PROPERCE (env. 57-env. 15 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La biographie du plus grand représentant de la poésie amoureuse romaine nous échappe presque entièrement : peu de témoignages extérieurs, et les allusions à sa propre personne contenues dans sa poésie sont obscures ou parfois, sans doute, fictives.

L'œuvre de Properce, qui se présente, dans son ensemble, comme une suite de variations sur l'amour, comme une odyssée intérieure, n'est pas à résumer. Certains poèmes esquissent un art d'aimer et donnent des conseils à qui aspire à être le parfait amant. C'est déjà l'inspiration ovidienne qui apparaît. Mais surtout la mise en forme littéraire de la passion constitue pour Properce une originalité dont il tire fierté.

Cynthia ou l'inspiration

Sextus Propertius est contemporain de Virgile, mais plus jeune que lui. On place, par conjecture, sa naissance vers 57 avant J.-C., peut-être un peu plus tard. Il appartenait à une famille noble, certainement riche, qui vivait dans la région d'Assise, mais il nous apprend qu'il avait perdu son père de très bonne heure et quelques années plus tard sa mère. Frappé par les confiscations qui accompagnèrent la guerre civile après la victoire des triumvirs (en 41 avant J.-C.), il ne tenta pas de reconstituer sa fortune et se contenta de mener à Rome la vie d'un poète oisif ; ses ressources semblent pourtant avoir été suffisantes pour lui assurer l'indépendance et, s'il fut ami de Mécène, il ne paraît pas en avoir été, à l'instar d'Horace et de Virgile, le client attitré et l'obligé.

Properce choisit parmi les genres poétiques celui de l'élégie, qui avait pris à Rome, depuis Cornelius Gallus et, tout récemment, avec l'œuvre de Tibulle, un développement inconnu dans la littérature grecque. La cause de ce choix est, en partie du moins, la passion qu'il conçut, vers 30 avant J.-C., pour une jeune femme qu'il appela Cynthia et qui, si l'on en croit une indication d'Apulée dans l'Apologie (X), s'appelait H [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  PROPERCE (env. 57-env. 15 av. J.-C.)  » est également traité dans :

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Cet empire qui va naître »  : […] La mort de Cicéron marque la fin du temps où l' éloquence triomphante était maîtresse de la cité. Désormais, la liberté une fois perdue, les orateurs ne seront plus que des avocats, et non des hommes d'État. Quelques survivants de l'âge précédent, comme Asinius Pollion, compagnon de César, auront beau maintenir quelque temps la tradition républicaine, l'éloquence ne sera bientôt plus qu'une techni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature/#i_22701

Pour citer l’article

Pierre GRIMAL, « PROPERCE (env. 57-env. 15 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/properce/