JÉSUITE ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est à la fin du xvie siècle que commence, selon Malraux, après la disparition de ceux qu'il nomme les derniers grands artistes chrétiens – Tintoret, Greco –, « la pieuse fête jésuite » (Les Voix du silence). Le sens du sacré déserte alors l'art religieux, qui devient bavardage moralisant, narration pseudo-réaliste, illustration du catéchisme, « trompe-l'œil ». Avatar ultime (apparemment) d'un mythe né avec le succès de la Compagnie de Jésus, mis en forme au xviie siècle par certains milieux français et repris ensuite par l'anticléricalisme. Cette dernière collusion est flagrante au milieu du xixe siècle : Baudelaire, admirant un peu malgré lui, à la fin de sa vie, les églises construites à Bruxelles, à Anvers ou à Namur entre 1600 et 1650, et qualifiées par lui, en bloc, de « jésuitiques », rend les « Homais belges » responsables du discrédit où elles sont injustement tombées. On poursuit « Messieurs de Loyola » (pour reprendre l'expression employée par le modèle de tous les Homais dans Le Fanal de Rouen) jusque dans « leur » architecture. Les libres penseurs de 1860 les condamnent, eux et l'art dont on leur attribue sans hésiter le patronage, au nom de la cathédrale gothique et des siècles de « piété authentique » qui l'ont produite. Exaspéré par la fable moyenâgeuse qu'ont inventée les romantiques et qui, avec Hugo, Michelet et Viollet-le-Duc, est devenue la complice inattendue d'un voltairianisme impavide, Baudelaire redécouvre l'un des premiers le pan de civilisation chrétienne qu'elle cachait au public.

« Piété authentique » contre « trompe-l'œil ». La condamnation, seulement esthétique dans Les Voix du silence, a comporté pendant deux bons siècles, si elle n'en comporte encore dans bien des cas, de fortes implications morales. Le trompe-l'œil représente avant tout pour Malraux un art sans inspiration, non créateur, un sot plagiat de la « réalité ». Mais il a longtemps évoqué pour d'autres le truquage, la feinte et l'hypocrisie. L'art jésuite, qui s'est répandu essentiellement, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  JÉSUITE ART  » est également traité dans :

BACICCIA GIOVANNI BATTISTA GAULLI dit (1639-1709)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 199 mots

À Gênes, Baciccia étudie les œuvres de Perino del Vaga, de Barocci et aussi celles de Rubens, de Van Dyck, avant de partir pour Rome en 1657. Attiré par Bernin, alors au faîte de sa gloire, mais désormais occupé exclusivement d'architecture, Baciccia adhère totalement à sa vision plastique. Un séjour à Parme (1661) lui fait connaître l'art de Corrège, dont il retiendra le charme lumineux ; revenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baciccia/#i_5121

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les premières œuvres baroques à Rome »  : […] Il est hors de doute que l'Italie, par la qualité des œuvres et des maîtres qui s'y révèlent alors, a fourni les modèles et donné l'impulsion. Le baroque est le style de la Contre-Réforme, a-t-on dit. À n'en pas douter, parce que le concile de Trente avait maintenu la vénération des images et qu'il avait prêté désormais à l'Église catholique le caractère d'une religion sensible, où les rites et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_5121

CONTRE-RÉFORME

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU
  •  • 4 229 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'application des décisions du concile »  : […] Rome, qui n'avait pas veillé à l'application des décisions prises dans les conciles qui précédèrent celui de Trente, travailla, en revanche, à faire entrer les décrets tridentins dans la vie quotidienne. Pie IV les confirma dès le 26 janvier 1564 (les pères s'étaient séparés le 4 décembre précédent) et une bulle précisa en juillet qu'ils seraient obligatoires dans tout l'univers catholique. Deux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contre-reforme/#i_5121

GESÙ ÉGLISE DU

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 526 mots

Le pape Paul III concède, en 1541, à la Compagnie de Jésus (approuvée en 1540) la petite église de Santa Maria della Strada, à Rome. Quelques années plus tard, on décide de construire un nouvel édifice dédié au saint nom de Jésus, l'église du Gesù, dont Giovanni di Bartolommeo Lippi dit Nanni di Baccio Bigio donne les plans. La première pierre est posée en 1550, en présence de saint Ignace et de s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-du-gesu/#i_5121

HASKELL FRANCIS (1928-2000)

  • Écrit par 
  • Alain MÉROT
  •  • 813 mots

L'historien de l'art Francis Haskell est né à Londres en 1928. Sa vocation s'éveille juste après la Seconde Guerre mondiale, alors qu'il étudie l'histoire et l'histoire de l'art dans ce King's College de Cambridge auquel il restera attaché toute sa vie, même si c'est à l'université d'Oxford, où il est nommé professeur en 1967, qu'il fera l'essentiel de sa carrière. Un sujet de thèse que lui a prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-haskell/#i_5121

HUYSSENS PIETER (1577-1637)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques DUTHOY
  •  • 318 mots

Jésuite qui a été l'un des plus brillants constructeurs de son ordre à une époque où celui-ci élevait en Belgique les plus belles églises baroques. Pieter Huyssens participe à la construction de Saint-Charles-Borromée à Anvers (1615-1621), sans que l'on puisse déterminer exactement quelle part il prit à l'exécution des plans. Il est désigné en 1617 pour diriger les travaux à la mort de son supérie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pieter-huyssens/#i_5121

MARTELLANGE ÉTIENNE ANGE MARTEL dit (1569-1641)

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 321 mots
  •  • 1 média

Le nom de Martellange, qui serait une contraction de Ange-Étienne Martel, était en fait déjà porté par le grand-père de l'architecte. Entré dans la Compagnie de Jésus en 1590, il est envoyé à Rome où il réside jusqu'en 1604. Là, le père Martellange s'initie à l'architecture, et subit l'influence de Vignole. Nommé coadjuteur temporel de la Compagnie, il établit des plans pour de nombreux collèges e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martellange/#i_5121

POZZO ANDREA (1642-1709)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 1 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'architecte »  : […] Il est difficile de séparer chez Pozzo le peintre de l'architecte. Son œuvre d'architecte est fort bien connue, grâce à son traité de perspective publié à Rome en 1693 et 1700 ( Perspectiva pictorum et architectorum ), dans lequel il a reproduit ses principales créations. Sa formation d'architecte est encore plus obscure que sa formation de peintre. C'est d'ailleurs en tant q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-pozzo/#i_5121

PRAGUE

  • Écrit par 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  • , Universalis
  •  • 5 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Prague baroque »  : […] Baroque, Prague l'est assurément et c'est son principal charme . Mais il faut dissiper bien des préjugés à ce propos : celui d'un art importé dans un pays vaincu, privé de ses libertés politiques, converti de force au catholicisme et où une noblesse étrangère remplaçait l'ancienne aristocratie locale. Sans doute, la révolte de 1618 fut suivie de représailles tragiques, d'émigrations massives et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prague/#i_5121

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CHARPENTRAT, « JÉSUITE ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/