ASTROCHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le milieu interstellaire

Avec ses 99,999 p. 100 d'hydrogène et d'hélium, le gaz interstellaire est une mixture fort homogène. L'essentiel des éléments chimiques, fabriqués par les étoiles – à commencer par le carbone, l'azote et l'oxygène –, n'y sont présents que dans un rapport d'au mieux 3 pour 10 000 avec l'hydrogène. D'autres éléments – comme le silicium, le soufre, le phosphore, etc. – sont encore moins abondants. Il s'ensuit que la molécule la plus répandue dans l'espace interstellaire est le dihydrogène H2, et que toutes les autres molécules (tabl. 1) ne sont présentes qu'à l'état de traces dans le gaz. Avec des abondances infimes – entre 100 parties par million (ppm) pour le monoxyde de carbone CO et moins d'une partie par milliard pour les longues chaînes carbonées des cyanopolyynes –, la variété des espèces observées dans l'espace illustre malgré tout la richesse de la chimie du milieu interstellaire. Son caractère atypique est, quant à lui, souligné par le fait que les molécules interstellaires sont insaturées malgré la grande quantité d'hydrogène présente dans l'espace. Peu de molécules saturées en hydrogène (le méthane CH4 par exemple) ont été identifiées, et ces espèces sont souvent moins abondantes que les molécules insaturées de même taille. Cette particularité est une conséquence directe des processus qui régissent l'étonnante chimie du cosmos.

Milieu interstellaire

Tableau : Milieu interstellaire

Propriétés des environnements interstellaires. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Formes carbonées existant probablement dans l'espace interstellaire

Dessin : Formes carbonées existant probablement dans l'espace interstellaire

Formes carbonées existant probablement dans l'espace interstellaire (d'après : P. Ehrenfreund et S. B. Charnley, 2000). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les conditions de température, de densité et d'éclairement qui règnent entre les étoiles sont en effet très différentes de celles que nous connaissons sur Terre (tabl. 2). Alors que l'on dénombre 2,7 × 1019 particules dans un centimètre cube d'air à la surface de notre planète, on en compte au mieux quelques milliards dans les régions les plus denses de l'environnement interstellaire. Cette très faible densité interdit certaines réactions chimiques et laisse donc à d'autres le loisir de s'exprimer. Le rayonnement stellaire, notamment celui des astres les plus lumineux, joue lui aussi un rôle déterminant dans la synthèse moléculaire. Tandis que nous sommes protégés des émissions ultraviolettes du Soleil par notre atmosphère dense (et en particulier par sa couche d'ozone), le gaz situé entre les étoiles est directement exposé à leurs radiations destructrices. Certaines régions de l'espace, autoprotégées par des mécanismes inopérants sur Terre, sont pourtant totalement opaques à ces radiations. La température y est alors d'environ — 260 0C et une riche « chimie du froid » s'y développe. Cette chimie bien particulière donne naissance à des espèces caractéristiques, comme les cyanopolyynes et l'ammoniac. Ailleurs – sur la surface éclairée des nuages interstellaires denses, par exemple –, on observe plutôt des hydrocarbures, dont les mystérieux PAH (hydrocarbures aromatiques polycycliques), qui contiennent plusieurs centaines d'atomes. Dans les zones où le gaz interstellaire est soudainement comprimé pour une raison ou une autre (régions de chocs), le gaz chauffé à plusieurs centaines de degrés contient en général les molécules SiO et la vapeur d'eau. Enfin, dans le milieu interstellaire diffus (environ 100 particules par centimètre cube et une température de — 160 0C), des hydrocarbures simples subsistent malgré les conditions de rayonnement. On s'aperçoit donc que les chemins de la synthèse moléculaire dans l'espace sont variés. Il existe cependant un dénominateur commun aux espèces détectées dans le milieu interstellaire : elles contiennent pratiquement toutes du carbone. Comme la chimie de la vie, la chimie de l'Univers repose en effet sur cet élément.

