ROWLANDSON THOMAS (1756-1827)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre et dessinateur anglais. Rowlandson, sans doute le plus anglais des caricaturistes et l'héritier direct de Hogarth, commence par se former en France. Après un bref passage à la Royal Academy, il entre comme élève à l'Académie royale de Paris, où il est protégé par Pigalle (1772-1775). Ces études académiques, qui se poursuivent à la Royal Academy après son retour en Angleterre, lui font peindre des tableaux d'histoire (Dalila visitant Samson dans la prison de Gaza, exposé en 1775) et surtout des portraits qui deviennent sa spécialité entre 1777 et 1781, période où il est établi à Londres. Mais la veine la plus profonde de Rowlandson se découvre vers 1780, avec ses premières caricatures remarquables (L'École de l'éloquence, Royal Library, Windsor). L'influence de Mortimer y est d'abord dominante, mais la manière originale de Rowlandson se définit rapidement. Elle combine l'agréable tradition, dite du tableau de mode, illustrée par des petits maîtres français comme Baudouin et abondamment répandue par la gravure, avec la tradition de Hogarth, plus franchement burlesque, plus appuyée dans ses effets, plus brutale dans la satire, d'une plus vaste portée sociale et morale. Le dessin de Rowlandson est facile, énergique, truculent. Pour l'essentiel, il repose sur les procédés de la caricature et ne recule pas devant l'outrance, mais sa générosité, sa franchise lui assurent toujours vigueur et autorité ; et l'aquarelle, d'une délicatesse tout anglaise, introduit dans cet art énorme l'ambiguïté d'une fraîcheur subtile. Rowlandson fut d'une fécondité extraordinaire. Toute la société anglaise défile dans ses charges, et l'on a pu dire, avec l'évidence d'un lieu commun, que son œuvre est l'équivalent anglais de La Comédie humaine. Il fit aussi des caricatures politiques. Des périodiques (The Repository of Arts, The Poetical Magazine...), des albums d'estampes et des livres illustrés (The Conforts of Bath, 1798 ; The Miseries of Life, 1808 ; The Microcosm of London, 1808-1821 ; The Tours of Dr. Syntax, 1812-1821 ; des illustrations pour Sterne, Goldsmith, etc.), d'innombrables aquarelles et gravures indépendantes ont permis de faire connaître son génie ardent et fertile, qui prolonge jusqu'à l'aube de l'ère victorienne la merry England de Hogarth et de Fielding.

Comforts of Bath, T. Rowlandson

Comforts of Bath, T. Rowlandson

photographie

Thomas ROWLANDSON, Le Portrait d'art, planche 6 des Comforts of Bath, 1798, aquarelle sur papier. Victoria Art Gallery, Bath and North East Somerset Council. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Pierre GEORGEL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ROWLANDSON THOMAS (1756-1827)  » est également traité dans :

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « En Angleterre »  : […] Il faudra attendre Hogarth (1697-1764) pour que la synthèse de l'esprit satirique et de la caricature se réalise définitivement . Caricaturiste des mœurs, il attaqua avec virulence les abus de son temps. Harlot's Progress , Rake's Progress , Beer Street , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_1625

Pour citer l’article

Pierre GEORGEL, « ROWLANDSON THOMAS - (1756-1827) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-rowlandson/