LA TOUR MAURICE QUENTIN DE (1704-1788)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ayant acquis quelques rudiments dans l'art du dessin, Maurice Quentin de La Tour part de Saint-Quentin, sa ville natale, pour Paris où il entre dans l'atelier d'un peintre ami de Watteau, Spoede. C'est au moment où la Vénitienne Rosalba Carriera transforme son passage à Paris (1720-1721) en véritable événement artistique, ses portraits au pastel très admirés ravivant le goût du Tout-Paris pour une technique brillante et flatteuse. Mais La Tour sera le maître dans le genre, donnant une force supplémentaire à ce qui n'était considéré souvent que comme du dessin. Après quelques voyages dont un séjour en Angleterre, il se fixe à Paris en 1727 et ses portraits sont remarqués, car ses modèles sont déjà célèbres (Voltaire en 1736). Son agrément à l'Académie (1737) lui permet d'exposer au Salon. Son art, le véritable engouement pour son style de portraits autant que les appuis des milieux artistiques lui valent d'être reçu à l'Académie en 1746 à une époque où les portraitistes et à plus forte raison les pastellistes ne peuvent espérer de grand triomphe dans la carrière officielle. C'est la famille royale, l'aristocratie, les financiers, les intellectuels et les artistes qui sont ses modèles empressés de lui plaire en dépit de ses bizarreries et de sa franchise brusque qui séduit Versailles. En 1782, il dote sa ville natale d'institutions charitables et y fonde une École royale de dessin, participant aux efforts un peu dispersés qui tendent à pallier l'insuffisance de l'enseignement artistique. C'est encore Saint-Quentin qui conserve l'essentiel de son œuvre (sous la forme d'études pleines de vie que n'ont plus les portraits finis qu'il a trop retouchés) : véritable anthologie des caractères et des visages du siècle de Louis XV. Comment expliquer son succès qui a été immense ? Avant tout par le don de saisir une physionomie : « Il avait le talent précieux de faire parfaitement ressembler » (Mariette). Et, au service du réalisme, il y a sa technique brillante et légère comme le dessin, ce qui plaît en France depuis le xvie siècle où le portrait au crayon est toujours apprécié à cause de son aspect vivant et instantané. Pour l'exécution d'un portrait, La Tour prépare d'abord une étude de la tête, ce qui a l'avantage de n'exiger du modèle qu'une pose rapide, et garde l'unité à l'expression d'un visage. L'expression, l'éclat du regard, le modelé délicat de la bouche y sont notés avec vivacité et un esprit qui retient l'essentiel. On y sent l'amour du visage, du visage féminin en particulier où la bouche est le centre émotif (comme le remarquent les Goncourt). Qu'il s'agisse d'un portrait en buste ou d'une figure en pied, la préparation est ensuite reprise (parfois même rapportée sur la feuille). Dans les grandes compositions, le personnage est assis dans un somptueux cadre où les objets familiers ont un côté solennel mais plus sensible, plus tendre que chez Rigaud ou chez Largillierre ; ainsi, le poudroiement des couleurs sur la robe de La Marquise de Pompadour (Louvre), son œuvre la plus célèbre. Malgré les concessions à l'esprit « frivole » (mais n'oublions pas que près de la marquise apparaissent les volumes de L'Encyclopédie), à une grâce mondaine très « rocaille », les portraits de La Tour demeurent des pages de la peinture psychologique dont la solidité contraste avec l'aspect éphémère d'une matière très légère.

Louis, fils de Louis XV, M. Q. de La Tour

Photographie : Louis, fils de Louis XV, M. Q. de La Tour

Maurice Quentin de LA TOUR, Louis, fils de Louis XV. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : historien de l'art, chargé de mission à la Caisse nationale des monuments historiques et des sites

Classification

Autres références

«  LA TOUR MAURICE QUENTIN DE (1704-1788)  » est également traité dans :

PERRONNEAU JEAN-BAPTISTE (1715-1783)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 338 mots

La célébrité de Maurice Quentin de La Tour comme portraitiste au pastel a quelque peu éclipsé celle de Jean-Baptiste Perronneau. Une carrière moins exclusivement parisienne, une plus grande dispersion de l'œuvre, moins de brillant et de « chic » au premier abord expliquent sans la justifier cette relative méconnaissance. Né à Paris, formé auprès de Laurent Cars et de Natoire, Perronneau se consacr […] Lire la suite

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 172 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le portrait psychologique »  : […] Dans ce domaine comme dans d'autres, la Régence, succédant à un règne despotique et austère, apporta une détente et un assouplissement qui ne devaient plus se démentir malgré des retours en force de consignes de grandeur émises plus tard par la direction des Bâtiments sous Louis XVI. Avec la mode du portrait au pastel, introduit en France par Rosalba Carriera et poussé à la perfection technique p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre MOUILLESEAUX, « LA TOUR MAURICE QUENTIN DE - (1704-1788) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-quentin-de-la-tour/