APELLE (IVe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Apelle ou le portrait de l'artiste

Quand Vasari décrit l'admiration du pape devant le cercle parfait dessiné par Giotto, il réécrit l'anecdote d'Apelle traçant une ligne plus fine que celle de Protogène : la réalité de la biographie de Giotto se superpose aux réminiscences du texte de Pline. E. Kris et O. Kurz, qui ont analysé en 1934 la récurrence d'anecdotes similaires dans les biographies d'artistes, ont montré ce que ces thèmes – virtuosité, invention, rang supérieur du créateur – doivent aux « fables » antiques. C'est que les artistes italiens du Quattrocento trouvent dans le livre XXXV de l'Histoire naturelle une image de l'artiste en harmonie avec leur idéal. L'artiste abandonne en effet le statut d'artisan pour voir récompensé son talent plutôt que son travail. Or la description que donne Pline de l'école de Sicyone à l'époque de la jeunesse d'Apelle – le grand peintre est alors Pamphile – présente un tableau propre à faire rêver un Florentin. L'enseignement du dessin est la base de l'éducation libérale, réservé aux hommes libres, interdit aux serviles, et n'est pas dédaigné par des citoyens de haut rang. Pour être peintre, selon Pamphile, il faut avoir étudié toutes les sciences, en particulier arithmétique et géométrie. Apelle aurait laissé de surcroît des traités exposant les principes de son art. Même si ces œuvres littéraires, elles aussi, sont perdues, leur mention par Pline suffit à fonder le genre où s'illustrèrent Leon Battista Alberti ou Benvenuto Cellini. Apelle lui-même, comme Léonard de Vinci à son exemple, met au point un vernis qui donne à ses couleurs une profondeur inimitable : l'artiste, pour ne pas rester artisan et faire valoir son génie, se doit d'être un irréprochable technicien. Cet esprit de Sicyone, étendu ensuite selon Pline à toute la Grèce, anime encore le jardin des Médicis.

Qui plus est, les exemples que cite Pline du « marché de l'art » [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  APELLE ( IV e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

BOTTICELLI SANDRO (1445-1510)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 441 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'atelier florentin »  : […] Celui-ci, en 1481, part pour Milan où l'appelle Ludovic le More. Botticelli retrouve à Florence son atelier, ses élèves, dont le nombre s'accroît, ses clients qui lui demandent surtout des Madones et des tableaux de dévotion. Ses travaux à Rome lui ont acquis pourtant une nouvelle réputation comme fresquiste : il reçoit, pour le palais de la Seigneurie, la commande d'un décor qu'il n'exécutera pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sandro-botticelli/#i_1613

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « L'ekphrasis ou l'œuvre absente »  : […] La rencontre d'Encolpe et du vieux poète Eumolpe dans la pinacothèque permet à Pétrone de résumer et de mettre en scène, non sans une certaine ironie, tous les apports de la critique d'art précédemment définis : analyse « xénocratéenne » des tableaux des vieux maîtres qui culmine avec Apelle ( lxxxiii ), histoire et mort de l'art classique ( lxxxviii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-antiquite-greco-romaine/#i_1613

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 509 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La grande peinture et la cour des rois de Macédoine »  : […] À côté d'Agatharchos de Samos, auteur d'un traité de « scénographie », d'Apollodore d'Athènes, l'« inventeur » de la technique des ombres et des lumières, se détachent les figures emblématiques et rivales de Zeuxis et Parrhasios, artistes itinérants, à la mise excentrique, vendant ou donnant leurs œuvres selon leur gré, véritables pendants dans l'art pictural des sophistes dans le domaine de la p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-les-arts-de-la-grece/#i_1613

HISTOIRE NATURELLE. LIVRE XXXV, Pline l'Ancien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 1 070 mots

Dans le chapitre « Pline lu par les artistes »  : […] À l'inverse de l' ekphrasis , dont la description du bouclier d'Achille par Homère est le grand modèle de référence, qui vise à donner à une œuvre un équivalent littéraire susceptible, autant qu'elle, d'être admiré, l'exercice de transposition en peinture des descriptions de Pline n'est pas devenu une figure de style. La Calomnie d'Apelle de Botticelli ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-naturelle-livre-xxxv/#i_1613

Voir aussi

Pour citer l’article

Adrien GOETZ, « APELLE (IVe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apelle/