CLÉRISSEAU CHARLES LOUIS (1721-1820)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Chambre des ruines

Chambre des ruines
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Paysans près de l'arc de Sergius à Poia, C. L. Clérisseau

Paysans près de l'arc de Sergius à Poia, C. L. Clérisseau
Crédits : Bridgeman Images

photographie


L'architecte français Clérisseau occupe une place essentielle parmi les créateurs du néo-classicisme. Son œuvre est avant tout le fait de contacts, de découvertes, de regards nouveaux qui lui inspirent un grand nombre de dessins et de gouaches. Né à Paris, élève de J. F. Blondel et de Boffrand à l'Académie royale d'architecture, il remporte le grand prix de 1746 et séjourne à Rome, comme pensionnaire du roi, de 1749 à 1754. Il y peint des compositions architecturales influencées par le maître du genre : Panini. Il devient l'ami de Piranèse, dont il partage le goût des ruines, la passion de la Rome antique. Sur le chemin du retour en France, Clérisseau rencontre l'architecte anglais Robert Adam, dont il sera le guide et le compagnon de voyage de 1755 à 1757, parcourant les sites antiques de l'Italie, allant jusqu'en Dalmatie, avant de travailler avec le frère de Robert, James Adam, de 1760 à 1763. Il accumule croquis et observations, relevés et gouaches. L'édition des dessins du palais de Dioclétien à Split, qui paraît en 1764 en anglais, consacre Robert Adam comme le créateur d'un nouveau style architectural dans le décor intérieur, appelé à un succès considérable en Angleterre.

Chambre des ruines

Chambre des ruines

Photographie

Chambre des ruines, Charles Louis Clérisseau, gouache sur papier. Fitzwilliam Museum, université de Cambridge. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Paysans près de l'arc de Sergius à Poia, C. L. Clérisseau

Paysans près de l'arc de Sergius à Poia, C. L. Clérisseau

Photographie

Paysans près de l'arc de Sergius à Poia, Charles Louis Clérisseau, Galerie nationale du Canada, Ottawa.. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Longtemps, le rôle dévolu à Clérisseau a été celui d'un obscur dessinateur, et non du précurseur qu'il fut. À Rome, il fréquente le milieu international des intellectuels, où triomphe son ami Winckelmann et où passent les riches amateurs anglais. Clérisseau place ses compositions « à l'antique » sur les murs eux-mêmes : il décore le café de la villa Albani de vues de Dalmatie et met en scène l'étonnant trompe-l'œil de ruines dans la chambre du Perroquet au couvent de la Trinité-des-Monts. Après vingt années de séjour italien, il rentre en France en 1767, échoue dans un projet de construction du château Borély à Marseille, puis est reçu deux ans pl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « CLÉRISSEAU CHARLES LOUIS - (1721-1820) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-louis-clerisseau/