PSYCHOLOGIE DU TÉMOIGNAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C’est à la fin du xixe siècle et au début du xxe que se développèrent différentes recherches en Europe et aux États-Unis, prémices de la psychologie judiciaire scientifique, évaluant les facteurs susceptibles de rendre compte des erreurs de témoignage. En France, Alfred Binet démontra la suggestibilité des enfants exposés à des questions dirigées. Il faudra, cependant, attendre les années 1970 pour qu’Elizabeth Loftus et ses collaborateurs poursuivent les expériences traitant de l’influence des questions dirigées sur la mémoire, et élaborent le paradigme phare pour l’étude des faux souvenirs en contexte judiciaire, le paradigme de désinformation. Ces travaux soulignent la facilité avec laquelle les individus, exposés à de fausses informations à propos d’une scène critique, intègrent ces erreurs dans leur rappel final.

L’étude des faux souvenirs, qui marque le début de l’ère moderne de la psychologie judiciaire scientifique, allait avoir une importance sociétale toute particulière à partir des années 1990 lorsque survinrent deux grands scandales sociétaux : les erreurs judiciaires essentiellement imputables à des erreurs de témoignage de bonne foi, révélées par le recours à l’ADN comme élément de preuve dans le processus judiciaire pénal, et le « syndrome des faux souvenirs », souvenirs « retrouvés » d’abus sexuels au cours de psychothérapies déviantes.

Naissent alors de nouveaux paradigmes d’implantation de souvenirs en mémoire, comme l’inflation de l’imagination. Ces travaux montrent comment les individus, soumis à des techniques suggestives comme l’imagination forcée, distinguent plus difficilement les souvenirs réels des souvenirs imaginés et peuvent ainsi croire avoir vécu des événements n’étant jamais survenus. À côté des travaux effectués pour déterminer les processus cognitifs impliqués dans la création de faux souvenirs et des erreurs de témoignage, un autre pan de recherche vise à élaborer des techniques susceptibles de réduire ces erreurs. C'est ainsi que se développa une large littérature sur les techniques favori [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en psychologie sociale, université de Toulouse
  • : professeur des Universités

Classification

Pour citer l’article

Céline LAUNAY, Jacques PY, « PSYCHOLOGIE DU TÉMOIGNAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-du-temoignage/