ŒIL HUMAIN

Sens : vue

Sens : vue

Sens : vue

Perception visuelle humaine. Description et physiologie.


Les yeux sont les organes de la vision, le…

L'œil est l'organe de la vision (cf. vision-Neurophysiologie) ; récepteur des phénomènes lumineux, l'œil les focalise pour projeter l'image sur la rétine qu'il renferme. Celle-ci, à son tour, analyse cette image, commence à la coder et, par l'intermédiaire du nerf optique puis des voies optiques intracrâniennes, adresse le message visuel au cerveau.

L'importance physiologique de l'œil n'a pas besoin d'être soulignée. Quand la destruction de cet organe est complète et bilatérale, on est frappé de cécité : c'est une des infirmités les plus lourdes qui soient, et à juste titre la plus redoutée.

La physiologie de l'œil est à la fois assez simple et très complexe. Simple, quand on considère l'œil comme une manière d'appareil photographique : il y a là un système de lentilles transparentes, projetant sur l'écran rétinien une image. Complexe, quand on pense que l'œil est capable d'accommoder instantanément son système optique selon la distance de l'objet observé ! Lorsqu'on sait que, si la sensation visuelle obéit aux lois générales des sensations, elle le fait avec une certaine originalité qui s'exprime par l'étendue du registre d'intensité lumineuse qu'elle peut apprécier ou supporter et par l'étendue de la gamme des couleurs perçues. Il n'a pas été facile de comprendre comment le grain de lumière, ou photon, se transformait en cette sensation lumineuse si finement analysée. La physiologie de la vision a fait l'objet d'importants travaux (R. Granit, G. Wald, K. Brown). Le rôle du pourpre rétinien, ou rhodopsine, dans la photosensibilité a été approfondi, ainsi que le cycle de ses transformations photochimiques. On a aussi identifié les trois pigments responsables de la sensibilité rétinienne aux couleurs fondamentales : rouge, vert, bleu (cf. vision).

En génétique, de nombreux gènes responsables de maladies oculaires héréditaires ont été précisés et la biologie des photorécepteurs est entrée en scène.

Toujours dans ce domaine médical, les progrès concernent notamment la découverte des facteurs de la tonicité régnant à l'intérieur du globe oculaire, tonicité dont le dérèglement peut entraîner un glaucome ; d'autres progrès ont été obtenus au sujet de la circulation rétinienne ou choroïdienne (par l'angiographie fluorescéinique notamment), apportant de nouveaux espoirs dans le combat contre la rétinopathie diabétique et la dégénérescence maculaire liée à l'âge (D.M.L.A.), véritables fléaux des sociétés développées.

L'apport moderne a également transformé le traitement des maladies de l'œil, particulièrement sur le plan chirurgical. L'extraction du cristallin frappé de cataracte se fait maintenant selon une technique « ambulatoire », donnant une quasi-certitude de succès, et assurant le remplacement du cristallin par un implant. La correction chirurgicale des amétropies (chirurgie « réfractive » de la myopie, de l'hypermétropie, de l'astigmatisme) est devenue une quasi-routine, et depuis quelques années il en est de même pour la presbytie !

L'examen du fond de l'œil est beaucoup plus précis et permet aussi un traitement plus adapté du décollement de la rétine. De même, l'analyse faite au biomicroscope de la chambre antérieure de l'œil, l'utilisation de cet instrument au cours même des actes opératoires ont permis des audaces chirurgicales en matière de glaucome et surtout de greffe de cornée. Par opposition peut-être, il ne faut pas oublier que la greffe totale de l'œil, dont il est souvent question à tort, relève de l'utopie, puisque la rétine, embryologiquement et physiologiquement, fait partie intégrante du cerveau.

Anatomie et histologie

L'œil est[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Jean-Antoine BERNARD : direction scientifique, Société française d'ophtalmologie
  • Guy OFFRET : professeur d'ophtalmologie à l'Hôtel-Dieu, titulaire de la chaire d'ophtalmologie à la faculté de médecine de Paris

Classification

Pour citer cet article

Jean-Antoine BERNARD, Guy OFFRET, « ŒIL HUMAIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Sens : vue

Sens : vue

Sens : vue

Perception visuelle humaine. Description et physiologie.


Les yeux sont les organes de la vision, le…

Œil humain

Œil humain

Œil humain

Coupe de l'œil humain.

Rétine : structure histologique

Rétine : structure histologique

Rétine : structure histologique

Structure histologique de la rétine (d'après S. L. Polyak).

Autres références

  • ADRÉNALINE

    • Écrit par Jacques HANOUNE
    • 3 137 mots
    • 2 médias
    Effets oculaires. L'adrénaline, par l'intermédiaire d'un récepteur α, entraîne une contraction du muscle radial de l'iris et donc une mydriase. Par l'intermédiaire d'un récepteur β, elle relaxe le muscle ciliaire et permet l'accommodation à la vision lointaine. Son action sur la pression intra-oculaire...
  • CERVELET

    • Écrit par Jean MASSION
    • 6 835 mots
    • 13 médias
    ...maintenir la direction du regard lors des mouvements de la tête. Le « gain » du réflexe est défini par le rapport entre les vitesses des mouvements de l' œil et de la tête. Il varie selon les conditions expérimentales et peut s'adapter, c'est-à-dire se modifier de manière stable lorsqu'une même condition...
  • COLLYRES

    • Écrit par Philippe COURRIÈRE
    • 123 mots

    Préparations pharmaceutiques liquides qu'on instille dans le cul-de-sac conjonctival et qui sont destinées au traitement des affections des yeux.

    Le support est en principe constitué par un soluté minéral isotonique aux larmes. Additionné d'antiseptiques faibles (acide borique), ce liquide...

  • DALTONISME

    • Écrit par Philippe LANTHONY
    • 1 405 mots
    • 2 médias
    La vision colorée normale est trichromatique. Du point de vue physiologique, cela signifie qu'elle est due à l'absorption des radiations lumineuses par trois types différents de pigments visuels, chacun contenu dans un type spécifique de cellules à cônes de la rétine. On distingue les...
  • EMDR (eye movement desensitization and reprocessing)

    • Écrit par Cyril TARQUINIO
    • 2 476 mots
    • 1 média

    C’est à Francine Shapiro que l’on doit la découverte et le développement de la psychothérapie EMDR (e ye m ovement d esensitization and r eprocessing  ou, en français, « désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires »). Cette découverte se fit un peu par hasard en 1987...

  • Afficher les 20 références

Voir aussi