ARMÉETypologie historique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Différents modes de recrutement

En partant de ce critère, on peut distinguer :

– les armées nationales, les milices ;

– les armées féodales ;

– les armées permanentes ;

– les armées de métier, les mercenaires.

Ces appellations ne s'excluent pas les unes des autres : les mercenaires sont gens de métier, mais une armée de métier peut être nationale par son recrutement ; une certaine organisation des milices constitue parfois une armée semi-permanente (l'armée suisse au cours des deux guerres mondiales), alors que les armées féodales, par nature, ne sont pas permanentes, mais rassemblées, occasionnellement, pour de courtes périodes.

Armées nationales

Dans son sens le plus large, la notion d'armée nationale implique la notion de recrutement national des citoyens et, en même temps, de participation consciente de toute la population à l'égard de l'armée. Dans l'Occident européen, les armées des cités antiques sont ainsi des armées nationales, d'où sont exclus cependant les prolétaires, les membres des peuples soumis, les esclaves. Elles oscillent entre l'armée de métier permanente nationale (Sparte) et la milice nationale, quand l'armée disparaît pratiquement, le péril passé, chacun retournant à ses occupations. Le service militaire, pour la défense de la cité, est plus une obligation morale qu'une contrainte. Face au danger, les levées sont plus ou moins totales, selon la nature et l'étendue de la menace ou de l'expédition. Chez les peuples nomades, à la même époque, tout homme libre est guerrier ; la société tribale, comme la cité antique à ses origines, se confond avec l'armée. Ce sont les Germains, en Europe ; les Huns, les Arabes, en Asie. Ces peuples constituent ainsi des armées nationales qui se distinguent peu de la foule armée.

Le terme d'armée nationale est repris aux Temps modernes, quand le recrutement fait appel, de façon plus ou moins sélective et temporaire, aux citoyens de l'État ou aux sujets du Prince. L'armée prussienne de Frédéric-Guillaume Ier et de Frédéric II est déjà une armée nationale, comme l'est aussi l'armée française, avec un caractère moins affirmé, au cours de la guerre de la Succession d'Espagne, ou durant la guerre de Sept Ans.

Mais c'est la Révolution française qui instaure, avec le service obligatoire, la mise en œuvre des armées nationales, qui, devenues armées de masse, connaîtront leur apogée au cours des deux guerres mondiales.

Armées de milices

Le système des milices constitue une forme de service militaire national, dont la période active est réduite au minimum. Quand elles mobilisent de véritables citoyens, animés d'un patriotisme affirmé, instruits et entraînés au cours de périodes d'exercices fréquents, elles forment une organisation militaire rationnelle et éprouvée. Les armées des cités antiques sont des milices modèles ; à un moindre degré, les milices des petites républiques communales du Moyen Âge (Italie, Alsace, Rhénanie, Flandres, France...). Les grands empires orientaux de l'Antiquité ont usé des milices. Mais, en général, les milices servent d'appoint à des armées permanentes, ou bien elles s'organisent autour d'un solide noyau de cadres professionnels, qui constituent la charpente permanente de l'armée.

Le système militaire suisse depuis plus de cent ans, avec un effectif infime d'officiers de carrière, demeure un modèle inégalé. Il le doit au civisme remarquable des populations de la Confédération helvétique, dont l'apprentissage de la démocratie remonte au xiiie siècle, et aux traditions d'un long passé militaire, dues aux « traités », ou « capitulations », des Cantons avec les États européens, et notamment au traité d'alliance perpétuel avec la monarchie française. Mais cette armée est aussi celle d'un État neutre, de dimensions restreintes, et qui ne prétend pas mener une politique extérieure d'envergure.

Armées féodales

Les armées féodales sont constituées par la réunion temporaire de petits groupes de vassaux, sous l'autorité du suzerain pour une opération donnée. Autour des représentants de la classe noble, rompus à l'équitation et au maniement des armes, ces rassemblements momentanés, bien qu'articulés selon la hiérarchie sociale, manqueront toujours de l'entraînement et de la cohésion qui s'acquièrent par la pratique des exercices d'ensemble et de la vie en commun.

