CAUMONT ARCISSE DE (1801-1873)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Bayeux, archéologue, géologue, Arcisse de Caumont est surtout connu pour son rôle dans le développement de l'histoire de l'art médiéval au xixe siècle. Lorsqu'en 1821 il entre à l'université de Caen pour suivre les cours d'histoire naturelle de J.-V. Lamouroux et l'enseignement de l'abbé Gervais de La Rue, alors maître incontesté de l'histoire de Normandie, l'intérêt pour l'archéologie médiévale est encore très limité, mais s'éveille progressivement, à la faveur d'un concours de circonstances : plusieurs aristocrates émigrés en Angleterre pendant la Révolution ont subi – tels Charles de Gerville et, à un moindre degré, l'abbé de La Rue – l'influence d'érudits anglais dont la curiosité pour l'architecture médiévale était déjà plus développée ; avec la Restauration, la connaissance des monuments susceptibles de dire la grandeur de la monarchie française et de l'Église au Moyen Âge est encouragée, comme l'expose en 1819 le comte de Montlivault, préfet du Calvados ; enfin, le mouvement romantique favorise largement le goût des ruines, mais sans qu'un esprit proprement scientifique soit apporté à leur étude. C'est en 1818 que l'Anglais John Sell Cotman parcourt la Normandie, dessine les principaux édifices, et publie, avec Dawson Turner, auteur du texte, ses Architectural Antiquities of Normandy, dont le retentissement fut grand parmi les érudits normands. Dans cette atmosphère, l'action et l'œuvre d'Arcisse de Caumont sont déterminantes : en 1823, il fonde avec Gerville, A. Le Prévost, ami de Charles Nodier et de Victor Hugo, Pluquet, éditeur de Wace, l'abbé de La Rue, Léchaudé d'Anisy, Hyacinthe Langlois et d'autres personnalités, la Société des antiquaires de Normandie, point de départ d'un extraordinaire développement des études archéologiques dans cette province. À partir de mai 1824, il lit devant la Société un Essai sur l'architecture du Moyen Âge, principalement en Normandie, et peu après ouvre à Caen un cours public qui connaît un extraordinaire succès et touche un auditoire dépassant largement le cercle des érudits et des étudiants. Publiée sous le titre de Cours d'antiquités monumentales à partir de 1830, cette œuvre jette les bases d'un système chronologique nouveau ; fondée sur l'analyse précise des monuments qu'avait préconisée Gerville, classant systématiquement par époques les traits architecturaux, la modénature et la sculpture, elle devait servir de base à tous les travaux ultérieurs. Sa méthode est encore précisée dans l'Abécédaire ou Rudiment d'archéologie (1re éd. 1850-1862). Grand voyageur, en France, en Allemagne, en Italie, Caumont met en application ses principes d'étude des édifices sur le terrain ; la variété de ses communications et articles, concernant aussi bien les vestiges d'époque gallo-romaine que ceux du Moyen Âge, montre l'extrême diversité de ses centres d'intérêt. Il dirige lui-même des excursions archéologiques. Son attention se porte non seulement sur les édifices majeurs déjà connus, mais aussi sur des aspects jusque-là négligés : granges médiévales, dépôts lapidaires, etc.

Tandis qu'il travaille à fonder l'archéologie en tant que science rigoureuse, Caumont agit également en faveur de la préservation des monuments menacés par l'ignorance et l'abandon : en 1829, il alerte et réunit autour de lui plusieurs sociétés savantes de Normandie et de l'Ouest pour créer une association et s'opposer au projet de destruction du baptistère Saint-Jean de Poitiers. Cette association devient en 1834 la Société française d'archéologie, qui tient dès lors un congrès annuel. Les publications de la Société (Bulletin monumental, Congrès archéologique de France) contribuent à encourager la connaissance et la conservation des œuvres d'art. C'est dans le même esprit qu'Arcisse de Caumont entreprend, à partir de 1846, la publication de la Statistique monumentale du Calvados, inventaire minutieux de tous les édifices anciens à protéger dans le département. Son exemple sera suivi avec plus ou moins d'efficacité selon les régions. L'activité de l'abbé Cochet en haute Normandie, tout en mettant l'accent sur les méthodes de fouilles, s'inscrit dans la même ligne.

Parallèlement à ces travaux d'histoire de l'art, Caumont, fidèle à sa vocation première de géologue, a publié des Mémoires sur la géologie de l'arrondissement de Bayeux (1823), des C [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en histoire de l'art, attachée de recherche au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  CAUMONT ARCISSE DE (1801-1873)  » est également traité dans :

ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

  • Écrit par 
  • Luc BOURGEOIS
  •  • 4 882 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Envisager une archéologie médiévale »  : […] Il faut attendre encore quelques années avant que ce succès public engendre des méthodes d’approche et des institutions adaptées à l’étude des vestiges médiévaux. Cet essor de la recherche va passer par la naissance, à partir des années 1820, de sociétés savantes régionales qui effectuent un considérable travail d’inventaire, de sauvegarde des monuments et de diffusion du savoir par des musées et […] Lire la suite

ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

  • Écrit par 
  • André CHASTEL
  •  • 4 730 mots

Dans le chapitre « Une discipline nouvelle »  : […] C'est pourtant au xviii e siècle que le climat intellectuel allait amener l'apparition d'une attitude radicalement nouvelle ; pour rompre avec tous les aspects du « vasarisme », il fallait une double concentration sur le concret des formes et sur les articulations spécifiques du développement. Le Lehrgebäude der Geschichte der Kunst in der Altertum (Dresde, 1764), de Winckelmann, définit pour l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maylis BAYLÉ, « CAUMONT ARCISSE DE - (1801-1873) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arcisse-de-caumont/