CHAMBERS sir WILLIAM (1723-1796)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théoricien, dessinateur de jardins, intime du roi George III, le fondateur de l'Académie, l'architecte anglais sir William Chambers fut investi des plus hautes charges. De longues études dans les grands centres artistiques de l'Europe des Lumières et de lointains voyages lui donnèrent une culture universelle qui lui permit d'élaborer un art raffiné et éclectique.

Fils d'un marchand écossais, Chambers naquit en Suède. Il reçut sa première formation en Angleterre, mais très jeune il fut appelé à visiter l'Europe, l'Inde et la Chine où il voyagera pendant neuf ans pour le compte d'une compagnie commerciale. Vers 1749, il fréquenta à Paris le cours de Jacques-François Blondel où il se lia avec Mique, Peyre et De Wailly. Il passa ensuite cinq ans en Italie, principalement à Rome où il fit partie de ce groupe cosmopolite d'artistes et de théoriciens qui mettaient au point les formules du néo-classicisme. Quand il rentra en Angleterre en 1755, il devint, grâce à l'appui de lord Bute, l'Architectural tutor du prince de Galles, futur George III. Il publia alors deux traités qui établirent sa réputation. Les Designs of Chinese Building (1757) devaient avec la Dissertation on Oriental Gardening (1772) apporter une contribution primordiale au courant exotique européen. Son Treatise on Civil Architecture (1759), consacré essentiellement à l'emploi des ordres et aux problèmes décoratifs, montre un désir de combiner le goût néo-classique avec les traditions de la Renaissance, attitude en légère opposition à un strict retour à l'antique prôné par les frères Adam. À partir de 1757, il construisit dans le parc de Kew pour la princesse douairière de Galles une série d'édifices. L'arc romain, la pagode chinoise, les pavillons et les temples à l'antique, dont les gravures furent publiées en 1763, servirent de modèles à l'Europe entière. L'appui du roi lui permit de gravir rapidement tous les échelons de la carrière officielle. Nommé en 1761 arch [...]

Pagode du parc de Kew, W. Chambers

Pagode du parc de Kew, W. Chambers

Photographie

William Chambers, Pagode du parc de Kew, Surrey, Grande-Bretagne. 1757. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ingénieur au C.N.R.S., enseignante à l'École nationale supérieure d'architecture de Versailles

Classification


Autres références

«  CHAMBERS sir WILLIAM (1723-1796)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

  • Écrit par 
  • Monique MOSSER
  •  • 7 812 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Néo-classicisme et mouvement pittoresque : le syncrétisme comme langage (1750-1820) »  : […] On considère parfois que le palladianisme fait partie intégrante du néo-classicisme et bien des traits palladiens se retrouveront dans des œuvres de la fin du xviii e siècle ou même du xix e . Mais on a vu que l'éclairage historico-politique permettait de le circonscrire assez nettement. Le milie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-architecture/#i_45209

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL, 
  • Maurice LEVY
  •  • 8 135 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Un parcours orienté à travers des éléments architecturaux »  : […] Vers le milieu du siècle, le jardin le plus admiré et le plus visité était sans conteste possible celui de Stowe , près de Buckingham : propriété de lord Cobham, qui n'avait cessé de l'aménager selon le goût des temps, il porte la trace des plus grands jardiniers : Bridgeman avait été le premier à le libérer du formalisme d'autrefois ; sir John Vanbrugh, l'architecte du palais de Blenheim, y avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jardins-de-l-antiquite-aux-lumieres/#i_45209

Pour citer l’article

Monique MOSSER, « CHAMBERS sir WILLIAM - (1723-1796) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chambers-sir-william/