JOUVENET JEAN (1644-1717)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Jeune peintre rouennais installé à Paris, Jouvenet est remarqué par Charles Le Brun, qui l'intègre à l'équipe des décorateurs des résidences royales : Saint-Germain-en-Laye, Les Tuileries et Versailles, où il peint avec Audran et Houasse dans le pur esprit de Le Brun. Il se détache assez tard de cette influence et reste toute sa vie un admirateur de Poussin. Ce grand travailleur n'ira jamais à Rome et il ne quitte Paris que rarement. Après avoir peint le mai des Orfèvres pour Notre-Dame de Paris (1673), Jouvenet entreprend le cursus du peintre officiel au sein de l'Académie : il y est successivement agréé, reçu, nommé professeur adjoint, recteur adjoint, directeur puis recteur. Son style s'accommode des grands espaces en hauteur, où joue l'effet de perspective ; il peint en effet de nombreux plafonds dans des hôtels parisiens avant d'exécuter en 1695 celui du parlement de Rennes. Mais, l'orientation que prend Jouvenet, à plus de quarante ans, lui vaut la célébrité et la faveur de Louis XIV : il se consacre alors essentiellement aux grandes « machines » d'églises, aux monumentales compositions traitées avec célérité et vigueur. Jouvenet est devenu le spécialiste incontesté des grands décors religieux de la fin du règne : le dôme de l'église des Invalides, où il peint les douze apôtres (en 1704) et la tribune de la nouvelle chapelle royale de Versailles (1709). Son activité ne s'arrête pas malgré l'âge et la paralysie de la main droite : en 1713, il peint le plafond du parlement de Rouen. L'évolution de l'art de Jouvenet a fait de lui un peintre personnel au sein de la tradition. Par son genre : la peinture religieuse, il se distingue de sa génération en France. Parti d'un style proche de celui de Le Brun, en plus libre et en plus vivant, Jouvenet s'intéresse à l'expression des grands effets dramatiques traduits avec mouvement et énergie, en l'absence de toute imagination, de toute invention. Des plans forts et de grandes diagonales établissent cette « ordonnance pittoresque » souve [...]

Descente de Croix, J. Jouvenet

 Descente de Croix, J. Jouvenet

Diaporama

Jean Jouvenet, Descente de Croix. 1697. Huile sur toile. 424 cm X 312 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification


Autres références

«  JOUVENET JEAN (1644-1717)  » est également traité dans :

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre au travail : le triomphe de la peinture »  : […] Bien qu'il ne s'agisse pas d'un véritable autoportrait, l'image de Marcia peignant son propre portrait}} à l'aide d'un miroir ( Livre des femmes nobles et renommées de Boccace, 1402, Bibliothèque nationale de France, Paris ) montre bien ce qui est en jeu dans la représentation de l'artiste au travail, a fortiori dans le cas d'un autoportrait : la célébration, en abyme, d'un art de l'illusion. Ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_80101

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « JOUVENET JEAN - (1644-1717) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jouvenet/