AÉRODYNAMIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les méthodes numériques

Le développement considérable des moyens de calcul, accompagné par des recherches intenses sur les modélisations numériques, a conduit à l'émergence d'une discipline identifiée par le sigle CFD pour Computational Fluid Dynamics, dont l'objectif est de proposer aux ingénieurs des méthodes de simulation numérique précises, robustes et efficaces s'appliquant à des configurations aussi complexes qu'un avion en phase d'atterrissage volets déployés.

Les opérateurs de l'analyse fonctionnelle ne pouvant être traduits directement par un langage de programmation, il est nécessaire de les approcher par des expressions ne faisant intervenir que des opérations algébriques. Cette discrétisation porte sur les équations utilisées et sur le domaine de calcul via un maillage. La construction du maillage est une opération qui conditionne la qualité de la solution numérique obtenue. Le maillage est un assemblage d'éléments géométriques élémentaires (hexaèdres, tétraèdres...), qui constitue un pavage du domaine de calcul. On distingue deux grandes catégories de maillage (fig. 8) : les maillages structurés et les maillages non structurés. Les premiers sont construits à partir de trois familles de surfaces, sensiblement orthogonales, délimitant des volumes élémentaires de forme hexaédrique. Si chaque surface appartenant à l'une des trois familles est repérée par un indice, un volume élémentaire est alors simplement identifié par un triplet d'indices {i,j,k}. Les schémas de discrétisation des équations reposant sur une évaluation numérique des flux sur l'interface qui sépare le volume élémentaire considéré du volume adjacent, il est nécessaire de disposer d'une „connectivité“ permettant d'associer chaque volume élémentaire à ses volumes adjacents. L'avantage des maillages structurés est que cette connectivité est particulièrement simple et peu coûteuse en temps de calcul puisque les indices repérant les six volumes adjacents sont obtenus en ajoutant et en retranchant l'unité à chacun des indices du triplet {i,j,k}. Les schémas de discrétisation et les algorithmes de résolution associés aux maillages structurés sont donc également d'une mise en œuvre simple et peu coûteuse. En revanche, un maillage structuré étant topologiquement équivalent au maillage d'un cube, on conçoit que ce type de maillage ne permet pas de discrétiser de façon régulière un domaine de calcul de forme géométrique complexe. Les maillages multiblocs permettent de pallier cette difficulté en décomposant le domaine de calcul en un ensemble de blocs dans chacun desquels on peut alors construire un maillage structuré régulier. La contrepartie de cette décomposition réside dans la nécessité de raccorder les solutions numériques calculées dans chacun des blocs.

Les maillages non structurés sont le plus souvent constitués d'un assemblage de volumes élémentaires tétraédriques qui ne présentent pas de limitation liée à la complexité géométrique du domaine de calcul. La construction d'un maillage non structuré est en quelque sorte la transposition aux trois dimensions des méthodes de triangulation d'une surface à deux dimensions. En revanche, la simplicité de la connectivité est perdue, ce qui, pour la mise œuvre des schémas de discrétisation et des algorithmes de résolution, entraîne des conséquences opposées à celles mises en avant pour les maillages structurés.

Pour obtenir une solution numérique précise ne conduisant pas à des calcul trop importants, il faut que les dimensions des volumes élémentaires soient adaptées aux variations de l'écoulement : ces dimensions seront plus petites dans les zones à fortes variations que dans celles où elles sont modérées. Ainsi, pour obtenir une bonne estimation du frottement à la paroi, il est nécessaire de décrire finement la couche limite ce qui conduit près de la paroi à des volumes de contrôle de l'ordre du micromètre pour une aile dont la corde est de l'ordre du mètre. Cette adaptation peut être réalisée au moment de la construction du maillage, ce qui suppose d'avoir une idée assez précise de la solution attendue. À défaut, il est avantageux d'utiliser une méthode d'adaptation automatique qui ajuste l'échelle 'du maillage à celle du phénomène physique à représenter. Concernant la précision, il faut également mentionner un point particulièrement important qui résulte de l'analyse de l'erreur inhérente au passage du problème continu )au problème discret . On met ainsi en év [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Médias de l’article

Aérodynamique: simulation numérique sur un avion Falcon

Aérodynamique: simulation numérique sur un avion Falcon
Crédits : ONERA

photographie

Écoulement aérodynamique

Écoulement aérodynamique
Crédits : ONERA

photographie

Soufflerie transsonique S1, Modane

Soufflerie transsonique S1, Modane
Crédits : ONERA

photographie

Visualisation aérodynamique en soufflerie sur un avion de combat

Visualisation aérodynamique en soufflerie sur un avion de combat
Crédits : ONERA

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur associé à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : directeur de recherche émérite à l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (O.N.E.R.A.)
  • : chef d'unité de recherche à l'Office national d'études et de recherches aérospatiales (O.N.E.R.A.)

