CHANCELIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'abord officier de justice subalterne sous l'Empire romain, le chancelier doit son nom aux barreaux (cancelli) qui, dans les cours de justice, séparaient le tribunal du public.

À l'époque mérovingienne, il est appelé référendaire. C'est un clerc qui fait fonction de scribe, et l'office peut être rempli par plusieurs titulaires. Dès l'avènement des Carolingiens, le chancelier devient un personnage unique et, avec le sénéchal et le chambrier, l'un des trois plus importants officiers du palais : il est chargé de la rédaction des diplômes et actes royaux et de leur validation par les sceaux dont il a la garde ; il a de plus autorité sur les clercs de la chapelle. De Charles le Simple à Philippe Ier, les chanceliers furent presque tous archevêques de Reims.

Les Capétiens ont à plusieurs reprises laissé la Chancellerie vacante, notamment de 1185 à 1314 ; Louis VIII fait cependant une exception pour frère Guérin, de 1223 à 1227. Malgré la confiance qu'il accordait à ses légistes, Philippe le Bel leur donne la garde des sceaux mais non le titre de chancelier ; Pierre Flotte et Guillaume de Nogaret recevront successivement cette charge, tandis que l'office de la chapelle en est séparé et demeure aux mains des ecclésiastiques.

Sous l'Ancien Régime, le chancelier est un puissant personnage politique ; chef de la Justice, il préside le Conseil du roi en l'absence de celui-ci, parle en son nom dans les parlements et cours souveraines. D'abord nommé par le roi, il est élu par ses conseillers à partir de 1372. Il est inamovible, sauf en cas de forfaiture (ce cas ne s'est présenté qu'une fois en 1542), mais ne peut léguer sa charge. Il vérifie les actes royaux et a droit de remontrances. Il a autorité sur les universités, collèges et académies, et reçoit également [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHANCELIER  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République fédérale d'Allemagne jusqu'à la réunification

  • Écrit par 
  • Alfred GROSSER, 
  • Henri MÉNUDIER
  •  • 16 224 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Gouvernement et Parlement »  : […] Les constituants ont voulu assurer la stabilité gouvernementale, tout en faisant du chef de l'exécutif l'émanation de l'Assemblée. Le chancelier est élu, sans débat, à la majorité absolue. Jusqu'ici, il n'y a jamais eu échec du candidat proposé par le président. La marge la plus étroite a été celle de Konrad Adenauer (1876-1967) à sa première élection, le 15 septembre 1949, puisqu'il a obtenu trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-politique-et-economie-depuis-1949-republique-federale-d-allemagne-jusqu-a-la-reunification/#i_9323

ALLEMAGNE - Les institutions

  • Écrit par 
  • Stéphane SCHOTT
  •  • 4 225 mots

Dans le chapitre « La Diète fédérale allemande (Deutscher Bundestag) »  : […] Le Bundestag est l’organe législatif par excellence : c’est au sein de cette assemblée que sont « adoptées » les lois fédérales (article 77 alinéa 1 L.F.). Mais il partage la fonction législative proprement dite avec d’autres acteurs institutionnels : le gouvernement fédéral (droit d’initiative législative, article 76 alinéa 1 L.F.), le Bundesrat (droit d’initiative législative, article 76 alinéa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemagne-les-institutions/#i_9323

COMMON LAW

  • Écrit par 
  • Alain POTTAGE
  •  • 6 467 mots

Dans le chapitre « Sclérose du système »  : […] À partir du xiii e  siècle, les justiciables commencent à se plaindre de la justice royale. Les efforts de création et d'adaptation des writs marquent le pas, et les cours royales imposent progressivement un nouvel esprit de formalisme. On insiste, par exemple, sur le fait que tout writ doit être rédigé et correctement orthographié dans le latin, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/common-law/#i_9323

ÉCHIQUIER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 537 mots

L'expression a longtemps désigné en Angleterre la section financière du Conseil du roi, telle qu'elle a commencé à être définie au xi e  siècle sous Henri I er  ; l'appellation a sans doute pour origine le dessin de la nappe recouvrant la table de travail des conseillers, probablement destiné à faciliter les comptes qu'ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echiquier/#i_9323

FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

  • Écrit par 
  • Jehan de MALAFOSSE
  •  • 7 583 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le gouvernement central »  : […] L'organisation territoriale fait ressortir la diversité de situation des groupements d'individus. La nation est divisée en provinces (« pays », selon la terminologie la plus ancienne), puis en villes et communautés d'habitants. Chaque province a une situation particulière, elle a ses privilèges et ses libertés. Les groupements sociaux et professionnels, qui se superposent et s'enchevêtrent dans un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-l-etat-monarchique/#i_9323

HÔTEL DU ROI

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 440 mots

Ensemble des services domestiques attachés à la personne du roi, l'hôtel du roi est pour les Capétiens ce qu'était le Palais pour les Mérovingiens et les Carolingiens. Il comprend le sénéchal ou dopifer, maître de l'hôtel, qui a la haute main sur l'approvisionnement et sur la bonne marche de l'ensemble ; le connétable, chargé des étables et des écuries (et, par extension, de la cavalerie) et qui e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-du-roi/#i_9323

SÉGUIER PIERRE (1588-1672) chancelier de France

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 394 mots

Type parfait de l'homme du pouvoir, Pierre Séguier est prêt à accepter n'importe quelle tâche délicate et impopulaire. Il y a là une part, réelle, d'esprit de fidélité à la monarchie (mais qui a ses limites) et du besoin d'être du côté du pouvoir, pour lui-même et pour sa famille. Il a su choisir son camp, et y rester même au moment des difficultés. Neveu d'Antoine Séguier, conseiller d'État et av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-seguier/#i_9323

Pour citer l’article

Solange MARIN, « CHANCELIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chancelier/