LE NAIN LES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintres de paysans dans ce xviie siècle français tenu pour avoir méprisé la condition paysanne, « réalistes » au milieu d'un art que l'on regardait comme envahi par l'« académisme » et sa « rhétorique creuse », les frères Le Nain ont longtemps passé pour un des paradoxes de la peinture française. Après deux siècles d'oubli, une résurrection soudaine, due à un romancier érudit qui se voulait lui-même réaliste et provincial, Champfleury (1850), les replaça promptement au rang des grands maîtres. La lente réapparition de tableaux recherchés des amateurs, et où le commerce d'art trouva facilement son profit, l'énigme posée par ces trois frères si étroitement unis qu'on ne pouvait distinguer leur œuvre propre, tout contribuait à piquer l'attention. Pourtant l'érudition, depuis un siècle, a amassé autour d'eux moins de certitudes que de légendes : le « problème des frères Le Nain » est loin d'être résolu.

La carrière parisienne de trois provinciaux

Antoine, Louis et Mathieu Le Nain sont nés à Laon (ou dans ses environs), cadets d'une famille de cinq enfants. Ce ne sont pas des paysans : leur père, Isaac, est sergent royal, et la famille jouit d'une certaine aisance et même de quelque culture. Si les Le Nain restent proches de la terre, c'est comme possédant fermes, bois et vignes en bon pays picard. On ignore leur date de naissance : les chiffres partout répétés (1588 pour Antoine, 1593 pour Louis, 1607 pour Mathieu) n'ont, en fait, aucune base solide ; il est plus vraisemblable que les trois frères sont nés entre 1597 et 1607, et qu'Antoine n'avait pas une génération d'écart avec Mathieu.

On ignore pareillement ce « peintre étranger » de passage à Laon qui les instruisit durant une année et fut, peut-être, responsable de leur triple vocation. L'hypothèse d'un voyage de Louis à Rome, longtemps présentée comme une certitude, apparaît désormais très fragile. En 1629, on les retrouve tous trois à Paris, où le plus âgé, Antoine, pour épargner à lui-même et à ses frères les tracasseries de la corporation parisienne, de plus en plus hostile aux provinciaux, se fait recevoir maî [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

La Forge, les frères Le Nain

La Forge, les frères Le Nain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Intérieur paysan, L. Le Nain

Intérieur paysan, L. Le Nain
Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

photographie

La Famille heureuse, les frères Le Nain

La Famille heureuse, les frères Le Nain
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  LE NAIN LES  » est également traité dans :

LE MYSTÈRE LE NAIN (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 077 mots
  •  • 1 média

Alors que, sous la pyramide du Louvre, l’immense popularité de Vermeer aura quelque peu éclipsé le génie de Valentin de Boulogne, le Louvre-Lens a accueilli, du 22 mars au 26 juin 2017, une « exposition événement » consacrée aux frères Le Nain. On peut y voir, une quarantaine d’années plus tard, un aboutissement des études suscitées par les cour […] Lire la suite

LAON CATHÉDRALE DE

  • Écrit par 
  • Gérard ROUSSET-CHARNY
  •  • 1 267 mots
  •  • 3 médias

Du haut de sa colline, la cathédrale de Laon (Aisne) , dressée comme une carène de vaisseau, regarde au loin la plaine et les carrières d'où les bœufs ont monté, pendant près d'un siècle, les pierres qui ont servi à sa construction. Site unique en France, ce plateau en forme de butte constitue un piédestal royal à la ville altière. Cette singulière colline se divise en deux branches : l'une, à l'e […] Lire la suite

PEINTURE DE GENRE

  • Écrit par 
  • Anne le PAS de SÉCHEVAL
  •  • 3 539 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La peinture de genre à l'époque de la hiérarchie des genres (XVIIe et XVIIIe siècles) »  : […] Au xvii e  siècle, la peinture de genre rencontre un succès croissant, parallèlement à l'estampe, qui accueille largement les thèmes « bas » (J. Callot, J. Bellange, A. Bosse...). Après les expériences caravagesques, les peintres italiens, absorbés par la grande peinture narrative, abandonnent aux artistes nordiques ce champ pictural encore à peine défriché. Certes c'est à Rome que naît la bamboc […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques THUILLIER, « LE NAIN LES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-le-nain/