Autres références

«  AÉRODYNAMIQUE  » est également traité dans :

AUTOMOBILE - Conception

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MANCEAU, 
  • Alfred MOUSTACCHI, 
  • Jean-Pierre VÉROLLET
  •  • 10 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Contraintes géométriques liées à la sécurité et à l'aérodynamisme »  : […] Pour protéger les occupants, il faut loger, d'une part, une structure périphérique très résistante qui se déforme progressivement pour absorber l'énergie du choc sans déformer l'habitacle et, d'autre part, des équipements pour absorber l'énergie cinétique des occupants. Pour protéger les piétons, qui constituent une proportion plus importante des victimes de la circulation depuis que la protectio […] Lire la suite

AVIATION - Avions civils et militaires

  • Écrit par 
  • Yves BROCARD
  •  • 9 438 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Développements et perspectives »  : […] Des progrès sont constamment réalisés et sont encore attendus dans tous les domaines concernés : aérodynamique, matériaux, commandes de vol et avionique, motorisation, armement, et furtivité. Du point de vue aérodynamique, les recherches tendent à augmenter la portance maximale utilisable, à étendre le domaine de vol des avions – surtout pour les avions de combat – et à diminuer la traînée. Ainsi, […] Lire la suite

AVIATION - Hélicoptères

  • Écrit par 
  • Louis François LEGRAND, 
  • Pierre ROUGIER
  •  • 3 115 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Principe aérodynamique »  : […] Toute poussée aérodynamique est égale à la quantité de mouvement communiquée à l'air par unité de temps : F =  q . ΔV (F est la poussée, q  le débit d'air intéressé par le rotor, ΔV la variation de vitesse verticale qu'il subit). On en déduit que, au rendement près, la puissance nécessaire est : P = F. ΔV/2. Pour économiser la puissance, il faut donc associer faible variation de vitesse et gros dé […] Lire la suite

BALISTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GARNIER
  •  • 2 104 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Trajectoire balistique des obus »  : […] Pour écrire l'équation de la trajectoire d'un projectile tiré par un canon, il suffit d'appliquer le principe fondamental de la dynamique : la somme des forces extérieures appliquées au projectile est égale au produit de sa masse par la dérivée du vecteur vitesse V g du centre de gravité (F =  m  ( dV g / dt )) et la somme des moments des forces extérieures appliquées au projectile par rapport au […] Lire la suite

COANDA EFFET

  • Écrit par 
  • Bertrand DREYFUS
  •  • 562 mots

Étrange phénomène de la mécanique des fluides, découvert par hasard, à la suite d'un contretemps, au cours d'une expérience d'aéronautique, par l'ingénieur aérodynamicien roumain Henri Coanda (1886-1972), qui lui donna son nom. L'effet Coanda se présente de la manière suivante : lorsqu'un fluide (aussi bien un gaz qu'un liquide) sort d'un récipient par un orifice ou un tuyau, une partie de ce flui […] Lire la suite

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Équations non linéaires

  • Écrit par 
  • Claude BARDOS
  •  • 10 861 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les équations de Navier-Stokes »  : […] Le chapitre précédent était consacré aux systèmes hyperboliques non linéaires, domaine où la différence entre le comportement des problèmes linéaires et les comportements des problèmes non linéaires apparaît de manière très évidente. Mais ces systèmes présentent les inconvénients suivants : Il n'existe que des résultats partiels et la plupart des questions restent largement ouvertes. Les applicati […] Lire la suite

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Sources et applications

  • Écrit par 
  • Martin ZERNER
  •  • 6 319 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Équations qui changent de type »  : […] L'équation de Tricomi : est hyperbolique dans le demi-plan x 2   […] Lire la suite

EIFFEL GUSTAVE (1832-1923)

  • Écrit par 
  • Frédéric SEITZ
  •  • 1 599 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'homme de science »  : […] C'est à la météorologie que Gustave Eiffel va d'abord rendre de grands services. Utilisant une station qui a été installée au sommet de la Tour en 1890 par le Bureau central de météorologie, il effectue des relevés de température, de pression atmosphérique, de pluviosité, de vitesse et de direction des vents. Ces travaux – complétés par les observations auxquelles il procède dans des stations qu […] Lire la suite

KELDYCH MSTISLAV (1911-1978)

  • Écrit par 
  • Boris ROUMIANTSEV
  •  • 592 mots

Organisateur de la recherche scientifique en U.R.S.S., Mstislav Vsevolodovitch Keldych a effectué de nombreux travaux en mathématique et en mécanique, et son nom est lié à de multiples réalisations techniques. Keldych est né le 10 février 1911 à Riga. Son père était ingénieur-constructeur. En 1931, il entre à l'Institut central d'aérodynamisme N. Joukovski, après des études de physique et de math […] Lire la suite

MACH ERNST (1838-1916)

  • Écrit par 
  • Michel PATY
  •  • 4 136 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expériences en optique et sur la propagation des ondes »  : […] Les recherches de Mach sur la propagation des ondes et sur la dynamique des gaz ont un lien avec ses travaux de psychophysiologie : il les aborda comme portant sur des faits perceptibles à l'œil humain, et il s'efforça, pour visualiser les phénomènes aérodynamiques, de dépasser l'emploi de plaques enduites de suie en mettant au point une technique expérimentale raffinée (interféromètre de Mach-Zeh […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno CHANETZ, Jean DÉLERY, Jean-Pierre VEUILLOT, « AÉRODYNAMIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aerodynamique/