GESÙ ÉGLISE DU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le pape Paul III concède, en 1541, à la Compagnie de Jésus (approuvée en 1540) la petite église de Santa Maria della Strada, à Rome. Quelques années plus tard, on décide de construire un nouvel édifice dédié au saint nom de Jésus, l'église du Gesù, dont Giovanni di Bartolommeo Lippi dit Nanni di Baccio Bigio donne les plans. La première pierre est posée en 1550, en présence de saint Ignace et de saint François Borgia. Mais des difficultés surgissent, et l'on demande à Michel-Ange un nouveau dessin qui ne sera pas non plus réalisé : une troisième cérémonie de pose de la première pierre a lieu en 1568. Le cardinal Alexandre Farnèse assume les frais de l'entreprise. Le projet est dû à Vignole, assisté de l'architecte de la Compagnie. Mais en 1571, lors du commencement des travaux pour la façade, on repousse les plans de Vignole pour adopter ceux de Giacomo della Porta. L'inauguration de l'église a lieu en 1575, pour l'année sainte, alors que la couverture n'est pas encore achevée. L'édifice ne sera consacré qu'en 1584.

L'église, telle qu'elle est réalisée, offre un plan en croix latine, avec un transept à peine saillant dont une coupole couvre la croisée. La nef ne comporte qu'un seul vaisseau bordé de trois chapelles couvertes de coupolettes. De chaque côté de la travée du chœur s'ouvrent deux chapelles-oratoires utilisées par les pères jésuites pour leurs adorations journalières. La nef et le chœur sont rythmés par des pilastres à l'antique dont l'entablement supporte une voûte en berceau éclairée par des fenêtres hautes. Des tribunes donnant sur la nef s'intègrent avec les chapelles dans la hauteur de l'ordre. La façade, suivant le dessin de Giacomo della Porta, est divisée en deux niveaux scandés par des pilastres ; des consoles renversées amortissent la différence de largeur de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître assistant à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  GESÙ ÉGLISE DU  » est également traité dans :

BACICCIA GIOVANNI BATTISTA GAULLI dit (1639-1709)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 199 mots

À Gênes, Baciccia étudie les œuvres de Perino del Vaga, de Barocci et aussi celles de Rubens, de Van Dyck, avant de partir pour Rome en 1657. Attiré par Bernin, alors au faîte de sa gloire, mais désormais occupé exclusivement d'architecture, Baciccia adhère totalement à sa vision plastique. Un séjour à Parme (1661) lui fait connaître l'art de Corrège, dont il retiendra le charme lumineux ; revenu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baciccia/#i_18126

BAROQUE

  • Écrit par 
  • Claude-Gilbert DUBOIS, 
  • Pierre-Paul LACAS, 
  • Victor-Lucien TAPIÉ
  •  • 20 831 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Les premières œuvres baroques à Rome »  : […] Il est hors de doute que l'Italie, par la qualité des œuvres et des maîtres qui s'y révèlent alors, a fourni les modèles et donné l'impulsion. Le baroque est le style de la Contre-Réforme, a-t-on dit. À n'en pas douter, parce que le concile de Trente avait maintenu la vénération des images et qu'il avait prêté désormais à l'Église catholique le caractère d'une religion sensible, où les rites et l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque/#i_18126

ÉGLISE, architecture

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 8 040 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La réforme catholique et le concile de Trente »  : […] Le bouleversement spirituel des consciences fut cause de l'un des grands mouvements réformateurs de l'Église. Il aboutit, par intransigeance réciproque, à la rupture. Quel qu'ait été l'enjeu politique, pour certains États, d'une « Réforme », protestante et catholique, qui aboutit à dresser États catholiques contre États protestants, il s'agissait au départ de l'homme et de sa foi. La rigidité de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-architecture/#i_18126

JÉSUITE ART

  • Écrit par 
  • Pierre CHARPENTRAT
  •  • 2 287 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Y a-t-il un style jésuite ? »  : […] La part une fois faite à une mythologie pittoresque et singulièrement vivace, le séculaire écheveau politico-littéraire tant bien que mal dénoué, ou du moins dénoncé, reste un vrai problème. Car la Compagnie, c'est un fait, a joué un rôle énorme pendant toute cette époque d'intense construction religieuse que fut l'époque de la Contre-Réforme. Les églises bâties directement par elle se comptent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-jesuite/#i_18126

PEINTURE - Les catégories

  • Écrit par 
  • Antoine SCHNAPPER
  •  • 4 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Voûtes et plafonds »  : […] À partir du xvii e  siècle, les plus importantes peintures monumentales sont des plafonds. La plupart des plafonds antiques connus ne faisaient qu'une place réduite à la peinture. Ils étaient généralement divisés en caissons ; le compartimentage en relief délimitait des médaillons, dont certains étaient peints. Ce système a été souvent imité à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-categories/#i_18126

POZZO ANDREA (1642-1709)

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 1 993 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'architecte »  : […] Il est difficile de séparer chez Pozzo le peintre de l'architecte. Son œuvre d'architecte est fort bien connue, grâce à son traité de perspective publié à Rome en 1693 et 1700 ( Perspectiva pictorum et architectorum ), dans lequel il a reproduit ses principales créations. Sa formation d'architecte est encore plus obscure que sa formation de peintre. C'est d'ailleurs en tant q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-pozzo/#i_18126

ROME

  • Écrit par 
  • Géraldine DJAMENT, 
  • Sylvia PRESSOUYRE
  •  • 11 410 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le catholicisme triomphant »  : […] La politique des papes se fit plus réaliste. La Contre-Réforme s'organisa (concile de Trente, 1545-1563). Après des années d'austérité, une détente s'amorça sous Paul III Farnèse (1534-1550), qui répara les ruines du sac de 1527, confia la fortification de la ville à Antonio da Sangallo le Jeune, ordonna de grands travaux à Michel-Ange vieillissant (place du Capitole ). Mais le mécénat des papes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome/#i_18126

Pour citer l’article

Renée PLOUIN, « GESÙ ÉGLISE DU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-du-gesu/