le bacille qui porte son nom, l'agent de la tuberculose, ainsi que le vibrion cholérique. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Après avoir identifié le bacille du charbon (1876), le médecin allemand Robert Koch (1843-1910) développa la culture des microbes sur milieu nutritif stérile solide et isola le bacille de la tuberculose en 1882. La règle d'or de la bactériologie médicale, codifiée par Koch, fut d'obtenir des cultures pures des germes prélevés dans les produits pathologiques, de vérifier ensuite sur une espèce animale réceptive le pouvoir nocif de ces microbes, et de récupérer la souche pathogène chez l'animal infecté. Ces opérations garantissaient la spécificité de l'agent infectieux dans la genèse d'un état pathologique sémiologiquement défini ; car, pour Koch, fonder la systématique bactérienne était le but ultime. La technique de coloration découverte par le Danois Christian Gram en 1883 devait être l'une des clés de cette classification.

Dans l'optique de Koch, l'espèce bactérienne n'était pas malléable, d'où son désaccord avec Louis Pasteur, son rival, sur la possibilité d'atténuer la virulence d'un agent pathogène : Koch pensait que les souches utilisées pour les vaccins n'étaient que des variétés contaminantes des cultures initiales, variétés qui avaient été sélectionnées par le procédé d'atténuation.

—  Paul MAZLIAK

Écrit par :

  • : professeur honoraire de biologie cellulaire, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  KOCH BACILLE DE  » est également traité dans :

CHANCRES

  • Écrit par 
  • Pierre de GRACIANSKY
  •  • 435 mots
  •  • 1 média

Désignation traditionnelle de certaines ulcérations cutanées ou muqueuses qui accompagnent l'inoculation de certains microbes : tréponème de la syphilis, bacille de Ducrey, bacille de Koch . Le chancre syphilitique survient trois semaines après la contagion. Sur les muqueuses, il est classiquement indolore ; arrondi, de niveau avec la muqueuse, propre, vernissé, il repose sur une base indurée. Il […] Lire la suite

EHRLICH PAUL (1854-1915)

  • Écrit par 
  • Jacqueline BROSSOLLET
  •  • 682 mots
  •  • 1 média

Savant allemand , prix Nobel de médecine (1908), qui a largement contribué à la naissance ou au développement de nombreuses disciplines biologiques telles que l'hématologie, l'immunologie, la chimiothérapie, la pharmacologie et la cancérologie. Né en Silésie, neveu d'un fabricant de matières colorantes, Paul Ehrlich mène des études médicales à Breslau, à Strasbourg, à Leipzig et les termine à Bres […] Lire la suite

KOCH ROBERT (1843-1910)

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Universalis
  •  • 1 688 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le découvreur de germes pathogènes »  : […] En 1882, Koch qui, depuis deux ans a été nommé au Bureau impérial de la Santé, à Berlin, publie la découverte du bacille qui porte son nom, l'agent de la tuberculose ; il obtient des cultures pures du bacille, et, en concentrant celles-ci, il découvre la « lymphe », qui sera appelée tuberculine par la suite. Il y voit le remède spécifique de la tuberculose, qui doit guérir de façon certaine tout […] Lire la suite

MALADIES INFECTIEUSES ÉMERGENTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 8 022 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Changement des propriétés de l’agent pathogène  »  : […] Parfois, un agent infectieux, qui provoque une maladie connue, change brusquement de propriétés, ces modifications étant presque invariablement d’origine génétique. Tous les organismes connaissent des mutations de divers types, particulièrement notables chez les virus à ARN. Les micro-organismes étant souvent présents en très grand nombre, la probabilité que se trouve parmi cette population un mut […] Lire la suite

MYCOBACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Carlo COCITO, 
  • Gabriel GACHELIN
  • , Universalis
  •  • 4 319 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tuberculose »  : […] La tuberculose est une mycobactériose que provoquent chez l'homme et chez l'animal deux mycobactéries pathogènes, Mycobacterium tuberculosis et M. bovis . Jusqu'à la moitié du xx e  siècle, environ 20 p. 100 des cas de tuberculose étaient produits par M. tuberculosis introduit par la voie respiratoire, et 80 p. 100 des cas par M. bovis introduit par la voie digestive (lait de vaches tubercule […] Lire la suite

TUBERCULOSE

  • Écrit par 
  • Jean BRETEY, 
  • Charles COURY
  •  • 10 012 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le bacille tuberculeux »  : […] Le bacille tuberculeux appartient, comme le bacille de la lèpre, le bacille tuberculeux bovin et les nombreux bacilles apparentés dits atypiques, au genre des mycobactéries. On appelle bacille de Koch (B.K.), du nom du savant allemand qui l'a découvert en 1882, le germe pathogène responsable de la tuberculose humaine. Certaines tuberculoses animales (bovine, par exemple) en dépendent néanmoins. […] Lire la suite

TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 982 mots
  •  • 2 médias

La tuberculose est une maladie grave provoquée par une mycobactérie appelée Mycobacterium , appartenant au groupe tuberculosis , découverte par Robert Koch en 1882. Elle affecte surtout les poumons, mais peut atteindre les os (mal de Pott) et de nombreux autres organes. Maladie à évolution en général lente, souvent fatale – comme le suggère son ancien nom, consomption –, la tuberculose est un p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Paul MAZLIAK, « KOCH BACILLE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bacille-de-koch/