ANESTHÉSIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'anesthésie locorégionale

L'anesthésie locorégionale est la suspension transitoire de la sensibilité d'un ou de plusieurs territoires corporels, concernés par une intervention chirurgicale, un traitement, un examen. Les techniques d'anesthésie locorégionale ont donc pour but d'interrompre transitoirement la transmission des messages douloureux le long des structures nerveuses, tout en préservant l'état de conscience du patient. Les agents utilisés à cet effet sont appelés anesthésiques locaux.

Anesthésiques locaux

Jusqu'au milieu du xxe siècle, l'anesthésique local le plus efficace a été extrait des feuilles de la « plante divine des Incas », à savoir la coca.

En 1860, à Göttingen, Albert Niemann (1834-1861) isola, à partir d'un extrait de feuilles de coca, un alcaloïde qu'il baptisa cocaïne et qui fut considéré comme un simple stimulant, voisin de la caféine. À Vienne, Carl Koller et Sigmund Freud avaient constaté que les cristaux de cocaïne déposés sur la langue la rendaient insensible. Von Anrep observa, en 1880, que la peau infiltrée de cocaïne était indolore lors d'une piqûre, et proposa l'emploi de la cocaïne comme anesthésique local.

Alfred Einhorn et Richard Willstatter, pharmaciens à l'université de Munich, proposèrent en 1898 un modèle moléculaire pour la cocaïne. Différents analogues furent synthétisés, dont l'Eucaïne®. En 1900, Paul Ehrlich rechercha des analogues de cocaïne utilisables en thérapeutique, comme l'orthoforme ou orthocaïne. En 1902, Ritsert proposa la benzocaïne, sous le nom d'Anesthésine®. Ernest Fourneau, alors directeur de recherches des frères Poulenc à Ivry-sur-Seine, prépara, en 1904, l'amylocaïne, commercialisée sous le nom de Stovaïne® (de l'anglais stove qui signifie « fourneau »).

En 1885, James Leonard Corning (1855-1923) avait démontré que l'effet de la cocaïne était renforcé par un garrottage de la zone irriguée (ainsi le médicament n'est pas éliminé de la zone à anesthésier), ce qui amena Heinrich Braun à proposer la constriction des vaisseaux sanguins par des extraits surrénaliens puis par l'adrénaline. Le contact direct d'une solution de cocaïne avec un tronc nerveux abolit les propriétés fonctionnelles de ce nerf. On avait employé cette technique en obstétrique dès 1900. Fernand Cathelin, anesthésiste français, proposa la voie péridurale qui, contrairement à la voie rachidienne ou intrathécale (mettant en contact le médicament avec le liquide céphalorachidien), plaçait l'anesthésique dans l'espace péridural : l'anesthésie loco-régionale était née.

C'est enfin en Suède que l'histoire des anesthésiques locaux connut son dernier épisode majeur. Holger Ertman, de l'université de Stockholm, étudiant l'isogramine, composé présentant des propriétés anesthésiques, demanda à son élève, Nils Lofgren, de rechercher des dérivés de synthèse plus efficaces. Avec l'aide de Bengt Lundqvist, il isola la lignocaïne ou lidocaïne, expérimentée par L. Goldberg au Karolinska Institutet (Stockholm). Elle fut commercialisée sous le nom de Xylocaïne en 1948 et reste aujourd'hui le plus utilisé des anesthésiques locaux. Depuis, des dérivés voisins, la mépivacaïne (Scandicaïne®) et la bupivacaïne (Marcaïne®) ont été mis sur le marché.

Administration des agents anesthésiants

Les anesthésiques locaux peuvent être administrés au niveau de la moelle épinière, soit directement dans le liquide céphalorachidien par la technique de rachianesthésie, soit autour de la dure-mère par la technique d'anesthésie péridurale.

Ils peuvent aussi être injectés au niveau des plexus ou des troncs nerveux, ou de façon plus distale par infiltration des ramifications nerveuses. Les anesthésiques locaux provoquent un blocage non sélectif et réversible des fibres nerveuses : ils interrompent la conduction nerveuse non seulement sur les fibres sensitives, mais aussi sur les fibres motrices. Il s'ensuit un blocage portant à la fois sur la sensibilité et sur la motricité, à des degrés variables dépendant du site d'injection, de la quantité administrée et de la nature de l'agent anesthésique utilisé.

L'administration des anesthésiques locaux a une conséquence annexe : le blocage des fibres du système nerveux sym [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Anesthésie à l'éther

Anesthésie à l'éther
Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

photographie

Sommeils physiologique et anesthésique

Sommeils physiologique et anesthésique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'anesthésie-réanimation
  • : pharmacien des hôpitaux, chef du service pharmacologie-toxicologie de l'Hôtel-Dieu

Classification

Autres références

«  ANESTHÉSIE  » est également traité dans :

ANESTHÉSIE : PREMIÈRES DÉMONSTRATIONS

  • Écrit par 
  • François CHAST
  •  • 242 mots

Le 30 mars 1842, à Jefferson (Georgie, États-Unis), un patient, du nom de John Venables, souffrant d'un abcès au cou, est opéré sans douleur grâce à l'emploi d'éther, par Crawford Long (1815-1878). L'intervention ne sera rapportée que sept ans plus tard.Le 11 décembre 1844, toujours aux États-Unis, le dentiste Horace Wells (1815-1848) demande à un bonimenteur de foire, Gardner C. Colton, de lui ad […] Lire la suite

ACÉTYLÈNE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 095 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Propriétés pharmacologiques »  : […] L'acétylène, qui n'est pas toxique, présente des propriétés anesthésiques. On l'utilise surtout en Allemagne et aux États-Unis (narcylène) en anesthésie générale dans un mélange oxygéné à 30 ou 40 p. 100 au début de l'anesthésie puis à 60-70 p. 100 par la suite. L'anesthésie est rapide, sans phénomènes secondaires désagréables. Ce mélange donne une résolution musculaire imparfaite. Il est peu util […] Lire la suite

ANTISEPSIE ET ASEPSIE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 585 mots
  •  • 1 média

Classiquement, l’histoire de la chirurgie est scandée par deux dates : l’année 1846, au cours de laquelle l’anesthésie à l’éther est utilisée pour la première fois ; l’année 1867, au cours de laquelle le chirurgien britannique Joseph Lister (1827-1912) décrit le succès d’une méthode, l’antisepsie, permettant de combattre les infections postopératoires, qui grèvent lourdement le bilan de la chirur […] Lire la suite

BARBITURIQUES

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 1 031 mots

Composés organiques dérivant de la malonylurée improprement appelée acide barbiturique en raison de la forme de ses cristaux « semblables à une lyre » ( barbitos ), les barbituriques constituent un groupe homogène tant sur le plan chimique que sur le plan pharmacologique. Leur action dépressive sur le système nerveux central en fait essentiellement des sédatifs, à doses plus fortes des hypnotiques […] Lire la suite

CHIRURGIE

  • Écrit par 
  • Claude d' ALLAINES, 
  • Jean-Édouard CLOTTEAU, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 8 642 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Progrès de l'anesthésie »  : […] Jusqu'après la Première Guerre mondiale, et même bien au-delà dans certains pays, l'anesthésie n'était donnée que de façon très succincte et n'était pas sans danger. À partir de 1925, ses progrès vont être considérables. L'anesthésie par simple inhalation d'éther ou de chloroforme est progressivement complétée par les éléments suivants : – les médications préalables (morphine, gardénal...), qui c […] Lire la suite

COCAÏNE

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 672 mots
  •  • 1 média

L' Erythroxylon coca (famille des Linacées), cultivée surtout en Amérique du Sud d'où la plante est originaire, produit la cocaïne au niveau des feuilles par transformation de l'ornithine. Les racines paraissent totalement dépourvues d'alcaloïde. La teneur en alcaloïde varie selon les échantillons et, en particulier, selon l'âge des feuilles récoltées, de cinq à vingt grammes par kilogramme. Ces […] Lire la suite

EAU - Propriétés physico-chimiques

  • Écrit par 
  • Antoine POTIER
  •  • 2 258 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Hydrates de gaz et anesthésie »  : […] L'eau donne des hydrates avec les gaz argon, méthane, hémioxyde d'azote, dioxyde de carbone, etc. L'hydrate de chlore dit à 6 molécules d'eau qui en est le prototype est en réalité à 5,75 H 2 O. L'eau y prend une configuration spéciale et forme des cages qui piègent les petites molécules : 46 H 2 O groupées piègent 8 Cl 2 ou 8 Ar, etc., 136 H 2 O groupées autrement piègent 16 molécules de chlorof […] Lire la suite

HYPOTHERMIE PROVOQUÉE

  • Écrit par 
  • Henri LABORIT
  •  • 848 mots

Il existe deux types d'êtres vivants : les poïkilothermes, qui présentent une température centrale variable en fonction de la température du milieu où ils se trouvent, et les homéothermes, qui conservent dans une certaine limite la constance de leur température centrale malgré les variations de celle de l'environnement. Parmi ces derniers, les animaux hibernants peuvent, sous l'influence de circon […] Lire la suite

HYSTÉRIE (histoire du concept)

  • Écrit par 
  • Thérèse LEMPÉRIÈRE
  •  • 7 598 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les accidents somatiques durables »  : […] Les accidents somatiques durables surviennent surtout au niveau des organes de la vie de relation dont ils paralysent la fonction ; motricité, sensibilité, phonation, activité sensorielle, peuvent être touchés de façon élective ou concomitante. L' atteinte motrice se réalise sous forme de paralysies, de contractures, de mouvements anormaux. Ne s'accompagnant d'aucun signe objectif d'atteinte lési […] Lire la suite

MORTON WILLIAM THOMAS GREEN (1819-1868)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 540 mots
  •  • 1 média

William Thomas Green Morton, dentiste américain, est connu pour avoir montré en 1846 que l’on pouvait pratiquer des interventions chirurgicales dentaires sans douleur grâce à l’effet anesthésiant des vapeurs d’éther. Morton est né le 9 août 1819 dans une famille d’agriculteurs de Charlton, dans le Massachusetts. Il a pratiqué divers métiers avant d’accéder, en 1840, à l’école de chirurgie dentair […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2-10 septembre 1998 France. Jean-Pierre Chevènement victime d'un accident opératoire

Le 2, Jean-Pierre Chevènement, ministre de l'Intérieur, subit un grave choc allergique lors de l'anesthésie pratiquée en vue de l'ablation de calculs de la vésicule biliaire à l'hôpital militaire parisien du Val-de-Grâce. Victime d'un arrêt cardiaque, il doit être longuement réanimé et reste dans le coma. Le 3, le président Jacques Chirac signe un décret qui confie l'intérim de la charge ministérielle à Jean-Jack Queyranne, secrétaire d'État chargé de l'Outre-Mer. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis BONNET, François CHAST, « ANESTHÉSIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/anesthesie/