Pierre GRIMAL

professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

JARDINS - De l'Antiquité aux Lumières

  • Écrit par 
  • Maurice LEVY, 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 145 mots

Étymologiquement, un jardin est un enclos, un endroit réservé par l'homme, où la nature (les plantes, les eaux, les animaux) est disposée de façon à servir au plaisir de l'homme. La nature dans sa totalité, et non, au moins en droit, une partie d'elle-même : le jardin a l'ambition d'être une image du monde ; il fait servir à ses fins la lumière du ciel, la f […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 569 mots

On comprend en général sous l'expression « littérature latine » les textes latins littéraires composés entre le iiie siècle avant J.-C. et le ive siècle de notre ère. C'est la littérature de Rome : de la République conquérante, puis de celle de l'Empire, aux meilleurs temps. Elle a suivi une évolution don […] Lire la suite

PARC

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 603 mots

L'usage associe les termes de parc et de jardin, et tend à en faire des synonymes. Il existe à Paris un service des « parcs et jardins ». Dans l'urbanisme moderne, un parc est un « espace vert » de grande étendue, enclos et composé selon l'esthétique du paysage. Paris possède de tels parcs : Montsouris, les Buttes-Chaumont, Monceau, qui remontent au temps du « jardin anglais ». En revanche, on par […] Lire la suite

PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 339 mots

Sous le nom de Pétrone, on possède des fragments d'un roman latin, dont le titre est donné par les manuscrits sous la forme Satiricon (c'est-à-dire « Histoires mêlées »), l'auteur y étant appelé Petronius Arbiter. La partie conservée consiste d'abord en « extraits longs », contenus dans un manuscrit de Leyde, puis dans le récit du festin de Trimalchion (Cena Trim […] Lire la suite

PLINE L'ANCIEN (23-79)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 911 mots

Pline l'Ancien – ainsi nommé pour le distinguer de son neveu et fils adoptif Pline le Jeune – fut parfois appelé Pline le Naturaliste. Le seul ouvrage qui reste de lui est en effet une Histoire naturelle. Et, malgré l'importance de ses écrits historiques qui constituent l'une des principales sources de […] Lire la suite

PLINE LE JEUNE (61 env.-114)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 685 mots

Le renom de Pline le Jeune est dû à sa correspondance. Ses lettres à Trajan, dont il fut l'un des hauts fonctionnaires, sont, avec les réponses de l'empereur, un bon document sur les méthodes de l'administration impériale. Moins spontanée que celle de Cicéron, sa correspondance pr […] Lire la suite

PROPERCE (env. 57-env. 15 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 377 mots

La biographie du plus grand représentant de la poésie amoureuse romaine nous échappe presque entièrement : peu de témoignages extérieurs, et les allusions à sa propre personne contenues dans sa poésie sont obscures ou parfois, sans doute, fictives.L'œuvre de Properce, qui se présente, dans son ensemble, comme une suite de variations sur l'amour, comme une odyssée intérieure, n'est pas à résumer. C […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - La religion romaine

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 7 011 mots

On entend par « religion romaine » un ensemble de croyances, de rites et d'institutions qui se forma à l'intérieur du Latium vers le milieu du viiie siècle avant J.-C. (date traditionnelle de la fondation de Rome) et persista dans le monde romain jusqu'à ce que la religion chrétienne vienne le supplanter. Cette re […] Lire la suite

SALLUSTE (env. 87-35 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 930 mots

C. Sallustius Crispus, historien de la révolution qui, en un peu plus d'un demi-siècle, conduisit Rome de la République à l'Empire, est l'un des juges les plus clairvoyants d'une époque dont il fut lui-même en partie le témoin. Il appartient au groupe des quatre historiens majeurs de la littérature latine, avec César (qui fut son ami), […] Lire la suite

SUÉTONE (70 env.-env. 140)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 196 mots

Caius Suetonius Tranquillus est tenu pour l'un des principaux historiens de langue latine, alors qu'il fut en réalité un biographe, et ne toucha à l'histoire que dans la mesure où les personnages dont il trace les portraits et raconte la vie appartiennent à l'histoire générale. Il est d'une époque où l'érudition tend à l'emporter sur la création. Suétone est un érudit, un chasseur d'anecdotes rare […] Lire la suite

TIBULLE (env. 50-19 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 371 mots

Avec Properce et, une génération après lui, Ovide, Tibulle est le représentant du genre élégiaque à Rome. Il semble même qu'il ait été l'initiateur de l'élégie amoureuse de langue latine et ait montré la voie aux deux autres. Il appartient à une époque où la sensibilité romaine, ap […] Lire la suite

TITE-LIVE (59 av. J.-C. env.-17)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 696 mots

L'historien latin le plus fécond, celui dont l'œuvre conservée est la plus considérable, Tite-Live est aussi celui qui a fixé pour des siècles l'image de la Rome primitive puis républicaine et qui a résumé en une synthèse puissante l'œuvre des historiens romains qui l'avaient précédé et dont le lent travail est difficilement saisissable, puisque l'on ne possède plus que des fragments de leurs écri […] Lire la suite