Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PORTRAIT, peinture, XVIIIe s.

Articles

  • LANCRET NICOLAS (1690-1743)

    • Écrit par Marianne ROLAND MICHEL
    • 866 mots
    • 2 médias

    Une formation traditionnelle — apprentissage de la gravure, enseignement de d'Ulin, professeur à l'Académie, puis fréquentation de l'école de l'Académie, où il se fait suspendre pour indiscipline — aurait dû amener Lancret à devenir peintre d'histoire. Mais il découvre l'art de Watteau, peut-être...

  • LARGILLIÈRE NICOLAS DE (1656-1746)

    • Écrit par Georges BRUNEL
    • 447 mots
    • 1 média

    Avec Rigaud, Largillière (ou Largillierre) est le grand maître du portrait en France à la fin du règne de Louis XIV et au début de celui de Louis XV. On peut toutefois dire presque sans exagération que, bien qu'il soit né à Paris, ce n'est pas un peintre français. Sa formation se fit, en effet,...

  • LA TOUR MAURICE QUENTIN DE (1704-1788)

    • Écrit par Jean-Pierre MOUILLESEAUX
    • 613 mots
    • 1 média

    Ayant acquis quelques rudiments dans l'art du dessin, Maurice Quentin de La Tour part de Saint-Quentin, sa ville natale, pour Paris où il entre dans l'atelier d'un peintre ami de Watteau, Spoede. C'est au moment où la Vénitienne Rosalba Carriera transforme son passage à Paris (1720-1721) en véritable...

  • LAWRENCE sir THOMAS (1769-1830)

    • Écrit par Pierre GEORGEL
    • 576 mots
    • 3 médias

    Peintre anglais. Bien que Thomas Lawrence ait exécuté quelques peintures d'histoire au début de sa carrière (Homère récitant ses poèmes, exposé en 1791, coll. Kincaid-Lennox, Downton Castle), sa production presque entière se compose de portraits. Lawrence est, dans ce domaine, le successeur...

  • LE NAIN LES

    • Écrit par Jacques THUILLIER
    • 1 432 mots
    • 4 médias
    ...commandes religieuses et décoratives, que l'atelier commence à multiplier, à l'intention des amateurs raffinés, deux types nouveaux de tableaux : les portraits collectifs, traités en scènes de genre, sans doute inspirés par la peinture hollandaise, et dont les chefs-d'œuvre seront Le Corps...
  • LIOTARD JEAN ÉTIENNE (1702-1789)

    • Écrit par Pierre VAISSE
    • 359 mots
    • 2 médias

    Pastelliste et miniaturiste suisse d'origine française (son père, joaillier de Montélimar, s'était réfugié à Genève pour échapper aux persécutions religieuses), Liotard se forme à Genève, puis à Paris, où il échoue au prix de Rome ; mais il se fait une réputation de portraitiste et s'attache au...

  • LOMBARDIE

    • Écrit par Franco MAZZINI
    • 3 753 mots
    • 10 médias
    ...autres. Ils restèrent également fidèles à l'inspiration réaliste toujours vivante qui connut alors un regain d'intérêt. C'est particulièrement vrai dans le portrait ; celui-ci se dépouilla des éléments de décor et se libéra de la sujétion à l'art de cour que lui avait imposé la Renaissance. C'est le cas...
  • MOGHOLS

    • Écrit par Andrée BUSSON, André GUIMBRETIÈRE, Mark ZEBROWSKI
    • 7 112 mots
    • 18 médias
    Au xviiie siècle, les portraits se figent et retombent dans l'archaïsme à force de simplification exagérée des traits ; à la fin du siècle, un renouveau d'influence européenne redonnera de la vie aux portraits moghols. Le portrait féminin suit sensiblement la même évolution que le portrait masculin ;...
  • NATTIER JEAN-MARC (1685-1766)

    • Écrit par Jean-Pierre MOUILLESEAUX
    • 422 mots
    • 2 médias

    Fils de portraitiste et élève de Rigaud, Nattier débute dans la carrière de peintre d'histoire sous l'influence de Charles Le Brun et sous la tutelle de son parrain, Jean Jouvenet. Lors d'un séjour en Hollande, il est pressenti pour travailler pour le tsar Pierre le Grand. En 1718, il...

  • PEALE CHARLES WILSON (1741-1827)

    • Écrit par Universalis
    • 619 mots

    Peintre américain, né le 15 avril 1741 dans le comté de Queen Anne (Maryland), mort le 22 février 1827 à Philadelphie (Pennsylvanie).

    Dans sa jeunesse, Charles Wilson Peale exerce les métiers de sellier, horloger et orfèvre. Sa carrière artistique débute lorsqu'il échange avec John Hesselius...

