Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART (Le discours sur l'art) L'histoire de l'art

Une discipline nouvelle

C'est pourtant au xviiie siècle que le climat intellectuel allait amener l'apparition d'une attitude radicalement nouvelle ; pour rompre avec tous les aspects du « vasarisme », il fallait une double concentration sur le concret des formes et sur les articulations spécifiques du développement. Le Lehrgebäude der Geschichte der Kunst in der Altertum (Dresde, 1764), de Winckelmann, définit pour la première fois l'idée d'une histoire de l'art par les styles diversifiés selon les lieux et les temps, à propos de la sculpture grecque et romaine, devenue, au lieu de la peinture, la catégorie la plus favorisée. Une discipline bien définie par l'attention à une certaine catégorie d'objets se trouvait ainsi constituée. On était à l'âge des musées : des pinacothèques et des glyptothèques géantes allaient être édifiées dans toutes les capitales. Le xixe siècle, siècle de l'histoire, est aussi celui des collections et de la course aux acquisitions. Les « connaisseurs » se multiplient, attentifs au document, et soucieux d'une précision nouvelle ; l'archéologie médiévale s'oriente vers des analyses et des classements précis, avec Arcisse de Caumont dont le Cours d'antiquité date de 1836 (il formule la notion d'art « roman ») ; l'étude des peintures devient une discipline d'experts avec une figure typique comme celle de l'Italien Cavalcaselle à qui l'on doit, en collaboration avec Crowe, une nouvelle présentation des primitifs flamands (1856) et italiens (1864). Une personnalité active, Giovanni Morelli, concentrant l'attention sur les attributions, tente d'élaborer une méthode stricte d'analyse à partir de certains détails révélateurs du dessin ; cette ambition d'asseoir l'histoire de l'art sur de véritables « diagnostics » séduisit un moment un expert éminent, de renommée mondiale, B. Berenson, mais il finit par souligner de plus en plus expressément les limites du « morellisme » et de la critique d'attribution.

Sous sa forme universitaire, l'histoire de l'art « positive » avait acquis en Allemagne une autorité remarquable avec K. F. von Rumohr. Ses Italienische Forschungen de 1827 eurent une postérité considérable ; elles imposèrent pour près d'un siècle une méthode qui procède à la critique des sources, pratique la comparaison méthodique, considère les influences, en se défiant également de trop accorder à la biographie des artistes et aux grandes formules trop ouvertes. Cette exigence d'analyse, parfois aiguisée par l'intuition, s'oppose délibérément à l'histoire de l'art « systématique », de dérivation hégélienne. Dans les Vorlesungen über Ästhetik, publiées en 1835-1838, Hegel prête à chaque époque un même « esprit », défini par sa place dans l'évolution universelle, entraînant le primat d'une certaine forme d'art et se réfléchissant dans le style. L'art ne peut être finalement appréhendé que comme le total de sa propre évolution, à travers une série de phases où ont paru, en tant qu'incarnations successives de l'idée, l'architectonique, le plastique ou le pictural, chaque stade « dépassant » et se subordonnant les autres. L'idée arrivant à une expression plus complète dans d'autres manifestations, l'art ne saurait plus être qu'un mode d'expression subordonné ; mais l'histoire de l'art, culte rendu aux créations successives de l'esprit humain, va dès lors occuper une place de choix dans la philosophie « dialectique ». L'histoire de l'art consomme le dépérissement de l'art : affirmation qui, nécessairement, rend dramatique l'insertion de cette discipline dans la culture moderne.

La forte construction systématique[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : membre de l'Institut, professeur au Collège de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Joachim von Sandrart.

Joachim von Sandrart.

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots

    Les liens qui ont longtemps uni l’art et la religion se sont-ils distendus au fil de l’histoire ? L’art s’est-il émancipé de la religion pour devenir une activité culturelle autonome ? Alain (1868-1951) se serait-il trompé en affirmant que « l’art et la religion ne sont pas deux choses,...

  • FINS DE L'ART (esthétique)

    • Écrit par Danièle COHN
    • 2 835 mots

    L'idée des fins de l'art a depuis plus d'un siècle et demi laissé la place à celle d'une fin de l'art. Or, à regarder l'art contemporain, il apparaît que la fin de l'art est aujourd'hui un motif exsangue, et la question de ses fins une urgence. Pourquoi, comment en est-on arrivé là ?

  • ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 938 mots

    La réflexion du philosophe est sans cesse sollicitée par la notion d'œuvre. Nous vivons dans un monde peuplé des produits de l'homo faber. Mais la théologie s'interroge : ce monde et l'homme ne sont-ils pas eux-mêmes les produits d'une démiurgie transcendante ? Et l'homme anxieux d'un...

  • STRUCTURE & ART

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 2 874 mots

    La métaphore architecturale occupe une place relativement insoupçonnée dans l'archéologie de la pensée structurale qu'elle aura fournie de modèles le plus souvent mécanistes, fondés sur la distinction, héritée de Viollet-le-Duc, entre la structure et la forme. La notion d'ordre, telle que l'impose la...

  • TECHNIQUE ET ART

    • Écrit par Marc LE BOT
    • 5 572 mots
    • 1 média

    La distinction entre art et technique n'est pas une donnée de nature. C'est un fait social : fait qui a valeur institutionnelle et dont l'événement dans l'histoire des idées est d'ailleurs relativement récent. C'est dire qu'on ne saurait non plus considérer cette distinction comme un pur fait de connaissance...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • ACADÉMISME

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN
    • 3 543 mots
    • 2 médias

    Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire...

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...phénomènes perçus par nos sens et par leurs instruments. Cette hypothèse peut sembler aventureuse. Pourtant, le simple bon sens suffit à la justifier. Tout art, en effet, s'il est génial, nous montre que le « beau est la splendeur du vrai » et que les structures « imaginales » existent éminemment puisqu'elles...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    ...le succès correspond peut-être à un besoin accru encore par les progrès de la pensée positive et pour ainsi dire en réaction contre elle. D'autre part, on peut trouver dans la vie artistique, sous toutes ses formes, la recherche d'une harmonie entre le subjectif et l'objectif, en même temps qu'un retour...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi