JDANOV ANDREÏ ALEXANDROVITCH (1896-1948)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Responsable de l'idéologie du Parti communiste d'Union soviétique à la veille et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Andreï Jdanov est le promoteur d'une ligne dure désignée sous le terme de jdanovisme.

Jdanov, alter ego politique de Staline

Jdanov, alter ego politique de Staline

photographie

Pur et dur militant du bolchevisme dès 1915, Andreï Alexandrovitch Jdanov (1896-1948) devient, dans les années 1930, l'homme de référence idéologique de Staline. Il inspire surtout sa politique étrangère, aussi bien le pacte germano-soviétique (1939) que la "doctrine Jdanov" (1947). Ici,... 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

Afficher

Fils d'un inspecteur d'école, Jdanov adhère au bolchevisme en 1915. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, président du soviet de soldats de son régiment après la révolution de février 1917, il a pour champ d'activité, pendant la guerre civile, l'Oural et Tver et, à partir de 1922, Nijni-Novgorod (Gorki) où il devient secrétaire régional du parti.

Candidat au comité central au XIVe congrès (1925) et membre dès 1930, il fait partie de l'équipe de Staline qui le fait nommer secrétaire du comité central en 1934. Suppléant au bureau politique dès 1935, titulaire en 1939, il joue un rôle important dans l'orientation de la politique étrangère de l'U.R.S.S. qui aboutit à la signature du pacte germano-soviétique.

À partir de 1944, il travaille à Moscou au secrétariat du parti. Après la mort de Kirov en 1934, Staline lui confie l'organisation de Leningrad, qu'il conserve jusqu'en 1944 et qu'il épure des éléments d'opposition. En 1938, il est chargé par le comité central de la direction de la propagande. Il devient le théoricien de la politique de Staline. C'est lui qui, désormais, donne les directives (réalisme socialiste) en littérature, en histoire, en art, en philosophie, qui codifie le langage et les normes de l'idéologie stalinienne.

En 1946-1947 se déclenche sous sa direction la persécution des écrivains, des compositeurs, des critiques de théâtre. En septembre 1947, Jdanov développe la théorie des deux camps : le camp impérialiste américain, d’une part, accusé de pousser à la guerre, et le camp socialiste, d’autre part, dont l’U.R.S.S. doit prendre la tête. Rompant la politique de collaboration avec la gauche non communiste, il annonce par ailleurs la création du Kominform, bureau d’information chargé de coordonner l’action des communistes européens. Il s’agit, en fait, d’affirmer la tutelle du « grand frère » soviétique sur les Partis communistes nationaux, consacrant la bipolarisation du monde et marquant le début de la guerre froide.

Staline, prenant ombrage de sa gloire, le met à la retraite. Il meurt d'un infarctus peu après.

—  Georges HAUPT

Écrit par :

  • : sous-directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  JDANOV ANDREÏ ALEXANDROVITCH (1896-1948)  » est également traité dans :

DÉMOCRATIES POPULAIRES

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 8 416 mots
  •  • 11 médias

Le terme démocratie populaire a été utilisé par les partis communistes pour qualifier les nouveaux régimes politiques apparus, après la Seconde Guerre mondiale, soit en Europe centrale et orientale (Pologne, Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Albanie, puis Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Allemagne de l'Est), soit en Asie (Corée, Vietnam du Nord, Chine). Mais c'est surtout à propos des pays européens que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/democraties-populaires/#i_1005

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 892 mots
  •  • 30 médias

Dans le chapitre « Le plan Marshall »  : […] De plus en plus persuadé que le gouvernement soviétique « était froidement résolu à exploiter l'état où se trouvait une Europe sans défense pour propager le communisme », le nouveau secrétaire d'État américain, George Marshall, annonça le 5 juin 1947 l'intention de son gouvernement de fournir une aide économique importante aux pays européens, à charge pour ceux-ci de s'entendre au préalable sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide/#i_1005

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-froide-notions-de-base/#i_1005

JDANOVISME

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 608 mots

Jdanov, secrétaire du comité central et membre du bureau politique du Parti communiste d'Union soviétique, plus spécialement chargé du domaine culturel, avait fixé, sous leur forme la plus extrême, un certain nombre de principes de la politique culturelle du Parti communiste pendant la période stalinienne. C'est l'ensemble de cette doctrine, dans l'après-guerre, qui a reçu le nom de jdanovisme. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jdanovisme/#i_1005

LYSSENKO (AFFAIRE)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 387 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'affaire Lyssenko en Occident »  : […] Devenu idéologie d'État, selon l'expression de Dominique Lecourt, le lyssenkisme devient le prototype d'une transformation en profondeur des sciences en U.R.S.S. après la Seconde Guerre mondiale. « Deux mondes, deux biologies », écrivait Staline cité par Sumpf. Le lyssenkisme s'intègre dans l'offensive jdanovienne de reprise en main idéologique des intellectuels entamée en 1938 en U.R.S.S., relan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyssenko-affaire/#i_1005

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le temps du jdanovisme (1946-1956) »  : […] La victoire de l’U.R.S.S. sur l’Allemagne puis la guerre froide qui oppose bloc de l’Est et bloc de l’Ouest alimentent le nationalisme russe. Alors que la référence à l'architecture de l'Antiquité romaine reste dominante avant la guerre, on assiste à la redécouverte et la valorisation du patrimoine national et au retour à une silhouette urbaine marquée par des dominantes verticales. Dans ce contex […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_1005

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « Le rapport Jdanov »  : […] Si la guerre interrompt la répression, les résolutions du rapport Jdanov en 1946 condamnent tout espoir de libéralisation et subordonnent à l'autorité du parti la production artistique au même titre que la production agricole ou industrielle. Les utopies des avant-gardes, perceptibles sur le plateau du Cocu magnifique , à travers le dispositif « machine-outil de jeu » et la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-le-theatre/#i_1005

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « Petit Père des peuples » »  : […] Dans les années d'après guerre, Staline, au faîte de son prestige, cumule les fonctions de secrétaire général du parti, de président du Conseil des ministres, de maréchal, généralissime et commandant en chef des forces armées. C'est durant ces années que le « culte de la personnalité » atteint son apogée. Le soixante-dixième anniversaire du « Petit Père des peuples », en décembre 1949, fut l'occas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/staline/#i_1005

U.R.S.S. - Histoire

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 22 667 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « Reconstruction et durcissement de la dictature »  : […] Période encore mal connue, les années 1945-1953 sont marquées par un renforcement de la dictature à l'intérieur et d'une « stalinisation » de l'Europe de l'Est sur le plan extérieur. Le retour à la paix implique la nécessité de reconstruire un pays ravagé par la guerre – 26 millions de morts, 25 millions de sans-abri, des destructions matérielles estimées à près de six fois le revenu national de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/u-r-s-s/#i_1005

YOUGOSLAVIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Catherine LUTARD, 
  • Robert PHILIPPOT
  • , Universalis
  •  • 15 194 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La rupture Tito-Staline »  : […] La rupture entre Tito et Staline reflète une situation extrêmement complexe et ambiguë. Belgrade, d'une part, opposait une résistance à l'hégémonie soviétique et, d'autre part, adoptait des mesures draconiennes traduisant le durcissement du monopole politique du Parti communiste et l'absence de changement fondamental de son cadre idéologique. Il semble que la rupture de 1948 ne soit pas le fruit d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yougoslavie/#i_1005

Pour citer l’article

Georges HAUPT, « JDANOV ANDREÏ ALEXANDROVITCH - (1896-1948) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-alexandrovitch-jdanov/