Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AUTOMOBILE Conception

L'entreprise automobile fonctionne par séquence de processus que l'on peut, en simplifiant, résumer aux étapes suivantes : innovation, conception, fabrication, vente et entretien. Chacune d'entre elles, coordonnée dans l'espace et le temps, peut elle-même être décomposée en processus linéaires ou matriciels. Si l'innovation, la vente et l'entretien ne procèdent pas de méthodes particulièrement originales ou différentes de celles des autres métiers techniques, la conception et la fabrication (cf. automobile- Fabrication) sont, dans l'industrie automobile, tout à fait spécifiques. Le défi consiste, pour le constructeur, à mettre au point, tous les six ans (voire beaucoup moins), un objet original et complexe, au prix du précédent – en améliorant qualité et prestations et en l'adaptant aux évolutions de la législation internationale –, et à le reproduire en grandes quantités.

Définition d'un nouveau modèle

Un nouveau modèle de véhicule est défini par un cahier des charges qui, en France, est élaboré par la direction du produit (cahier des charges Produit). Ce document fondateur détermine les objectifs économiques et les prestations du projet, et l'intègre au sein d'une gamme existante ou future, tout en évitant le cannibalisme et en cherchant à conquérir la plus grande part possible de la clientèle visée. Ce cahier des charges, entretenu jusqu'à la fabrication du véhicule par la direction du produit, est validé par le président-directeur général de l'entreprise (qui confirme également le design définitif du produit) et les patrons des différentes directions techniques.

Les constructeurs des autres pays européens ont adopté, avec quelques nuances, une organisation semblable à ceci près que la direction commerciale y est parfois plus active dans la définition même des objectifs du produit.

Dans les pays anglo-saxons, toutes les compétences concernant le produit sont généralement réunies au sein d'une unique direction, dite du Product Planning, qui comporte souvent le design.

Au Japon, la distinction entre les métiers est beaucoup moins tranchée, qu'il s'agisse de l'économie du projet ou de son design, ce dernier étant souvent déterminé à partir de simples gouaches. Toutefois, les secteurs de la recherche et des études avancées interviennent plus directement. Cela conduit à un développement beaucoup plus proche du stade opérationnel, avec une meilleure faisabilité et des délais plus courts, mais aussi avec des risques économiques plus élevés et, surtout, un ciblage beaucoup plus flou de la clientèle.

L'analyse du marché

Pour définir les prestations et la forme (en particulier les dimensions) d'un nouveau modèle, il est nécessaire d'analyser l'évolution des ventes actuelles du produit à remplacer et de les anticiper pour les années à venir afin de déterminer la date optimale de lancement. Cette prévision n'est possible qu'en posant des hypothèses lourdes sur les évolutions de l'offre concurrente, de la démographie, des revenus et de la fiscalité, des normes et de la législation. Pour y parvenir, il faut s'appuyer sur un appareil statistique aux chiffres sûrs, homogènes dans le temps et, surtout, diffusés régulièrement. Seuls des organismes gouvernementaux peuvent offrir ces garanties. De son côté, le constructeur doit développer ses propres enquêtes qui concernent notamment :

– sa notoriété, c'est-à-dire l'étendue de la connaissance de la marque au sein de la population ;

– son image de marque, c'est-à-dire l'appréciation de ses produits par le public ;

– la qualité de ses produits, en mesurant les défaillances effectives ainsi que l'appréciation du degré de gravité que leur affecte le client ;

– la validation des prestations théoriques de ses produits lors[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : designer industriel
  • : ancien directeur de Renault S.A., administrateur de société, membre du comité de rédaction de la Société des ingénieurs de l'automobile
  • : diplômé de l'École polytechnique, chef de projet Renault 19

Classification

Pour citer cet article

Jean-Paul MANCEAU, Alfred MOUSTACCHI et Jean-Pierre VÉROLLET. AUTOMOBILE - Conception [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Automobile : conception technique - crédits : Encyclopædia Universalis France

Automobile : conception technique

Design automobile : les modèles marquants - crédits : Encyclopædia Universalis France

Design automobile : les modèles marquants

Automobile RO-80 - crédits : DR

Automobile RO-80

Autres références

  • AÉRODYNAMIQUE

    • Écrit par , et
    • 7 226 mots
    • 7 médias
    ...vol et de la taille des avions, on a dû se résoudre à essayer en soufflerie des maquettes dont les dimensions sont bien inférieures à celles de l'avion. En revanche, les constructeurs automobiles utilisent couramment des souffleries où sont essayés des véhicules en grandeur réelle, mais il est vrai aussi...
  • ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

    • Écrit par
    • 12 044 mots
    • 9 médias
    ...stimulés par la proximité de la plus grande place financière du pays, Francfort, qui se situe au cœur d'un appareil bancaire très développé et très ramifié. Les berceaux de l'automobile sont la Souabe et la Saxe, et le bassin de Wolfsburg en Basse-Saxe (usine de Volkswagen) est né de la planification...
  • APPRENTISSAGE PROFOND ou DEEP LEARNING

    • Écrit par
    • 2 645 mots
    • 1 média
    ...digitales ou d’iris), la médecine (avec, par exemple, le diagnostic de mélanomes à partir d’images de grains de beauté et l’analyse de radiographies), la voiture autonome (reconnaissance d’obstacles, de véhicules, de panneau de signalisation, etc.), par exemple. Elles permettent aussi d’améliorer la reconnaissance...
  • ASSURANCE - Histoire et droit de l'assurance

    • Écrit par , et
    • 7 490 mots
    • 1 média
    Il aura fallu attendre le 27 février 1958 pour qu'une loi rende obligatoire l'assurance de responsabilité du fait des véhicules automobiles. L'État et certains établissements publics restent dispensés de cette obligation. Le contrat d'assurance automobile peut couvrir également les dommages aux véhicules...
  • Afficher les 56 références