Si ce système d'armée évoque à l'esprit la chrétienté médiévale de l'Occident, il correspond aussi à une étape de l'évolution de la plupart des sociétés humaines ; on le trouve chez les peuples d'Orient et d'Extrême-Orient depuis l'aube des temps historiques. Il sévit au Japon jusqu'au Meiji (1868).

Armée japonaise au XIXe siècle

Photographie : Armée japonaise au XIXe siècle

Des officiers japonais étudient une carte, vers 1860. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Armées permanentes

Au Moyen Âge, les ordres religieux militaires occidentaux ont représenté une exception, qui se dégage de la masse féodale : tels sont les Hospitaliers, Templiers, chevaliers de Rhodes, puis de Malte, chevaliers de Saint-Jacques, chevaliers Teutoniques. Leurs troupes instruites, maintenues sur le qui-vive, sont le microcosme des armées permanentes encore à naître.

L'affirmation et l'extension de l'autorité des grands suzerains, des souverains, de puissantes républiques urbaines, comme Venise ou Florence, le progrès des techniques, la naissance de grands États rivaux imposent la nécessité de contingents soldés, nationaux ou étrangers, liés par des obligations de service à long terme.

Ébauchées au xiiie et au xive siècle, avec l'utilisation de troupes soldées, les armées permanentes naissent en Europe au xve et au xvie siècle. Elles permettent les spécialisations des différentes armes, infanterie, cavalerie, artillerie, et autorisent l'autorité suprême à s'appuyer, dans l'exercice de sa politique, sur une force immédiatement disponible. Du reste, au cours des âges, toutes les nations, soucieuses de leur indépendance, ont disposé d'armées permanentes. Par extension, cette désignation s'applique à des armées de conscription, qui conservent sous les drapeaux des effectifs suffisants et instruits pour parer à toute éventualité, en attendant l'appoint de réserves mobilisées. Depuis le xviiie siècle, et surtout depuis la Révolution, les armées permanentes ont souvent représenté une combinaison des différents types d'armées, le noyau principal étant, selon les époques ou les pay [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Armée japonaise au XIXe siècle

Armée japonaise au XIXe siècle
Crédits : Hulton Getty

photographie

Chars amphibies

Chars amphibies
Crédits : Bert Hardy/ Getty Images

photographie

Hélicoptères

Hélicoptères
Crédits : Terry Fincher/ Getty Images

photographie

Construction du chemin de fer

Construction du chemin de fer
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : colonel, professeur honoraire à l'École supérieure de guerre

Classification

Autres références

«  ARMÉE  » est également traité dans :

ARMÉE - Doctrines et tactiques

  • Écrit par 
  • Jean DELMAS
  •  • 7 994 mots
  •  • 3 médias

La guerre est devenue au cours des siècles l'affrontement de groupes organisés dotés de moyens de défense et d'attaque de plus en plus perfectionnés. Le champ clos de jadis se transforme en champ de bataille, puis en théâtre d'opération terrestre, maritime, enfin aérien. À mesure que la lutte s'étend dans l'espace apparaît la dissociation entre la tactique (a […] Lire la suite

ARMÉE - Pouvoir et société

  • Écrit par 
  • Pierre DABEZIES
  •  • 16 279 mots
  •  • 6 médias

« Le premier qui fut roi fut un soldat heureux. » Compléter l'aphorisme voltairien en rappelant que le monarque tend à s'entourer de ses lieutenants, à leur conférer charges et privilèges et à créer ainsi une noblesse militaire, c'est marquer la connivence entre le pouvoir et l'armée. Connivence ou rivalité. Tantôt le corps militaire, gardien de la souveraineté, est l'ombre portée du pouvoir, son […] Lire la suite

ALFONSÍN RAÚL (1927-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 524 mots

Raúl Alfonsín, premier président argentin élu démocratiquement après la sanglante dictature militaire de 1976-1983, est mort d'un cancer, le 31 mars 2009 à Buenos Aires, à l'âge de quatre-vingt-deux ans. Né le 12 mars 1927 à Chascomús, dans la province de Buenos Aires, Raúl Ricardo Alfonsín Foulkes a été formé à l'école militaire General San Martín. Il est diplômé de droit de l'université nationa […] Lire la suite

