PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le nom de Pétrone, on possède des fragments d'un roman latin, dont le titre est donné par les manuscrits sous la forme Satiricon (c'est-à-dire « Histoires mêlées »), l'auteur y étant appelé Petronius Arbiter. La partie conservée consiste d'abord en « extraits longs », contenus dans un manuscrit de Leyde, puis dans le récit du festin de Trimalchion (Cena Trimalchionis), transmis par un manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris, enfin des « extraits courts », connus par divers manuscrits. L'ensemble est très lacunaire, et le fil du récit se laisse malaisément reconstituer.

Il est vain de chercher dans ce roman une condamnation morale de l'époque néronienne ; les épisodes érotiques ne sont que des « divertissements », certains allant jusqu'à la farce ; l'inspiration épicurienne (sérénité devant la mort, mépris de la superstition) est plus profonde. Le Satiricon, très imité par les conteurs latins du xviie siècle, est à l'origine du genre picaresque.

Thèmes et aventures

On peut considérer que le sujet est l'histoire d'un jeune homme, Encolpe, qui la raconte lui-même à la première personne, selon une convention fréquente dans le roman antique. Probablement parti de Rome, cet Encolpe, qui est un « étudiant avancé », a commis plusieurs méfaits : il a offensé gravement le dieu Priape, « patron » de la sexualité virile, et l'un des thèmes du roman est la vengeance du dieu ; mais la religion de Priape, qui appartient à la mystique populaire, n'est pas, ici, prise au sérieux. Encolpe a commis d'autres crimes ; peut-être est-il coupable de sacrilège, pour avoir dérobé des objets sacrés dans un temple ; condamné pour cela aux bêtes, il a réussi à s'enfuir et s'est rendu en Campanie, où se déroule la plus grande partie de l'action conservée. Lorsque nous le rencontrons, il voyage avec un rhéteur, Agamemnon, qui parcourt les villes à la manière des professeurs itinérants de ce temps ; il traîne avec lui un adolescent, Giton, qui est son « mignon » et il a aussi un compagnon, Ascylte, qui lui dispute les faveurs de Giton. Encolpe, sur sa route, est passé par Baïes (près de Naples), où il s'est fait des ennemis : une courtisane nommée Tryphène et un navigateur, un riche marchand, Lichas, ainsi que sa femme, Hédylé.

Les premiers épisodes conservés nous montrent Encolpe et Ascylte essayant de vendre au marché un manteau qu'ils ont volé, puis aux prises avec une femme de mœurs légères, Quartilla, qui les entraîne dans une orgie d'où ils échappent à grand-peine. Sur ce, on vient leur rappeler qu'ils sont invités à dîner, avec Agamemnon, par Trimalchion. L'épisode commence dans les thermes publics, où l'on voit Trimalchion (dont le nom, aux racines sémitiques, suggère l'idée de « puissant roi ») jouer à la balle dans un costume grotesque. C'est un ancien esclave syrien, venu tout enfant en Italie, et qui a gagné sa liberté et commencé sa fortune en rendant des services à son maître et à la femme de celui-ci. Maintenant, il possède des domaines sans nombre, qu'il administre en grand seigneur ridicule, avec l'aide de sa femme, Fortunata, ancienne prostituée très âpre au gain. Encolpe décrit par le menu la maison de son hôte (une maison de type pompéien – mais il est probable que la scène se passe à Puteoli, aujourd'hui Pouzzoles) puis les détails du dîner, avec ses rites étranges : tous les valets chantent, il faut entrer du pied droit dans la salle à manger (le pied gauche porte malheur), etc. Le repas dure longtemps ; chaque service donne lieu à des plaisanteries, des surprises, des symboles ; il y a une loterie, une scène de chasse, des bateleurs, et, surtout, la conversation. On y découvre l'hôte, parvenu sans culture, mais vaniteux et assez bonhomme, qui éprouve un grand respect pour la science d'Agamemnon. Autour de lui, ses amis, affranchis comme lui, mais restés plus simples ; leurs propos permettent d'évoquer la vie quotidienne de la petite ville : scandales, événements d'actualité (un tel a condamné son intendant aux bêtes ; quels beaux jeux nous allons avoir ! mais le pain est cher, et puis, il y a la sécheresse...). On raconte des histoires, celle du soldat qui devenait loup-garou par exemple (les histoires insérées se retrouvent dans d'autres parties du roman, comme, plus tard, celle de la matrone d'Éphèse ; on est ici dans la tradition de l'histoire « milésienne », que reprendra Apulée). Mais on boit beaucoup, Trimalchion est ivre ; il veut faire une répétition de ses funérailles ; des joueurs de cor, mandés pour cela, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification

Autres références

«  PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66)  » est également traité dans :

CRITIQUE D'ART, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 4 829 mots

Dans le chapitre « L'art captif »  : […] À cela s'ajoutent les modifications profondes du statut des œuvres d'art et des rapports entre les artistes et le public au cours de la période hellénistique. Cette modification se joue en deux temps, correspondant à deux périodes historiques bien précises : l'essor des royaumes issus de la conquête macédonienne puis la conquête par Rome du bassin oriental de la Méditerranée. Avec l'affirmation de […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Où l'art devient culture »  : […] Pendant les dernières années du règne d'Auguste (qui se termine en 14 apr. J.-C.), il se fait, à Rome, un grand silence dans le domaine des lettres. Virgile, Horace éblouissent. Quelques grands poèmes encore sont écrits, comme le De morte de Varius, un épicurien épigone de Lucrèce, et des tragédies, probablement récitées devant un public restreint plutôt que jouées au théâtre. C'est à ce moment q […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « PÉTRONE, lat. TITUS PETRONIUS NIGER (mort en 65/66) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/petrone-lat-titus-petronius-niger/