JDANOVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jdanov, secrétaire du comité central et membre du bureau politique du Parti communiste d'Union soviétique, plus spécialement chargé du domaine culturel, avait fixé, sous leur forme la plus extrême, un certain nombre de principes de la politique culturelle du Parti communiste pendant la période stalinienne. C'est l'ensemble de cette doctrine, dans l'après-guerre, qui a reçu le nom de jdanovisme. Le point de départ en est, lors d'un comité central de 1946, l'attaque contre Anna Akhmatova et Zochtchenko et les revues qui les publient ; d'autres résolutions et articles sur le théâtre, la critique littéraire et la musique en sont les jalons, chacun de ces textes étant le point de départ d'une campagne aussitôt amplifiée et menée jusqu'aux points les plus reculés du pays. Le parti étant le représentant du peuple, les dirigeants sont l'expression du parti : ainsi leurs exigences sont données comme étant celles du peuple. On exige de la littérature qu'elle joue un rôle éducatif, qu'elle exalte le travail des Soviétiques et leurs qualités morales, qu'elle éclaire leur avenir : elle doit servir le peuple, et donc son parti. Au nom de ces principes est favorisée une littérature de parade, où les meilleurs rivalisent avec les bons ; la société soviétique n'y connaît pas de conflits. L'histoire littéraire est conçue comme une marche vers le socialisme, où seuls ont droit de cité les écrivains « progressistes » (Dostoïevski n'est plus publié). Le rôle du parti et de l'État est de faire preuve de vigilance pour empêcher les écrivains qui ne respectent pas ces canons de pervertir le peuple et la jeunesse. Ainsi Zochtchenko est traité de voyou, de décadent, de maniaque sexuel en raison de son intérêt pour la psychanalyse ; et sa satire est alors regardée comme inspirée par la haine du peuple soviétique. Oubliant qu'au moment du siège de Leningrad Akhmatova avait célébré l'unité de la nation, on ne voit plus en elle qu'une poétesse de salon, étrangère à ce même peuple. Pratiquant l'amalgame, on l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, maître de conférences à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  JDANOVISME  » est également traité dans :

AKHMATOVA ANNA (1889-1966)

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER
  •  • 2 549 mots

Dans le chapitre « Les dernières années »  : […] En 1940, Anna Akhmatova a pu enfin publier un recueil de ses poèmes anciens, complétés par un sixième livre, Le Saule , qui comprend des vers contemporains du Requiem , mais dominés par le thème du souvenir : ils annoncent par là le Poème sans héros , qui sera l'œuvre majeure des dernières années. Commencée en décembre 1940, cette composition symphonique en trois parties sera achevée, pour l'essen […] Lire la suite

CHEBALINE VISSARION (1902-1963)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 288 mots

Avec Khatchatourian, Kabalevski et Chostakovitch, Vissarion Chebaline appartient à la première génération de compositeurs formés entièrement sous le régime soviétique. Moins connu que ses contemporains, il a cependant joué un rôle de premier plan dans l'histoire musicale de l'U.R.S.S. et s'est affirmé comme un des grands pédagogues russes de la première moitié du xx e  siècle. Vissarion Iakovlevit […] Lire la suite

CHOSTAKOVITCH DMITRI (1906-1975)

  • Écrit par 
  • André LISCHKE
  •  • 2 821 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les années terribles »  : […] Désormais, la vie du musicien sera marquée par une alternance entre les plus hautes récompenses et de nouveaux rappels à l’ordre. Le retour définitif de Prokofiev en URSS, dans les années 1930, contraint Chostakovitch à partager avec lui sa place de chef de file de la musique soviétique. En 1941, sa S ymphonie  n o  7 L e ningrad op. 60, interprétée l’année suivante aux États-Unis par Toscanini […] Lire la suite

GROSSMAN VASSILI SEMNOVITCH (1905-1964)

  • Écrit par 
  • Hélène MÉLAT
  •  • 1 633 mots

Dans le chapitre « Correspondant de guerre »  : […] Les premiers textes de Vassili Grossman traitent de la vie des ouvriers et se situent dans la ligne de la « littérature de production » imposée par le réalisme socialiste. Ainsi du roman Stepan Koltchouguine ( Stepan Kolǔgin , 1937-1941), qui retrace les années d'apprentissage d'un jeune ouvrier komsomol. Il devient de la sorte un écrivain reconnu de l' establishment littéraire soviétique. Mais d […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « 1947, l’année de la rupture »  : […] L’expansion soviétique en Europe et au Moyen-Orient précipite la rupture. En Iran, tout d’abord, les Russes poussent les Kurdes à la révolte, puis occupent l’Azerbaïdjan, tandis qu’ils revendiquent de partager le contrôle des détroits avec la Turquie, et que les communistes grecs tentent de s’emparer du pouvoir. Mais c’est surtout en Europe de l’Est que la poussée est la plus marquée. L’installati […] Lire la suite