  • PERRONNEAU JEAN-BAPTISTE (1715-1783)

    • Écrit par Georges BRUNEL
    • 338 mots

    La célébrité de Maurice Quentin de La Tour comme portraitiste au pastel a quelque peu éclipsé celle de Jean-Baptiste Perronneau. Une carrière moins exclusivement parisienne, une plus grande dispersion de l'œuvre, moins de brillant et de « chic » au premier abord expliquent sans la justifier cette...

  • PHYSIOGNOMONIE

    • Écrit par Anne-Marie LECOQ
    • 8 002 mots
    • 1 média
    ...Panofsky. En revanche, le Saturne de Hans Baldung Grien (dessin à l'Albertina) présente tous les traits du mélancolique saturnien, que l'on retrouve parfois dans desportraits d'intellectuels ou d'artistes, surtout à la fin du xviiie et au début du xixe siècle (Girodet, Füssli...).
  • PORTRAIT

    • Écrit par Galienne FRANCASTEL
    • 6 166 mots
    • 15 médias
    ...qui ne devaient plus se démentir malgré des retours en force de consignes de grandeur émises plus tard par la direction des Bâtiments sous Louis XVI. Avec la mode du portrait au pastel, introduit en France par Rosalba Carriera et poussé à la perfection technique par Jean-Baptiste Perronneau et Maurice...
  • RAEBURN HENRY (1756-1823)

    • Écrit par Pierre GEORGEL
    • 365 mots
    • 1 média

    Appartenant à la génération qui suit celle de Reynolds, Henry Raeburn, peintre de portraits écossais, reste proche des types fixés par le fondateur de la Royal Academy. Il s'agit pourtant d'un artiste authentiquement « provincial », qui eut peu de contrats avec les ateliers londoniens. Sa formation...

  • RAMSAY ALLAN (1713-1784)

    • Écrit par Pierre GEORGEL
    • 274 mots
    • 1 média

    Peintre écossais dont la carrière se déroule pour l'essentiel en Angleterre. Fils du poète Allan Ramsay (1685-1758), il est avec Thomas Hudson, et mis à part Hogarth, le principal représentant de la génération de portraitistes anglais qui prépare l'époque classique de Reynolds et de Gainsborough....

  • REYNOLDS JOSHUA (1723-1792)

    • Écrit par Jacques CARRÉ
    • 2 437 mots
    • 3 médias

    Sir Joshua Reynolds, peintre de l'aristocratie, premier président de la Royal Academy et ami d'écrivains célèbres, a un statut particulier dans l'histoire de l'art anglais. Son œuvre abondante et variée de portraitiste représente un véritable saut qualitatif dans l'évolution de la peinture anglaise....

  • RIGAUD HYACINTHE (1659-1743)

    • Écrit par Jean-Pierre MOUILLESEAUX
    • 560 mots
    • 2 médias

    L'œuvre de Hyacinthe Rigaud est considérée comme la galerie des portraits du Grand Siècle, bien que l'artiste n'ait commencé sa carrière de portraitiste à Paris que tard dans le règne de Louis XIV (1681). Ce Catalan s'est d'abord formé dans la France du Sud. Bien qu'ayant remporté le premier prix...

  • ROWLANDSON THOMAS (1756-1827)

    • Écrit par Pierre GEORGEL
    • 418 mots
    • 1 média

    Peintre et dessinateur anglais. Rowlandson, sans doute le plus anglais des caricaturistes et l'héritier direct de Hogarth, commence par se former en France. Après un bref passage à la Royal Academy, il entre comme élève à l'Académie royale de Paris, où il est protégé par Pigalle (1772-1775). Ces...

  • RUBENS PIERRE PAUL (1577-1640)

    • Écrit par Jacques FOUCART
    • 6 838 mots
    • 9 médias
    Au cours de ces années sont peints un assez grand nombre de portraits, en relation même avec les personnalités rencontrées par Rubens au cours de ses voyages et de ses missions diplomatiques : Marie de Médicis et Anne d'Autriche (Prado), Le Baron de Vicq (Louvre), Le Duc de Buckingham (un portrait...
  • RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

    • Écrit par Michel ALPATOV, Olga MEDVEDKOVA, Cécile PICHON-BONIN, Andreï TOLSTOÏ
    • 18 897 mots
    • 23 médias
    ...genres de la peinture, celui dont la greffe prit particulièrement bien en Russie et qui connut un développement extraordinaire au xviiie siècle fut le portrait : succès derrière lequel on devine sept siècles de vénération des icônes. Le portrait faisait en effet écho à cette tradition, à telle...