Molécules du milieu interstellaire

Tableau : Molécules du milieu interstellaire

Molécules du milieu interstellaire et des enveloppes circumstellaires. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Milieu interstellaire

Milieu interstellaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Formes carbonées existant probablement dans l'espace interstellaire

Formes carbonées existant probablement dans l'espace interstellaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Molécules du milieu interstellaire

Molécules du milieu interstellaire
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 3 médias de l'article

Écrit par :

  • : journaliste scientifique
  • : chercheur au Laboratoire d'étude du rayonnement et de la matière en astrophysique (L.E.R.M.A.), C.N.R.S., Observatoire de Paris, École normale supérieure et université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  ASTROCHIMIE  » est également traité dans :

A.L.M.A. (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array)

  • Écrit par 
  • Pierre LÉNA
  •  • 2 107 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les champs de recherche d'A.L.M.A.  »  : […] Les questions qu'A.L.M.A. permet d'aborder sont nombreuses, et les résultats de sa première année d'observations, présentés lors d'une conférence à la fin de 2012, couvrent l'astrochimie, la formation des étoiles et leur évolution, la formation des exoplanètes, la formation des galaxies et l'observation, parmi celles-ci, des plus lointaines (décalage spectral z  ≈ 7) [le décalage spectral permet d […] Lire la suite

COMÈTES

  • Écrit par 
  • Myriam DÉTRUY
  •  • 4 339 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Composition chimique »  : […] Les comètes s'étant formées dans des environnements froids, à des températures inférieures à –170  0 C, elles ont subi peu de modifications chimiques, sauf à leur surface si elles ont été bombardées par des rayons ultraviolets ou des protons cosmiques. Les plus gros objets ont peut-être subi des modifications internes en raison de la chaleur provoquée par la désintégration d'éléments radioactifs. […] Lire la suite

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 470 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre «  Formation des étoiles »  : […] Dans notre Galaxie, la majeure partie de la matière du milieu interstellaire est condensée en nuages interstellaires ; ces nuages sont de deux types : – les nuages diffus, constitués d'hydrogène atomique neutre (régions H I), de densité relativement faible (de l'ordre de 10 —2 à 10 —1  atome par mètre cube) ; leur température est voisine de 100 K ; – les nuages denses, qui contiennent des poussiè […] Lire la suite

INTERSTELLAIRE MILIEU

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 3 691 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Les poussières interstellaires »  : […] En plus du gaz, le milieu interstellaire contient des poussières ténues de dimensions comprises entre une fraction de nanomètre et une dizaine de nanomètres. Les poussières absorbent et diffusent sélectivement la lumière des étoiles, c'est-à-dire qu'elles agissent plus sur le rayonnement ultraviolet et bleu que sur le rouge et l'infrarouge. Ce sont elles qui rendent totalement opaques les nuages […] Lire la suite

NAINES BLANCHES

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 401 mots
  •  • 1 média

Les naines blanches sont des étoiles vieillissantes dont la masse est de l'ordre de celle du Soleil et la taille proche de celle de la Terre. Leur grande densité rend gigantesques les forces gravitationnelles qui y règnent . Ce sont des astres assez communs dans l'Univers ; la plus proche naine blanche est à une distance de 8,6 années-lumière et on estime que le Soleil en deviendra une dans quelq […] Lire la suite

ORIGINE DE LA VIE

  • Écrit par 
  • André BRACK
  •  • 11 454 mots

Dans le chapitre « Des molécules organiques d'origine extraterrestre ? »  : […] Les radioastronomes ont découvert que la chimie organique est particulièrement active dans les nuages denses de gaz et de poussières interstellaires bien que la température y soit très basse (environ — 260  0 C) et que les molécules y soient très diluées. Comme les molécules organiques interstellaires sont enrichies en deutérium par rapport à l'hydrogène interstellaire, leur synthèse a vraisembla […] Lire la suite

PLANÉTAIRES SYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Dominique PROUST
  •  • 5 146 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'apport des météorites »  : […] La cosmogonie moderne repose sur l'emploi de techniques d'analyse théorique ou numérique très sophistiquées. Grâce aux simulations, il est désormais possible de conduire des expériences numériques qui autorisent l'étude de phénomènes d'une grande complexité. La ceinture des astéroïdes et les anneaux des planètes, en particulier, constituent un laboratoire idéal pour tester les modèles élaborés par […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

David FOSSÉ, Maryvonne GERIN, « ASTROCHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/astrochimie/