PLATONIQUE AMOUR

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression renvoie non seulement à la continence, mais encore à la pudeur : plus précisément tout se passe comme si, avec l'amour platonique, la tendresse pouvait se passer d'une érotique. En effet, il suppose un dualisme qui autorise le développement d'une relation sentimentale aux dépens de tout geste charnel. Le plaisir du cœur y est conçu comme proportionnel à l'ascèse du corps.

Une telle notion de l'amour n'a-t-elle pas oublié la référence dont elle se réclame : Le Banquet de Platon ? Toujours rapportée à une relation hétérosexuelle, n'est-elle pas héritée du néo-platonisme chrétien du xve siècle plutôt que directement de l'amour courtois ? Mais l'amour platonique est-il bien un amour angélique ? Et sinon d'où ce sens procède-t-il ?

La conception platonicienne de l'amour se trouve exposée dans Le Banquet comme processus de désindividualisation et de désappropriation sensible. L'érotique se présente comme une démarche ascétique où tout attachement apparaît comme contradictoire, de telle sorte qu'il appelle un dépassement. En effet, toujours désirant et inquiet, l'amour constitue une élévation qui, de degré en degré, passe d'un beau corps à tous les beaux corps, des belles formes à la beauté de la conduite et des connaissances. Ainsi, au terme de la progression se trouve atteint et aimé le beau en soi.

L'amour platonique rejoint la dialectique platonicienne, dont il n'est qu'un analogue : il fait découvrir à l'âme que la beauté sensible est le reflet spéculaire de la beauté réelle. C'est donc une sorte d'exercice spirituel, hâtant le retour de l'âme à son véritable lieu. L'amour est ainsi un moyen de s'évader du sensible : sa vérité, c'est l'amour intellectuel, l'amour philosophique, qui est tout au service de la saisie de l'intelligible. Pourtant, si l'érotique est universalisable, il n'empêche que le philosophe, toujo [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLATONIQUE AMOUR  » est également traité dans :

PONTUS DE TYARD ou THIARD (1521-1605)

  • Écrit par 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  •  • 738 mots

Poète de l'école lyonnaise, ami intime de Maurice Scève, Pontus de Tyard (ou de Thiard) est né dans une riche famille bourguignonne, qui compte plusieurs hauts dignitaires royaux. Destiné dès l'enfance à l'Église — Fernand Mazade écrit « qu'il fut, presque de naissance, chanoine de la cathédrale de Mâcon » —, il commença pourtant de très bonne heure à écrire des poèmes. Ce n'est toutefois qu'en 15 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pontus-de-tyard-thiard/#i_9926

Pour citer l’article

Marie-Odile MÉTRAL-STIKER, « PLATONIQUE AMOUR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour-platonique/