JDANOV ANDREÏ ALEXANDROVITCH (1896-1948)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 412 mots
  •  • 1 média

Responsable de l'idéologie du Parti communiste d'Union soviétique à la veille et au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Andreï Jdanov est le promoteur d'une ligne dure désignée sous le terme de jdanovisme. Fils d'un inspecteur d'école, Jdanov adhère au bolchevisme en 1915. Mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, président du soviet de soldats de son régiment après la révolution de févr […] Lire la suite

RÉALISME SOCIALISTE

  • Écrit par 
  • John BERGER, 
  • Howard DANIEL, 
  • Antoine GARRIGUES
  •  • 3 530 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une musique pour le peuple ? »  : […] Le réalisme est la conception selon laquelle l'art devrait reproduire le réel. Si le réalisme socialiste, au xx e  siècle, toucha tous les pays socialistes ou communistes, c'est en Union soviétique qu'il s'appliqua le plus durement : comme dans toutes les dictatures, les dirigeants s'intéressèrent très rapidement à la culture. Avant même le déclenchement de la révolution russe de 1917, Alexandre […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le temps du jdanovisme (1946-1956) »  : […] La victoire de l’U.R.S.S. sur l’Allemagne puis la guerre froide qui oppose bloc de l’Est et bloc de l’Ouest alimentent le nationalisme russe. Alors que la référence à l'architecture de l'Antiquité romaine reste dominante avant la guerre, on assiste à la redécouverte et la valorisation du patrimoine national et au retour à une silhouette urbaine marquée par des dominantes verticales. Dans ce contex […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Une littérature d'État »  : […] Les pratiques terroristes du RAPP font cependant obstacle au ralliement volontaire des « compagnons de route », et en particulier de Gorki, que Staline flatte et parvient en 1931 à faire revenir de Sorrente, où il réside depuis 1924. Le RAPP est dissous et désavoué par le parti en avril 1932. Mais l'orthodoxie esthétique qu'il a élaborée est reprise sous la dénomination édulcorée de «  réalisme so […] Lire la suite

RUSSIE (Arts et culture) - Le théâtre

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN, 
  • Nicole ZAND
  •  • 8 636 mots

Dans le chapitre « Le rapport Jdanov »  : […] Si la guerre interrompt la répression, les résolutions du rapport Jdanov en 1946 condamnent tout espoir de libéralisation et subordonnent à l'autorité du parti la production artistique au même titre que la production agricole ou industrielle. Les utopies des avant-gardes, perceptibles sur le plateau du Cocu magnifique , à travers le dispositif « machine-outil de jeu » et la cotte de travail de l'a […] Lire la suite

SOCIALISTES ART DANS LES PAYS

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED, 
  • Louis MARCORELLES, 
  • Jean-Jacques NATTIEZ
  •  • 12 580 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Réalisme, stalinisme, jdanovisme »  : […] On se tromperait si l'on pensait que les tendances réalistes jaillirent ex nihilo après la mort de Lénine et que le réalisme socialiste naquit seulement en 1934, lors du premier Congrès des écrivains soviétiques. Théoriquement, ce qui deviendra plus tard le jdanovisme se manifesta bien avant 1917, puisque Plekhanov considérait que l'art, « moyen d'enseignement du marxisme », devait être « clair, […] Lire la suite

STALINE JOSEPH VISSARIONOVITCH DJOUGACHVILI dit (1879-1953)

  • Écrit par 
  • Nicolas WERTH
  •  • 6 453 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le « Petit Père des peuples » »  : […] Dans les années d'après guerre, Staline, au faîte de son prestige, cumule les fonctions de secrétaire général du parti, de président du Conseil des ministres, de maréchal, généralissime et commandant en chef des forces armées. C'est durant ces années que le « culte de la personnalité » atteint son apogée. Le soixante-dixième anniversaire du « Petit Père des peuples », en décembre 1949, fut l'occas […] Lire la suite

SVIRIDOV GUEORGUI VASSILIEVITCH (1915-1998)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 648 mots

Dans l'ombre de Chostakovitch, de Khatchatourian et de Kabalevski, Sviridov est considéré comme l'un des maîtres de la musique vocale russe. Mais il laisse aussi l'image d'un compositeur qui a suivi fidèlement les directives du pouvoir soviétique en matière de création musicale, même si la voie qu'il avait choisie lui permettait de ne jamais tomber dans une illustration servile de ces objectifs. N […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alexis BERELOWITCH, « JDANOVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jdanovisme/