AMÉRIQUE LATINE, économie et société

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 13 692 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'armée »  : […] L' armée a une longue tradition d'intervention dans la politique et le pouvoir en Amérique latine. L'instabilité qui y a été longtemps la règle est liée à cette tradition depuis bientôt deux siècles. Comme l'opposition ne pouvait pas s'exprimer librement, faute de démocraties solides, la révolution ou le coup de force ont été pendant longtemps les seules formes d'alternance politique possibles. […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La « théorie des deux démons » »  : […] L'image de l'armée comme rempart de la nation contre les agressions extérieures a volé en éclats avec la défaite militaire dans les îles Malouines. La critique, jusqu'alors principalement portée par les familles des disparus, en particulier les « mères de la place de Mai » qui dénoncent les méthodes employées durant la guerre antisubversive, s'étend simultanément à des affaires de lâcheté ou d'inc […] Lire la suite

ARMÉNIENS GÉNOCIDE DES

  • Écrit par 
  • Raymond KÉVORKIAN
  •  • 4 927 mots

Dans le chapitre « Le mode opératoire »  : […] La volonté génocidaire a été portée par le Comité central jeune-turc, mais l'exécution de l'extermination confiée à un groupe paramilitaire, l' Organisation spéciale (Techkilât-i Mahsusa), dirigée par un bureau politique comprenant quatre des neuf membres du Comité central – Ahmed Nâzim, Bahaeddin Chakir, Atif bey et Yusuf Riza bey –, et Aziz bey, directeur du département des enquêtes criminelles. […] Lire la suite

BIRMANIE (MYANMAR)

  • Écrit par 
  • Denise BERNOT, 
  • Pierre-Arnaud CHOUVY, 
  • Renaud EGRETEAU, 
  • Bernard Philippe GROSLIER, 
  • Jean PERRIN
  •  • 29 127 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le coup d'État du 18 septembre 1988 et la création du S.L.O.R.C »  : […] Devant l'inaction du D r  Maung Maung et face aux manifestations populaires de soutien aux mouvements étudiants, l'armée décida de reprendre le contrôle par un coup d'État rapidement exécuté. Le 18 septembre 1988, elle envahit à nouveau les rues de Rangoon, et le dernier ministre de la Défense de Ne Win et chef d'état-major, le général Saw Maung, prit les rênes du pouvoir, abrogeant la Constitut […] Lire la suite

BLINDÉS MATÉRIELS

  • Écrit par 
  • Patrice VENTURA
  •  • 7 282 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La conception »  : […] Pour comprendre l'invention des véhicules blindés, il faut revenir à la période préindustrielle de l'Europe, au cours du xviii e  siècle, marqué en sa fin par de grandes inventions, comme la machine à vapeur de Watt, les ballons des frères Montgolfier et le télégraphe de Chappe. La révolution industrielle puis le décollage économique qu'elle provoque voient des techniques se développer, dont l'au […] Lire la suite

BOISSIEU ALAIN DE (1914-2006)

  • Écrit par 
  • Charles-Louis FOULON
  •  • 750 mots

« Ce sont ceux qui n'ont jamais voulu désespérer de la France qui l'incarnent ». Ces mots d'Alain de Boissieu saluant les cadets de Saumur à la BBC en 1942 devaient guider, soixante ans plus tard, le chancelier de l'ordre de la Libération pour les dix-sept allocutions qu'il eut à prononcer entre sa nomination le 26 septembre 2002 et sa mort, à Clamart, le 5 avril 2006. Son « Merci pour la France  […] Lire la suite

BURKINA FASO

  • Écrit par 
  • Michel IZARD, 
  • René OTAYEK, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 7 348 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le temps des prétoriens et de la radicalisation »  : […] Cette expérience démocratique est toutefois interrompue le 25 novembre 1980 par un coup d'État militaire, sur fond de tensions entre le régime Lamizana d'une part, les syndicats et la hiérarchie catholique d'autre part, cette dernière, très influente en dépit du caractère très minoritaire de la communauté chrétienne, reprochant au général, qui est musulman, son rapprochement diplomatique avec les […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul DEVAUTOUR, « ARMÉE - Typologie historique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/armee-typologie-historique/