ACADÉMIE ANTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'Académie moyenne

Chef de la moyenne Académie, Arcésilas devint scolarque en 268 avant J.-C., lorsque, après la mort de Cratès, Socratidès, plus ancien et normalement élu, s'effaça devant lui. Cet esprit brillant avait été d'abord au Lycée l'élève de Théophraste, puis à l'Académie le disciple de Polémon et de Cratès qu'il tenait pour des dieux ou des survivants de l'âge d'or. Il mourut à soixante-quinze ans, vers 240 avant J.-C.

Lecteur et admirateur de Platon, Arcésilas renoue avec la tradition socratique des premiers dialogues. Ce philosophe, qui n'a laissé aucun écrit, s'efforçait, en combattant l'opinion qui lui était proposée, de lui opposer des arguments d'égale valeur. Le mieux était que l'on suspendît de part et d'autre son jugement. De même que Socrate avait confessé son ignorance, il déclare qu'on ne peut rien connaître, rien percevoir, rien savoir, que les sens sont étroits et les esprits faibles. Savoir qu'on ne sait rien n'est même plus pour lui un savoir, à la différence de Socrate. Livrait-il à ses disciples les plus doués, comme le laisse supposer Sextus Empiricus, un enseignement platonicien devenu ésotérique ? C'est une question aujourd'hui controversée. Toujours est-il que sa pensée passe pour être le modèle d'un nihilisme radical en matière de connaissance.

C'est au temps d'Arcésilas que se noue la querelle qui devait opposer les Académiciens aux Stoïciens. Arcésilas s'opposa à la thèse selon laquelle la représentation compréhensive permettrait de passer d'une simple représentation imaginative de l'objet extérieur à une compréhension ou saisie de la nature de cet objet. L'étroitesse des sens et la faiblesse du jugement ne permettent pas de passer de l'appréhension du sensible à la perception claire de sa nature. Le raisonnable appartient à un système cohérent de représentations qui ne peut servir de critère qu'à la conduite, mais dont on ne sait s'il s'accorde avec les sensibles destinés à [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ACADÉMIE ANTIQUE  » est également traité dans :

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Transmission de la philosophie grecque »  : […] La philosophie grecque a été essentiellement transmise au Moyen Âge latin et, de là, à la philosophie moderne, par deux voies indirectes : pendant la fin de l'Antiquité et le haut Moyen Âge, par la littérature philosophique de langue latine (Cicéron, Sénèque, Quintilien, saint Augustin, saint Ambroise, Boèce...) ; à partir du xiii e  siècle, sous l'influence de traductions et de commentaires arabe […] Lire la suite

ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Guy BURGEL, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 16 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'Académie et le Lycée »  : […] Ce même mysticisme s'exprime dans la pensée du plus important des philosophes du siècle, l'Athénien Platon. Disciple de Socrate, maître à son tour dans cette Académie qu'il a ouverte aux portes d'Athènes , il élabore une œuvre monumentale qu'il ne cesse d'enrichir jusqu'à sa mort. Ontologie, eschatologie, morale, politique, aucun domaine ne lui reste étranger. Partout s'affirme le même enthousi […] Lire la suite

CARNÉADE (214-129 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 256 mots

Philosophe grec de la Nouvelle Académie — c'est-à-dire de la période de l'école platonicienne qui va d'Arcésilas à Philon de Larisse et pendant laquelle s'est réalisé, en réaction contre le dogmatisme de l'Ancienne Académie, un retour à l'esprit aporétique de Socrate —, Carnéade scandalise les Romains, lors de l'ambassade dite des philosophes (~ 156/155), en tenant volontairement, à deux jours d'i […] Lire la suite

CICÉRON (106-43 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL, 
  • Claude NICOLET
  •  • 5 896 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les ouvrages de rhétorique »  : […] Cedant arma togae . Cicéron n'avait pas d'autres moyens d'action et d'influence que son éloquence. C'est en ce sens qu'on peut assimiler à un traité politique ses trois livres de dialogues à la manière d'Aristote, De oratore (55) ; il avait déjà écrit, vers 88, deux livres De inuentione , dont il devait plus tard condamner la forme scolaire. À partir de 46, profitant des loisirs forcés offerts pa […] Lire la suite

DAVID JACQUES LOUIS (1748-1825)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 4 765 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'affirmation d'un style »  : […] David revint à Paris précédé d'une flatteuse réputation, et il s'imposa en quelques années seulement. Sa position artistique, sociale, financière (celle-ci due en grande partie à son mariage), était considérable à la fin de l'Ancien Régime. Soutenu par d' Angiviller, qui lui commanda, dans le cadre de son programme d'encouragement, deux de ses plus importants tableaux d'histoire ( Le Serment des H […] Lire la suite

ÉPICURE (341-270 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Graziano ARRIGHETTI
  •  • 6 205 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le droit de philosopher »  : […] Néanmoins, l'école n'était pas ouverte aux seuls personnages illustres : elle accueillait tout le monde, même les femmes, et parmi elles les hétaïres et les esclaves. Cet élément constituait une différence très importante avec l' Académie et le Lycée. L'Académie s'adressait à une élite au sein de laquelle on se proposait de recruter et de former les parfaits gouvernants d'un État idéal ; elle imp […] Lire la suite

HÉRACLIDE DU PONT (388-315 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 250 mots

L'un des philosophes éminents de l'Académie, né à Héraclée, dans le royaume du Pont. Platon confia à Héraclide la direction de l'École lors de son dernier voyage en Sicile, et il faillit succéder à son maître Speusippe comme scholarque. De la profusion de ses œuvres il ne reste que les titres, qui témoignent de la diversité des sujets traités (géométrie, astronomie, musique, poétique, rhétorique, […] Lire la suite

INSTITUT DE FRANCE

  • Écrit par 
  • Antoine MARÈS
  •  • 2 517 mots
  •  • 2 médias

« La France, seule, a un Institut où tous les efforts de l'esprit humain sont comme liés en un faisceau, où le poète, le philosophe, l'historien, le critique, le mathématicien, le physicien, l'astronome, le naturaliste, l'économiste, le juriste, le sculpteur, le peintre, le musicien, peuvent s'appeler confrère. » Ces propos qu'Ernest Renan tenait en 1867 résument bien le projet qui avait amené les […] Lire la suite

JARDINS - Esthétique et philosophie

  • Écrit par 
  • Catherine CHOMARAT-RUIZ
  •  • 3 585 mots

Dans le chapitre « Des parcs pour la philosophie et la beauté »  : […] Il est admis que les cités grecques de l'Antiquité n'abritent pas de jardins dévolus au seul plaisir des hommes, qu'elles disposent de quelques plantations autour des temples auxquelles s'ajoutent, à l'extérieur, des bois sacrés. À l'époque classique, les jardins de l'Académie où Platon enseigne, ceux du Lycée auxquels Aristote est attaché et le Jardin, qu'Épicure rend célèbre à Athènes, accueill […] Lire la suite

NÉO-PLATONICIENNE D'ATHÈNES ÉCOLE

  • Écrit par 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 2 001 mots

À l'intérieur du vaste mouvement philosophique que l'on désigne globalement sous le nom de néo-platonisme et qui se développe du iii e au vi e  siècle après J.-C., on distingue des écoles diverses. Fondé à Rome par Plotin, qui y enseigne de 245 à 270, et maintenu vivant sur place par Porphyre et ses successeurs (dont plusieurs passèrent au christianisme, par exemple Marius Victorinus), le néo-pl […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul DUMONT, « ACADÉMIE ANTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-antique/