CORINTHIENS Ire ÉPÎTRE AUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Ire épître aux Corinthiens est sans doute la plus passionnante et la plus difficile des lettres de saint Paul. Elle fut écrite à Éphèse, au printemps, à Pâques de l'année 55 (ou 56, ou même 57 ?). D'après cette épître (v, 9-13), Paul aurait écrit une première lettre, inconnue (pour certains, il s'agirait d'un passage de la IIe épître aux Corinthiens : vi, 14-vii, 1) qui évoquait les complicités des chrétiens avec la débauche locale. Corinthe, cité neuve d'un demi-million d'habitants, reconstruite sous César et Auguste, était réputée par sa richesse et ses mœurs relâchées : pour désigner une vie dissolue, on employait à l'époque le verbe « corinthiser », korinthiadzesthai (la ville possédait un culte d'Aphrodite et un temple où se pratiquait la prostitution sacrée). La communauté chrétienne, issue surtout des milieux modestes majoritaires, côtoyant par le fait même une minorité opulente, était le reflet de la ville elle-même : on y était enclin au libertinage ; les luttes intestines n'y étaient pas rares ; l'on était séduit par les sagesses grecques (Corinthe était un centre intellectuel important) et attiré par les religions à mystères.

Paul avait séjourné à Corinthe dix-huit mois durant, de l'été 50 à l'hiver 52 (Actes, xviii, 1-8). Or, quand il écrit sa lettre, la situation n'est pas brillante dans cette Église locale. Plusieurs partis se distinguent (i, 11) : le parti d'Apollos (Actes, xviii, 24-28), juif d'Alexandrie converti à Éphèse par Aquila et Priscille, brillant interprète des textes bibliques (Apollos est auprès de Paul à Éphèse quand ce dernier rédige son épître et il ne veut pas retourner à Corinthe) ; le parti de Paul, plus ou moins sectaire ; le parti de Céphas ; enfin, peut-être, le parti du Christ. S'agissait-il, pour ce dernier parti, de juifs qui ne reconnaissaient en Jésus que le messie judaïque ou bien d'un groupe gnosticisant se réclamant directement de l'Esprit saint et rejetant l'organi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORINTHIENS I re ÉPÎTRE AUX  » est également traité dans :

AGAPÈ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 1 102 mots

Le mot grec agapè signifie affection, amour, tendresse, dévouement. Son équivalent latin est caritas , que nous traduisons par « charité » (dans les textes stoïciens comme dans les textes chrétiens). Généralement, la langue profane emploie agapè pour désigner un amour de parenté ou d'amitié, distinct de l'amour-passion, distinct du désir amoureux : celu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agape/#i_33422

PAUL saint (entre 5 et 15-67)

  • Écrit par 
  • Pierre BONNARD
  •  • 6 985 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les sources »  : […] Les sources qui permettent de connaître l'apôtre Paul sont toutes contenues dans le Nouveau Testament et, pour l'essentiel, sont des lettres de l'apôtre. La critique historique tient généralement pour authentiques, dans l'ordre chronologique, la I re  Épître aux Thessaloniciens, écrite au printemps de l'année 50 à Corinthe ; la II e  Épître aux The […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-saint-entre-5-et-15-67/#i_33422

Pour citer l’article

André PAUL, « CORINTHIENS Ire ÉPÎTRE AUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ire-epitre-aux-corinthiens/