TIBULLE (-50 env.--19)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Avec Properce et, une génération après lui, Ovide, Tibulle est le représentant du genre élégiaque à Rome. Il semble même qu'il ait été l'initiateur de l'élégie amoureuse de langue latine et ait montré la voie aux deux autres. Il appartient à une époque où la sensibilité romaine, après une longue période de guerres civiles, découvre les bienfaits de la paix. Tibulle est contemporain de Virgile, avec lequel il a des affinités poétiques. Comme Virgile, il aime la campagne, la vie champêtre, il est sensible à la poésie de la religion rustique. Mais il est, ce que Virgile n'est guère, un poète de l'amour, un poète amoureux, qui exprime ses propres sentiments à l'égard de trois êtres : Delia, qui fut son premier amour, Nemesis, qui la remplaça, et un jeune garçon, appelé Marathus.

Faits et hypothèses

On ne possède guère de renseignements sur la vie de Tibulle, et il faut reconstituer sa biographie d'une manière hypothétique. Aulus Albius Tibullus appartenait à une famille riche, mais qui fut ruinée, sans doute au cours des guerres civiles. On ne sait rien de son père. Tibulle ne parle que de sa mère et de sa sœur, auprès desquelles il semble avoir passé sa jeunesse en Latium, dans le petit bourg de Pedum (entre l'actuel Tivoli et Palestrina). En 32 avant J.-C., Tibulle, parvenu à l'âge d'homme, doit s'arracher à sa vie de loisir et est attaché à la cohors praetoria, l'état-major de Valerius Messalla, alors consul désigné et sur le point de partir en Orient, pour participer à la guerre contre Antoine et Cléopâtre. Dans un poème (Élégies, I, 10), il dit son inquiétude et son horreur de la guerre. Sur ces entrefaites, Tibulle, à Rome, fait connaissance d'une jeune femme, qu'il appelle Delia, et qui s'appelait, croit-on, Plania. Elle vivait librement, et choisissait des « protecteurs » successifs. Tibulle l'aima tout de suite profondément, pensant à l'épouser. Mais le moment de partir pour l'Orient approche. Tibulle s'y [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  TIBULLE (~50 env.-~19)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_22702

PROPERCE (-57 env.-env. -15)

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 1 373 mots

Dans le chapitre « Cynthia ou l'inspiration »  : […] Sextus Propertius est contemporain de Virgile, mais plus jeune que lui. On place, par conjecture, sa naissance vers 57 avant J.-C., peut-être un peu plus tard. Il appartenait à une famille noble, certainement riche, qui vivait dans la région d'Assise, mais il nous apprend qu'il avait perdu son père de très bonne heure et quelques années plus tard s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/properce/#i_22702

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « TIBULLE (-50 env.--19) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tibulle/