RODTCHENKO ALEXANDER MIKHAÏLOVITCH (1891-1955)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La typographie

Rodtchenko occupe une position très forte dans cette sorte de pré-Bauhaus moscovite, son cours y est le plus important : il déclare la guerre à l'art pur et se lance dans la « production d'objets utilitaires » avec un état d'esprit assez proche du « fonctionnalisme » architectural (il écrit en effet dans La Ligne : « Nous répudions [...] le style, car tout ce qui masque la construction est style »). En fait, la peinture n'est pas vraiment abandonnée, mais son statut change : ayant perdu son autonomie, elle devient le lieu expérimental de réflexion théorique préparant à la « production d'objets ». Malheureusement, les meubles, les projets de kiosque, les ustensiles ménagers élaborés aux Vkhoutemas resteront à l'état de maquette, faute de crédits et de soutien. Pour Rodtchenko la distinction entre « beaux-arts » et « arts appliqués » est rendue caduque ; il va d'ailleurs se lancer dans deux domaines habituellement dépréciés par l'esthétique occidentale, la typographie et la photographie, et y excellera.

En effet, c'est au travers de photomontages qu'il réalise pour composer des affiches publicitaires ou pour illustrer des livres, comme le Pro eto (De ceci, 1923) de Vladimir Maïakovski, que Rodtchenko exploite le mieux la puissance suggestive de l'image. L'art du photomontage – reconstruction d'une image à partir de fragments photographiques –, imaginé par les dadaïstes pour nier les valeurs traditionnelles de l'art, de l'artiste et son inspiration, allait être récupéré politiquement comme nouvel espace d'investissement idéologique. Par le biais de la « factographie » (dénomination adoptée par l'avant-garde russe pour désigner le photomontage), Rodtchenko offre du monde une série de visions inédites, où se lit l'apologie des nouvelles structures de la société russe. On lui doit notamment la plupart des pages de couverture de la revue LEF (Front gauche de l'art), dirigée par Maïakovski, ou de la revue Kino Fot, lancée par le théoricien productiviste Alexeï Gan en 1922 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de communication à l'Institut supérieur des sciences sociales et pédagogiques de Marcinelle, Belgique, chargé de cours à l'université de Liège

Classification


Autres références

«  RODTCHENKO ALEXANDER MIKHAÏLOVITCH (1891-1955)  » est également traité dans :

ABSTRAIT ART

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 6 698 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Abstraction et formalisme »  : […] Il va de soi que ce que dit la peinture ou la sculpture ne peut pas être communiqué par le langage verbal. S'il en était autrement, il serait inutile de peindre ou de sculpter. Abstrait ou non, l' art, quand il aspire à devenir cosa mentale , ne cherche pas à transcrire ou à illustrer une pensée préexistante ; il est pensée en acte, incarnée dans un méd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-abstrait/#i_10861

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enseignement et pratique »  : […] Les fréquents contacts des artistes russes avec le milieu allemand contribuèrent à la diffusion rapide des idées constructivistes en Europe. Plusieurs architectes occidentaux vont construire de grands ensembles pour le jeune État socialiste : Le Corbusier réalise sa première grande construction à Moscou, le Centrosoyouz (1930). En 1921, l'exode des artistes russes commence : Kandinsky, Gabo, Pevs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_10861

IGNATOVITCH BORIS (1899-1976)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 932 mots

Auteur majeur de la photographie soviétique, Boris Vsevolodovitch Ignatovitch est né en 1899 dans la ville ukrainienne de Loutzk où il effectue sa scolarité, primaire et secondaire. Doué pour l'écriture, il commence en 1918 à travailler comme chroniqueur pour les journaux Severo Donetski Kommunist et Krasnaïa Svezda de Kharkov en Ukraine. Boris Ignato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boris-ignatovitch/#i_10861

MONOCHROME, peinture

  • Écrit par 
  • Denys RIOUT
  •  • 3 837 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Monochromie et fin de la peinture »  : […] Parmi les pionniers de la monochromie, Malévitch (1878-1935) et Rodtchenko (1891-1956) occupent une place de choix. Pour l'un comme pour l'autre de ces deux artistes, la monochromie annonce la fin de la peinture. Malévitch expose son Carré noir – nommé également Carré noir sur fond blanc (Galerie Tretyakov, Moscou) – en 1915. En 1919, il présente s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monochrome-peinture/#i_10861

PHOTOGRAPHIE (art) - Photographie et peinture

  • Écrit par 
  • Jean-Luc DAVAL
  •  • 5 269 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La « photographie pure » »  : […] La photographie pure met en jeu la tension entre l'apparence du monde extérieur et la personnalité de celui qui la met en scène. L'histoire générale de la vision, et plus particulièrement la trajectoire de l'art moderne, rendent opérationnelle cette notion. La photographie pure s'oppose directement au pictorialisme, ce que résumera Marius de Zayas, un ami de Stieglitz, dans le n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-photographie-et-peinture/#i_10861

STÉPANOVA VARVARA FEDOROVNA (1894-1958)

  • Écrit par 
  • Cécile GODEFROY
  •  • 609 mots

Peintre, typographe, décoratrice de théâtre, créatrice de textiles et de vêtements, Varvara Fédorovna Stépanova, née à Kaunas en 1894, est une figure importante de l'avant-garde russe. Médaillée d'or au lycée de Kovno, la jeune fille fréquente en 1911-1912 l'école d'art de Kazan, où elle rencontre Alexandre Rodtchenko. Elle part vivre à Moscou en 1915, étudie dans l'atelier de Youon et de Leblanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/varvara-fedorovna-stepanova/#i_10861

SUPRÉMATISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 2 715 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sculpture et collages »  : […] La première phase du suprématisme sera marquée par cette liberté de la couleur qui entraîne Malevitch dans une richesse de formes géométriques sans poids, librement projetées dans un espace « illimité ». Les formes « flottantes », affirmant la liberté de déplacement dans un espace « sans dieu et sans matière », seront le but du peintre à partir du début du suprématisme. Cela conduira Malevitch à u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suprematisme/#i_10861

Voir aussi

Pour citer l’article

Marc-Emmanuel MÉLON, « RODTCHENKO ALEXANDER MIKHAÏLOVITCH - (1891-1955) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexander-mikhailovitch-rodtchenko/